Bienvenue : Le dernier habitant à avoir posé ses valises est Davina Claire !
On compte sur vous pour l'accueillir comme il se doit les petits loups.
Annonce : Si tu choisis de jouer un Post-Vacant ou un Scénario du forum, tu seras crédité de 300$ dès ton inscription.
Plutôt sympa comme Soldes d'hiver, non ?

 

 Like a Familiar precense : Amaël O'Connell ft Zephyr Milkovich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 539
MessageSujet: Like a Familiar precense : Amaël O'Connell ft Zephyr Milkovich   Ven 17 Nov - 12:35




Amaël&Zéphyr


Like a familiar presence


Ce soir était un soir d'une banalité ultime, du mois, c'est ce que je pensais jusqu'à ce que mon paternel m'appelle me disant qu'il avait oublié un dossier dans son bureau au musée et me demander d'aller le chercher pour lui et lui envoyer par fax. Franchement papa tu exagères, je sais ce que je vais t'offrir pour ton prochain anniversaire, un bipeur pour te rappeler ce que tu dois prendre au bureau car c'est pas la première et ça me saoules à un tel point.

Bref ... Je vais quand même chercher son dossier et lui envoyer demain matin parce que ce soir, je suis fatigué, je n'en peux plus de cette journée très fatigante. Tout en prenant mes clés de voiture pour aller au musée, j'en profitais pour vérifier mon inventaire en ingrédients magiques. Verveine… Aconit… Et Sauge ! Parfait, j'ai encore pas mal d'ingrédients si j'ai besoin de me défendre ,d'ailleurs en parlant de ça, je devrais songer à m'acheter une arme pour pouvoir me défendre au corps au corps, je n'ai pas encore assez de force physique pour me défendre uniquement avec les bras, monde cruel …

Bon Amaël, tu dois aller chercher ce foutu dossier et tu rentres, ça va aller , ne stresses pas !

Je pars pour le musée et sortant de ma voiture, je me sentais observer, je ne sais pas pourquoi , en même temps à cause de ces histoires avec ce vampire que j'ai vu au cimetière et le cas d'Araquiel, on me surnomme le briseur de nuque. Après, j’avoue que j'ai déconné avec Araquiel, mais pour l'autre, il a attaqué une sorcière ! Je n'ai fait que de la défendre, c'est tout. Ça me saoules bordel que certaines personnes se permettent de me donner un titre et en plus péjoratif, ça m'énerve !

Une fois le dossier en main, je repars vers ma voiture et je remarque une sorte de lettre sur mon pare-brise. Je me suis dit qu'un policier m'a mis une contravention vu que je me suis garé vite fait. Mais pas du tout, il s'agissait d'une lettre quelconque, mais quelque peu flippante. Dans cette dernière, il y avait un message assez menaçant à mon égard : '' Tu devrais surveiller tes arrières O'Connell, on te surveille partout ! ''. Je ne me sentis pas du tout à l'aise du tout dans cette ambiance et surtout le soir auquel tu te sens seul, mais observer à la fois.

Je m'empressais dans ma voiture et pis, j'ai fait la connerie du siècle ! Je n'ai plus d'essences, je suis ravi ! Bon… Et bien je n'ai plus qu'à rentrer chez moi à pied, je suis ravi, je vais mettre un moment, mais ce n'est pas grave , je ne fais pas assez de cardio après tout.

Sur le chemin du retour, je voyais une personne habillé en noir qui pour ma part me suivais. Je continue à avancer sans me retourner pour savoir après si cette personne me suit moi ou si elle a juste le même chemin que moi. Je voyais l'occasion se présenter en voyant une petite ruelle qui se révèle être une impasse que je pris de suite en me plaquant sur le mur pour attendre si la personne me suit. J'attends encore et encore jusqu'à ce que je sors ma tête pour voir et la rue était complètement vide et silencieuse, une atmosphère tellement oppressante.

Sauf que je me suis soulagé trop vite que je sentais une main me saisir par l'épaule et me jeter dans le fond de l'impasse par une force surhumaine. Est-ce un vampire ou un loup ? Je ne sais pas , il fait trop sombre pour que je distingue ce qu'il est ! Je me relève et j'essayais tant de le projeter, mais je n’arrive pas à lancer de sort sur ma cible , il est trop rapide. Donc c'est un vampire, super, le briseur de nuque va en prendre plein la gueule ce soir.

Ce vampire commença à jouer à cache-cache et à force, c'est gavant !

« - J’espère franchement que tu rigoles bien à jouer à ça car je sens que je vais être moins sympa ... »


Je n'ai même pas eut le temps de finir ma phrase qu'il me saisit la mâchoire avec un mouchoir en main avec une odeur d'éther, mais très forte et me mordit le cou. Il me fait inhaler cette connerie, se nourrit de moi, mais malheureusement pour lui, j'ai quand même eût le réflexe de retirer sa main en la brûlant par le feu , n'oublions pas que je suis un sorcier élémentaire même si je ne maîtrise pas à la perfection, et je crie de toute mes forces « A L'AIDE ! ! ! » au cas où quelqu'un pouvait m'aider, car je ne sais pas pourquoi je voyais trouble et je me sentais bizarre.

Je m'écroule sans tomber dans les pommes et je ne sais pas ce que j'allais faire contre ce vampire qui était bien parti pour me tuer.

Vais-je mourir ce soir ?
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
The moon mades ​​us his slaves.
The moon mades ​​us his slaves.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 17
MessageSujet: Re: Like a Familiar precense : Amaël O'Connell ft Zephyr Milkovich   Dim 26 Nov - 11:28






Renier la bête en moi était la plus stupide et dangereuse des décisions, humeurs changeantes, tendance à la violence, les ténèbres enlacés par la lueur vive de la colère, le gout du sang, un quotidien semé d'embuches et de lutte constante qui ne faisait que m'épuiser un peu plus et me faire perdre mon self contrôle. C'est pour ça que depuis quelques temps, sur les conseils sages de mon ami, je décide de ne faire qu'un avec la bête, le monstre, la tempête impétueuse. Mais qui de nous deux apprivoisait l'autre? Si les premiers temps j'étais réticent, bien trop apeuré de blesser un innocent, je lui avais demandé son aide, de me surveiller, réduisant mes sorties nocturnes à l'extérieur de la ville pour limiter les risques. Cette nuit là, la promenade fut de courte durée, un simple petit entrainement aux abords de la ville avant d'aller fouiner dans les histoires de la famille Nelson, cette affaire me donnait pas mal de fil à retordre et je craignais m'être embarqué dans une histoire louche et dangereuse. Farandole de silhouette sombre aux odeurs de pins et de mousse, tapis de feuillage crissant sous ses pattes, explosions d'odeurs faisant vibrer mon âme, cette course ne dura que quelques heures à peine avant de reprendre forme humaine. Il semblait frustré, celui qui faisait crépiter ma peau d'impatience, mais je devais lui montrer qui était le chef. Euh... Je tentais tout du moins. Epuisé, les muscles endoloris, je couvrait mon corps de vêtements avant de déambuler dans les ruelles sombres à la recherche d'un café encore ouvert à cette heure tardive. Tension musculaire, les sens en alerte, je tentais de réprimer son envie de refaire surface avant de comprendre que mon instinct me signalait un danger potentiel. Ambre et or dansent dans mes prunelles, gencives brulantes qui répandent un gout chaud et ferrailleux sur ma langue. Mouvements furtifs, rapides, aiguisés, ce parfum acre de mort chatouille mes narines,je n'ai nul doute sur la nature de celui qui parcourt ces rues, un vampire probablement en quête de son repas de ce soir.

Mélodie léger de tissus qui se froissent au gré de ses déambulations incertaines, il semble aussi nerveux qu'affamé et cette instabilité coure le long de mes parois nasales pour venir serrer mon coeur. Je ne peux détourner mon chemin, prisonnier de l'étau de ma conscience, un parfum de danger flotte dans les airs et je ne peux l'ignorer sciemment. Ma traque du soir change de cible, oubliée l'affaire Nelson, je tente de suivre cette créature qui semble se jouer de mon manque de discretion et de mon endurance quelque peu limitée par ma course récente. Perdre sa trace semble être un jeu d'enfant pour celui qui à repéré ma présence, il ne fait pas qu'inquiéter ma conscience mais tire généreusement sur les ficelles de mes nerfs. Je n'ai guère envie de jouer, encore moins avec une de ces créatures vicieuses. Mon regard balaie les rues désertes, l'humidité de l'air couvre son parfum et la pénombre freine mon ascension. Je perdais quelques secondes à réfléchir entre doutes et craintes avant de prendre la décision de risquer de me faire repérer ou pire encore, un accident... Tas de vêtement abandonné dans une impasse, je prend soin de les dissimuler derrière cette poubelle avant de laisser la brûlure envahir chacun de mes muscles. Mâchoire serrée pour étouffer grognements et suppliques de douleur, je laisse la bête refaire surface pour son plus grand plaisir. A l'affut, aux aguets, elle semble se ravir de cette promenade aussi nouvelle qu'exquise à travers les ruelles sombres. Large palette de parfums nouveau, la douce caresse du bitume sous ses pattes, l'agréable mélodie de ses griffes qui frottent le sol humide aux innombrables parfums, la sonate de sons urbains et le délicieux gout de l'aventure, du danger. La traque reprend et son gout exquis semble le faire grogner de plaisir.  

Dualité de parfums, la mort rencontre la chaire, le sang et flotte dans les airs une odeur de peur. Acre, chimique, brûlant, cette odeur étouffée par un tissu au parfum fleuri précéde le gout délicieux du nectar rouge. Laper, renifler, une langue qui caresse un palais et des crocs acérés, les flammes dans ces yeux qui luisent dans la nuit, témoin silencieux d'une proie qui se délecte de sa victime. Tapis dans la pénombre, je peux sentir ses muscles glacés se raidir sous le poids de ces perles or qui luisent et le toise. Menaçant grognement qui le stoppe dans son repas. Bondir, attaquer, je fais de mon mieux pour éviter de perdre tout contrôle face à cet instinct qui me dévore de toutes parts. Un pas, puis deux, la faible lueur blanche du lampadaire fait scintiller le pelage argenté. Somptueux et menaçant la bête toise la créature dans une longue discussion silencieuse. Nouvelle symphonie menaçante, prêt à bondir, la créature lève les mains en signe de paix, peut être paniquée d'être ainsi dérangée et repérée, avant de s'enfuir dans un bruissement léger de tissu. Je ne la prend pas en chasse, laissant la pénombre avaler sa silhouette pour poser mes yeux sur ce corps à terre. Encore chaud, respiration haletante, la mort ne l'a pas emporté, il était temps de faire demi tour, de s'enfuir aussi vite que j'étais arrivé. Un parfum ferrailleux flotte dans les airs, une langue gourmande qui lape ses crocs couleur craie. Joyaux luisant qui se posent sur ce corps au sol, un pas, deux pas, ceci n'est plus une fuite mais une distance qui se réduit entre nous. Captivé, attiré, la faim, l'envie, fait vibrer estomac et gorge dans un grognement qui résonne dans le silence. Caresse lente d'une truffe humide sur ses vêtements, la bête aussi curieuse que menaçante tourne autour de cette créature blessée. Jamais je n'aurais imaginé ce soir qu'une tentative d'acte héroique aurait pu se solder en drame, quand l'odeur alléchante attise l'instinct du prédateur qui se délecte et toise la proie blesséen un autre parfum familier vint à stopper la bête qui se délectait de la scène. Un corps qui bouge, un visage qui apparait, ses prunelles rencontre l'or brûlant et menaçant. S'ils sont tout deux inconnus l'un pour l'autre, je saurais reconnaitre entre mille ce visage qui me fait face. Amael... cours... voudrais-je te dire si j'avais pu parler. Conseil aussi stupide que vain qui n'aurait fait qu'attiser l'instinct prédateur du chasseur affamé. Immobile, les grognements cessent, ils se toisent, se jaugent et l'animal recule lentement. Après une longue lutte, un duel acharné, je parviens à lui donner la volonté de fuir dans la pénombre. Pister ce chemin parcouru à la recherche de cette, impasse, ces poubelles, ce tas de vêtements abandonné.  

Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 539
MessageSujet: Re: Like a Familiar precense : Amaël O'Connell ft Zephyr Milkovich   Dim 17 Déc - 18:00




Amaël&Zéphyr


Like a familiar presence


Avançant de plus en plus dans la pénombre, je récitai les quelques formules que j'avais appris pour pouvoir me défendre. Mais j'étais tellement faible que je ne pouvais exécuter de magie.

Je sentais l'heure du titre que je ne voulais pas acquérir arrivée à sa fin. Mais le destin a fait que j'allais devoir encore le traîner avec moi pendant un moment.

En effet, le vampire se baissa, mais se retourna brusquement vers la rue principale à laquelle on pouvait distinguer une silhouette. Un animal, voir un chien. Mais j'ai compris qu'après que le vampire, ce soit relevé et mis ses mains en évidences que le chien était un loup-garou.

Cette créature a fait fuir une autre. Les guerres entre loups et vampires n'étaient pas des légendes. Je me sentais de plus en plus faible à un tel point que je voulais m'endormir. Je ne voulais pas par la peur de cette fois-ci, la bête devant moi. Je baisse mon regard a terre, je ne voulais pas le regarder dans les yeux. La peur me prenait d'entrain que j'en étais limite paralysé.

J'entendais ses griffes gratter le sol, se rapprochant de moi et senti son souffle sur mes habits Peut-être pensé que j'étais mort, il voulait ce rassasié, je l'entends grogner. Jusqu'à ce qu'il stoppe d'un coup, je n'entends plus son chant menaçant à mon égard. Je me mis à bouger en douceur et relevai la tête pour croiser les yeux de cette magnifique créature. Je le vois dans les yeux qui s'écarquillent. Il recula lentement pour quitter les ténèbres, je me relève pour récupérer mes effets et j'ai voulu partir. Quelque chose me pousser à remercier ce loup, après tout, il m'a sauvé la vie.

Je m'approche de lui, de plus en plus. Je m'agenouille devant lui et tendis ma main avec méfiance. Je ressentais non seulement de la reconnaissance, mais également de l'inquiétude. Inquiet qu'il m'attaque contre son gré. Grâce à Raziel, j'ai pu comprendre comment réagi un loup en tant qu'humain et bête. Je prends le risque de le caresser en guide de remerciements même si j'aurais préférais le remercier en l'enlaçant. Je ne sais pas qui est l'homme derrière la bête.

« Merci de m'avoir sauvé, je t'en suis redevable ! » J'en disais peut-être trop, mais je suis toujours redevable à ceux qui m'ont sauvé.

Mais qui es-tu, créature de la nuit ?
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Like a Familiar precense : Amaël O'Connell ft Zephyr Milkovich   


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aurora Dilaurentis & Evelyn O'Connell - Jusqu'au 16/11/2013
» Camille O'Connell - Humaine (libre)
» PHOENIX ♛ DON'T STOP THE PARTY.
» Amaïa Larramendy
» 03. I'll be seeing you In all the old familiar places [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ Pray for Redemption. ::  :: Central City :: Rues-