Bienvenue : Le dernier habitant à avoir posé ses valises est Donna Holloway !
On compte sur vous pour l'accueillir comme il se doit les petits loups.
Annonce : Si tu choisis de jouer un Post-Vacant ou un Scénario du forum, tu seras crédité de 300$ dès ton inscription.
Plutôt sympa comme Soldes d'hiver, non ?

 

 Everybody's got a dark side. ♚ Ambrisaac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 213
Message posté le Mar 4 Juil - 18:39

Everybody's got a dark side.

Got a drop in my throat, chill in my bones, when no ones around. See the light in the flare, nobody's here, they don't hear a sound. All the burden that I face, inside every night. I'm a stranger when I wake, wake up in your eyes. When the world I've come to know is a replica of our own. Forever alone flying in the air.
Vivre d’une vie d’artiste n’est jamais une chose aisée, subissant des hauts et des bas au gré des humeurs des mordants d’art, il est rare de rester constamment sur une ligne bien droite. Tu l’as toujours su même lorsque tu t’es lancée dans cette folle aventure qu’était la peinture, tu as connu une si grande montée que tu t’es pris le loisir d’espérer que tu serais l’une des rares peintres à conserver cette continuité. Possédant l’espoir fou que tes tourments réussiront à capturer l’attention de ceux qui te faisaient vivre mais, tu étais en pleine chute. Une chute longue et douloureuse qui commençait par ton manque d’inspiration qui enchaîner par ton manque d’œuvre. Voyant ton manque de travail, les quelques galeries d’art qui explosaient tes tableaux t’ont donc gentiment remercié évoquant qu’ils ne pouvaient pas être garant d’une activité instable. Pourtant tu essayais sans relâche de rebooster ce qui te donnais la force d’étaler cette peinture mais, tes doutes et tes angoisses étaient bien trop omniprésents pour te laisser croire que tout s’arrangerais. Le désastre de ta vie s’accumulant dangereusement tu as donc pris la décision de commencer à rechercher un emploi bien plus stable, un qui t’empêcherait de t’arracher la tignasse en t’efforçant de changer les choses. C’est vrai que c’est bien plus simple de fuir le bateau en plein chavirement plutôt que de rester dessus n’est-ce pas mon ange ?

Tu as donc posté des curriculums vitae un peu partout dans la ville, ne faisant pas attention au fait que ce potentiel travail pourrait te plaire, tu ne pouvais pas jouer la capricieuse à rechigner pour un rien. Sûrement que dans le passé tu l’aurais fait, dans ta période de reine des abeilles tu aurais craché sur ce qu’on te proposait parce que ce n’était pas assez bien pour toi. Mais tu n’étais plus cette gamine capricieuse mais, une jeune femme plus mature. M’enfin c’est à voir ça. Même encore aujourd’hui tu restes une gosse insupportable avec tes sauts d’humeurs. De plus lorsque pour seule expérience professionnelle est être artiste ce n’est que rarement favorable, ce genre de métier est bien trop mal vu par la société.

Une annonce à attirer plus que d’autre ton attention, fraîchement poser par le patron d’un nouveau shop de tatouage, l’idée de te reconvertir dans cette voie te plaisait bien. Ça reste dans le domaine de l’art de plus les personnes effectuant ce métier t’ont toujours fasciné, lors de ta précédente vie tu n’avais pas trouvé le courage de marquer ta peau malgré que l’envie t’y prenait. Envoyant alors ta candidature sans vraiment de conviction c’est quelques jours plus tard que tu as reçu une réponse, t’informant que tu assisterais à un entretient le lendemain. Fouillant dans ton capharnaüm qu’était ton atelier, tu retrouves finalement cette pochette de carton où tu stockes les quelques dessins que tu fais lorsque tu ne peins pas ainsi que quelques peintures effectuées dans ta jeunesse et que tu n’avais jamais retranscrit sur une toile. Tu le feuillettes quelques minutes avant de prier pour que tout se passe bien.

Respire, inspire. Reste calme ma belle tout ira bien, cesses donc de faire les cent pas et de sentir cette boule d’angoisse que tu ressens au fond de tes tripes. À quelques mètres du lieu où ton petit rendez-vous déterminant sur ta vie devait se dérouler, tu es là à hésiter, à trembler de la possibilité de ton échec. Préférant t’entraîner aux phrases que tu devais dire plutôt que de dormir, cette nuit tu étais confiante, sûre de toi mais, à présent que tu es à quelques minutes de tout ça tu stresses. Tu laisses tes démons intérieurs te torturer librement, tu finis par les mettre de côté en voyant que l’heure tourne. Tu ne peux pas être en retard, ça ne serait pas très professionnel. Déjà que tu avais réussi à obtenir un rendez-vous en soirée, il ne manquerait plus que ça. Pénétrant dans la petite boutique grâce à la porte ouverte, tes lucarnes parcourent la pièce vide devant toi.

« - Bonjour, il y a quelqu’un ? Déclaras-tu en faisant quelques pas jetant un œil autour de toi, Excusez-moi pour mon interruption, Je viens pour l’entretien et vu que c’est ouvert je suis rentré. »

Finalement tu t’arrêtes devant le comptoir continuant de rechercher une autre présence, tes narines palpitant soudainement tu fais volte-face avant d’être prise par un violant sursaut surprise par l’apparition soudaine de cette personne derrière toi. Ta main droite se posant par réflexe sur ton cœur tu fais une petite pause pour reprendre tes esprits, ton regard se relève vers lui avant que tes sourcils ne se froncent. Oh putain… Foutu karma à la con.



PSYCHOSE
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 67
Message posté le Jeu 6 Juil - 19:16

Ambrosia
&
Isaac
Everybody's got a dark side.
Occupé à promener la pointe de son crayon noir sur une feuille blanche, Isaac dessinait les traits d’un nouveau dessin pour répondre aux attentes de l’un de ses clients. Il en oublia presque qu’il attendait l’arrivée d’Ambrosia. Jeune femme qu’il avait connu lorsqu’il traînait avec Olympe. Il se souvenait d’elle comme d’une adolescente caractérielle et capricieuse, avec des relations plus que tendues avec son grand frère. En réalité, Isaac n’avait jamais vraiment accroché avec elle. Entre les disputes incessantes avec Olympe et ses incrustes dans les discussions pour nuire à l’amitié entre Isaac et son frère, le vampire n’avait jamais vraiment eu envie de s’attarder plus sur le cas d’Ambre. Pour ainsi dire, le seul point commun qu’ils avaient toujours eu était cette passion pour l’art. Mais il fallait croire que cette passion commune n’avait jamais suffit à les rapprocher.

Alors pourquoi accepter de la rencontrer pour partager son travail ? Non, Isaac n’avait rien d’un masochiste. Il connaissait simplement le talent d’antan de la jeune femme. Celui qu’elle avait eu avant que ses œuvres cessent d’apparaître et en viennent même jusqu’à disparaître peu à peu des expositions. C’est ce qui l’avait poussé à prendre le risque de revoir cette sacrée petite peste. Après tout, il n’avait rien à perdre, si ce n’était un peu de temps et à vrai dire, il en avait à revendre. Et puis, cela ne l’engageait à rien. Si elle était toujours la même, il le verrait assez vite et la ramènerait gentiment vers la sortie

A l’entente de la porte qui s’ouvrit, Isaac interrompit son travail et reposa son crayon sur la table. La voix de la jeune femme arriva jusqu’à ses oreilles. Voix qu’il reconnut de suite. Il rejoignit alors la pièce où se trouvait Ambrosia. Dos à lui, devant le comptoir qui lui servait plus ou moins d’accueil en général. Il s’arrêta quand celle-ci se retourna, sursautant brusquement à sa vue. Réaction qui fit sourire le vampire. D’autant plus qu’il remarqua qu’elle avait déjà changé sur un point. Elle n’était plus une simple petite humaine. Elle avait rejoint la joyeuse communauté des immortels. Ce qui élargit un peu plus son sourire ; il se demandait bien comment ceci l’avait rendue. Plus impulsive encore ? Ou peut-être qu’elle avait finalement du apprendre à contrôler ses émotions détonantes ? Il s’adressa finalement à elle avec un certain sarcasme dans la voix : "Et bien, on croirait presque que tu as vu un fantôme, Ambre.". Puis, haussant un sourcil, il rajouta plus sérieusement : "Tu as l’air si surprise, t'as cru qu’on était plusieurs en ville à avoir le même nom et le même métier ? Ça aurait été une sacrée coïncidence quand même…".

CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 213
Message posté le Sam 8 Juil - 23:52

Everybody's got a dark side.

Got a drop in my throat, chill in my bones, when no ones around. See the light in the flare, nobody's here, they don't hear a sound. All the burden that I face, inside every night. I'm a stranger when I wake, wake up in your eyes. When the world I've come to know is a replica of our own. Forever alone flying in the air.
Son odeur presque semblable à la tienne te frappe, tu te redresses un peu pour l’observer les traits toujours figés par la surprise. Mais.. Depuis quand il était vampire celui-là ? Tu ne l’avais jamais remarqué auparavant, normal tu me dirais tu n’étais qu’une humaine à l’époque où tu l’as rencontré. Néanmoins de toutes les choses que tu pouvais penser ou bien imaginais sur lui jamais tu ne te serais douté qu’il soit la même créature que toi. Peut-être qu’il était tout aussi surpris que toi, en plus de l’art comme passion que vous partagez à présent vous avez aussi votre race. Son sourire s’agrandissant face à ta réaction, tu peux déjà sentir son mépris si qualificatif de lui-même venir.

« - Et bien, on croirait presque que tu as vu un fantôme, Ambre. ». Puis, haussant un sourcil, il rajouta plus sérieusement : « - Tu as l’air si surprise, t'as cru qu’on était plusieurs en ville à avoir le même nom et le même métier ? Ça aurait été une sacrée coïncidence quand même… »

Tu détournes le regard quelques instants, ton stress grandissant que d’un grand face à ses moqueries. Enfin, c’est comme ça que tu prenais ses paroles après tout ça a toujours été quelque peu tendu entre Isaac et toi. Il faut dire que tu n’as jamais été ni accueillante ni sympathique avec lui, la jalousie envers ton aîné obligeant. Ce gars est tellement énigmatique que tu ne sais pas les vraies raisons qu’ils l’ont poussé à accepter ce rendez-vous avec toi. Est-ce pour se moquer de toi ? Te faire espérer puis te claquer la porte au nez en ricanant d’une vengeance certaine ? Cette possibilité te fait hésiter à repartir, prendre tes jambes à ton cou pour éviter une nouvelle querelle qui affecterait sûrement la personne qui vous lit. Passant une main dans tes cheveux lâche tu les fais passer au-dessus de ton épaule, prenant une posture bien plus contrôlé que précédemment.

« - C’est ça rigole de moi, je ne m’attendais pas à ce que tu apparaisses soudainement derrière-moi tel une ombre. Tu te justifies les lèvres pincées abordant une mine boudeuse puis tu continues haussant toi aussi un sourcil, Pourquoi pas ? Isaac Hale c’est quand même plus commun qu’Ambrosia Milkovich. J’me disais que c’était sûrement une sacrée coïncidence comme tu dis. »

Tu fais rouler ta langue en prononçant ton nom faisant ressortir d’avantage ton accent ukrainien encore présent malgré les années passées ici, on pourrait presque croire que c’est récemment que tu as quitté ton pays natal à cause de celui-ci. Tes lucarnes faisant le tour une nouvelle de la pièce, tu t’attardes un peu plus sur ses dessins exposés au mur, faisant quelques pas vers eux tu penches un peu la tête sur le côté. Il est doué. Tu peux lui reconnaître ce talent. Une nouvelle fois tu te tournes vers lui, tes doigts serrant ta pochette que tu as prise pour ne pas qu’elle tombe.

« - Je suis surprise que tu as retenu mon CV, disons que notre dernière entrevue ne s’est pas très bien passée. Déclares-tu cachant la petite pique de honte en ricanant nerveusement, j’ignorais que tu t’es lancé dans le tatouage. Ça fait combien de temps que tu es ici ? »

La curiosité prenant le dessus sur tes appréhensions tu essayes de lancer la discussion, déjà que c’est assez gênant de se retrouver prétendant à un poste avec lui comme patron. Puis il y avait tellement de choses que tu ignores sur lui. Malgré que ta relation avec Olympe se soit largement améliorée, il ne te parle jamais de l’autre vampire, tu ne sais même pas si encore aujourd’hui ils sont en contact. Ton grand-frère sachant la tension qui régnait à l’époque entre vous, il devait sûrement éviter le risque de déclencher chez toi un nouvel accès de colère. Ce qui est idiot parce que même si tu ne portais pas vraiment le blond dans ton cœur jadis, le fait d’avoir grandi a servi pour revoir certain de tes jugements mais, tout ça reste tout de même compliqué. Tout est toujours compliqué avec toi, discrètement tu lâches un petit soupire, tu as trop besoin de ce boulot pour tout cacher au nom d’une fierté absurde.



PSYCHOSE
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 67
Message posté le Dim 9 Juil - 15:41

Ambrosia
&
Isaac
Everybody's got a dark side.
Aucune idée de vengeance ne trottait dans la tête du vampire. La jeune femme n’avait jamais été très agréable à vivre, mais elle n’avait jamais atteint Isaac plus que ça. Mis à part ses quelques caprices d’enfant et des sautes d’humeur dignes d’une femme aux hormones déréglées, il n’avait de grands griefs contre elle. Pas de quoi vouloir sa tête, tout de même. La justification d’Ambrosia accompagnée de son air boudeur fit sourire le blond. Allait-elle recommencer d’entrée de jeu à noircir les traits de son joli visage tout en bougonnant ? "Et quoi ? Si tu avais su que c’était moi, tu te serais abstenue ?", l’interrogea-t-il l'air à la fois curieux et le regard un peu défiant.

Isaac regardait la nouvelle vampire se déplacer dans la salle tout en observant ses dessins. Il laissa un soupir s’échapper d’entre ses lèvres quant à la remarque sur leur dernière rencontre. Effectivement, elle n’avait pas été des plus positives. Mais le vampire n’avait pas vraiment le temps de s’attarder sur de telles futilités. Ambrosia était une gamine à cette époque. Tout ce qu’il espérait, c’est qu’elle ait pris le temps de mûrir ces dernières années. Il n’avait pas l’intention de revenir sur le passé. Il était loin derrière et il serait inutile d’épiloguer ne serait-ce cinq minutes à propos de celui-ci. "C’est le passé.", dit-il brièvement et totalement désintéressé pour clore ce sujet sans intérêt. "Comment se porte ton frère ? Ça fait quelques temps que je n’ai pas de nouvelles.", la questionna-t-il, ne sachant pas vraiment à quelle réponse il aurait droit puisque dans ses souvenirs, Olympe et Ambre n’avait pas tellement une relation fusionnelle.

Sa curiosité sur son parcours professionnel fit sourire le vampire. "C’est toi qui es censée passer un entretien, me semble-t-il.", répondit-il avec une touche d’humour. Pas étonnant qu’Ambre ignore pratiquement tout du vampire vue leur relation très tendue et presque inexistante du passé. Il fallait dire qu'à part les crises au sujet de son frère, elle n'avait jamais vraiment eu d'autre sujet de conversation ces années-là. "Cela fait bien longtemps que je marque la peau des gens.", reprit-il un peu plus sérieusement. Un petit sourire au coin des lèvres, Isaac dévisagea un instant la jeune femme de ses yeux clairs comme s’il avait remarqué un détail important avant de finir : "Et puisque qu'il semblerait que tu sois dans la confidence aujourd’hui, ne pas prendre une ride avec les années attire un peu la curiosité des autres, alors je ne suis jamais resté très longtemps au même endroit. Je suis revenu il y a peu par ici.".

Ses yeux se détachèrent ensuite d’Ambrosia pour venir se poser sur le mur décoré de quelques-uns de ses dessins que la vampire observait quelques minutes auparavant. L’air un peu pensif, il était un  peu curieux du parcours de l’ukrainienne. "Alors Ambre, qu’est-ce qui t’a fait lâcher un art que tu savais si bien maîtriser ?", lui demanda-t-il, faisant référence aux toiles qui s’étaient longtemps glissées dans la plupart des expositions avant de disparaître finalement de la circulation.

CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 213
Message posté le Jeu 31 Aoû - 2:42

Everybody's got a dark side.

Got a drop in my throat, chill in my bones, when no ones around. See the light in the flare, nobody's here, they don't hear a sound. All the burden that I face, inside every night. I'm a stranger when I wake, wake up in your eyes. When the world I've come to know is a replica of our own. Forever alone flying in the air.
Il est vrai qu’abandonner ton art te briser le cœur, devenir peintre était cette main tendue que tu avais su attraper pour sortir de ta dépression. Sombre instant de ta vie, où tu t’étais transformé en véritable loque même ta famille n’avait pas réussi à ne sortir qu’un pied de celle-ci. Tu avais pensé à bien des manières de mettre une fin à tout ce cirque mais, lorsque par hasard tu avais commencés à montrer tes tableaux, on t’avait vivement conseillé de continuer dans cette voie. Chose que tu avais faite, qui t’avais fait réaliser que tu n’étais pas qu’une sombre garce avide de pouvoir. Toi aussi tu possédais un domaine où tu pouvais dire sans prétention que tu avais un talent. Le plus drôle c’est que personnes de tes connaissances du passé ne t’auraient vu dans ce domaine, on t’imaginait dans la mode, la critique, dans un bureau. Tout sauf une galerie d’art. Cette surprise générale, te faisait plaisir, ça te permettait de leur mettre une belle gifle dans la figure. Pourtant cette fois-ci c’était à ton tour de te prendre une belle baffe en tombant nez à nez à cet homme qui jadis avait bien su réveiller un bon nombre de fois ta colère.

« - Et quoi ? Si tu avais su que c’était moi, tu te serais abstenue ? »

La lueur de défi dans ses yeux te fit tiquer légèrement, tes lèvres grandissant un sourire joueur, tu penchas la tête sur le côté. T’approchant un peu de lui tu l’observes un long moment, penchant le pour et le contre pour rentrer dans ce jeu si dangereux pour vous deux. Tu termines par céder à tes envies joueuses, qu’importe tu te rattraperas et si le bougre le prend mal ça ne validera que ce que tu pensais de lui à cette époque.

« - Peut-être bien, oui. Je me serais abstenue puis poster un commentaire désobligeant sur ton site. Réponds-tu d’un air taquin puis tu lâches un petit ricanement en reprenant, Non, bien sûr que non. Peut-être qu’à une époque si mais, je pense qu’à présent nous sommes des adultes responsables qui peuvent se ternir dans la même pièce sans se tirer la tignasse. »

Tu hausses les épaules préférant retourner dans la contemplation de ses œuvres, elle ne savait pas autant de talent en lui, comme quoi il pouvait encore l’impressionner à présent qu’elle n’avait plus les rancœurs du passé. Il finit par dire que votre passé n’est plus d’actualité et tu acquisses bien d’accord avec lui. Ce n’est qu’un passage de ta vie, toi aussi tu ne préfères pas revenir dessus.

« - Comment se porte ton frère ? Ça fait quelques temps que je n’ai pas de nouvelles. »

Tu tournes la tête dans sa direction l’observant quelques instants, ignorant qu’il n’avait plus de nouvelles de ton frère sûrement pris par son tout nouveau travail qui même pour toi avait du mal à trouver du temps. Tu reviens vers lui, passant une nouvelle fois ta main dans tes boucles blondes.

« - Eh bien ça fait quelques semaines que je ne l’ai pas vu mais, il se porte bien. Il s’est trouvé enfin une voie dans laquelle il se plaît vraiment. Réponds-tu en réfléchissant quelques instants aux informations que tu possèdes, Il a quitté notre collocation pour trouver son propre chez soi, donc je ne peux qu’être heureuse pour lui. »

Laissant un sourire tendre fleurir sur ton visage, une petite pointe de tristesse t’emporte mine de rien tu t’étais habitué à ce qu’il vive avec toi. Même s’il était souvent sur ton dos, tel une vraie mère poule, tu ne pouvais nier que tu avais fini par t’y faire et qu’à présent ça te manquer. Tu le questionnes sur son parcours professionnel plutôt curieuse, il est vrai que tu ne sais pas grand-chose de lui, à part son nom et son prénom, à présent sa profession. Mais le reste, nada.

« C’est toi qui es censée passer un entretien, me semble-t-il. , répondit-il avec une touche d’humour. Avant de continuer. « Cela fait bien longtemps que je marque la peau des gens. » Reprit-il un peu plus sérieusement. Un petit sourire au coin des lèvres, Isaac dévisagea un instant la jeune femme de ses yeux clairs comme s’il avait remarqué un détail important avant de finir : « Et puisque qu'il semblerait que tu sois dans la confidence aujourd’hui, ne pas prendre une ride avec les années attire un peu la curiosité des autres, alors je ne suis jamais resté très longtemps au même endroit. Je suis revenu il y a peu par ici. »

Tu lâches un petit rire cristallin avant de prendre un air faussement innocent, écoutant ses explications attentivement. La surprise sur le visage, tu pensais qu’il s’était lancé dans l’aventure récemment mais, apparemment le fait qu’il soit un vampire semble l’avoir bien aidé. Chose que tu ignorais à l’époque vu que tu n’étais qu’une humaine. Finalement tu hoches la tête à ses dires, ne sachant pas quoi répondre de bien concret.

« - Alors Ambre, qu’est-ce qui t’a fait lâcher un art que tu savais si bien maîtriser ? »

Tes traits se durcirent automatiquement à sa question, tu sens une sadique boule d’amertume naissant dans ta gorge. Tu lui tournes une nouvelle fois le dos perdant tes iris dans la décoration de la boutique, tu marches quelques pas en lui répondant.

« - Tu as donc toi aussi suivi ma décadence ? Demandes-tu avant de réfléchir quelques instants puis de hausser les épaules d’un air faussement détaché, Tu connais les vies d’artiste, elles vont, elles viennent. Les muses avec. J’ai plus l’inspiration, plus rien qui me motives à peindre. J’ai essayé pourtant mais je n’ai pas eu le temps puisque le coup de grâce a été lorsqu’on a cessé de m’exposer pour mon travail instable. »

La mine un peu plus sombre tu restes quelques instants silencieuse ravalant l’amertume s’accumulant dans le fond de ta gorge, ta tête repassant ce souvenir douloureux. Puis en une seconde tes traits changent laissant ceux de la joie venir s’incruster, un sourire amusé sur le visage, tu agites la main comme pour dire que ce n’est rien. Que ça ne t’atteint pas. C’est insignifiant n’est-ce pas ?.. Pas vrai ? Ambrosia reprends toi susurres ta conscience.

« - M’enfin. Je ne suis pas là pour me plaindre, ça a été une belle aventure malgré tout. Déclares-tu avant de continuer en lui tendant ta pochette, Je me suis dit que tu apprécieras peut-être de voir certains de mes croquis, certains sont plus anciens que d’autres mais, je tenais à ce que tu voies l’évolution d’eux. Je n’ai jamais tatoué de peau, ni tenu une machine entre mes doigts mais, j’apprends vite et je suis vraiment motivée. »

Tu le fixes avec toute la détermination que tu possèdes attendant l’un de ses gestes pour lâcher de tes doigts tremblant cette fameuse détentrice de tes dessins. Peut-être que tu possédais un don pour la peinture certain mais, pour ce domaine-là c’était autre chose. Rare sont les personnes ayant vu tes talents dedans, un peu moins confiant qu’avec tes tableaux, tu crains de ne pas être à la hauteur pour lui. Son air dur et froid te pousse à toujours penser malgré toutes ses paroles qu’il sera interagissant avec ta personne. Peu importe que tu sois la sœur d’Olympe ou bien que tu ne sois pas cette garce que tu étais.



PSYCHOSE
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 67
Message posté le Mer 13 Sep - 22:19

Ambrosia
&
Isaac
Everybody's got a dark side.
Le blond laissait la jeune se rapprocher sans bouger d'un poil, l'observant d'un regard attentif. Sa réponse osée quant au commentaire désobligeant qu'elle aurait laissé sur son site si elle avait connu l'identité de son potentiel futur employeur au préalable fit sourire Isaac. Il semblerait qu'Ambre ait quelque peu gagner en humour avec les années également. Tant mieux. Le vampire était du genre taquin et un poil arrogant dans ses relations, autant dire qu'avoir une employée avec un balai coincé quelque part aurait fait quelques étincelles. "Effectivement, je pense que nous saurons nous tenir.", confirma-t-il assez satisfait de la réponse de la jolie vampire.

Vinrent les nouvelles de son vieil ami Olympe. La façon de répondre de la petite blonde laissait deviner que leur relation s'était améliorée. Pas le moindre signe de colère à l'égard de son frère. Il fallait croire qu'Ambre avait changé du tout au tout. Même s'il n'avait rien à redire à leur relation, le vampire préférait tout de même les savoir en bons termes. "Je suppose qu'il a enfin trouvé le moyen de jouer les justiciers si c'est une chose dans laquelle il se plait !", répondit-il assez amusé. Isaac se souvenait que son ami avait tenté de rejoindre la police à plusieurs reprises. Peut-être avait-il enfin réussi.

Le vampire écoutait avec attention les explications amères de la jeune femme au sujet de son art abandonné. "Je dirais plutôt que j'ai suivi ton succès avant d'être surpris de voir ton travail disparaître peu à peu, effectivement.", répondit-il un peu compatissant. En effet, le vampire connaissait bien la vie des artistes. Nombreux étaient ceux qui disparaissaient aussi vite qu'ils étaient apparus, malgré un grand succès pour certains. La jolie blonde finit par effacer sa mine nostalgique pour afficher un visage plus joyeux mais Isaac avait bien remarqué que ce souvenir attristait la jeune femme. "L'inspiration reviendra. Elle revient toujours.", ajouta-t-il calmement avec un petit sourire se voulant rassurant.

Isaac prit la pochette que lui tendait Ambre. Tout en écoutant ses paroles, il tounait délicatement chaque feuille en observant attentiveent chacun des croquis de la vampire. Si la jeune femme avait perdu toute motivation pour la peinture, elle n'en avait pas perdu pour autant son bon coup de crayon. Le blond restait silencieux à chacun des dessins qu'il découvrait, gardant un visage presque impassible, ne laissant rien appraître de ce qu'il pouvait bien penser. Une fois le dernier croquis découvert, il referma la pochette avant de la tendre à Ambre.

Il fixa la jolie blonde un instant tout en restant silencieux. Il disparut quelques secondes avant de réapparaître avec quelques feuilles agrafées entre elles qu'il tendit à Ambre. "Voilà ton contrat, tu commences lundi si tout te convient, et nous verrons bien à quelle allure tu apprends.", lâcha-t-il avec un petit sourire en coin qui se voulait un peu défiant.

CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Come to the Dark Side... we have cookies ! [PV Tom]
» London's Dark Side [+18 ans] - RPG Surnaturel / City
» walk you through the dark side of the morning (farokh)
» CHICAGO - Forum RPG
» Version 11 : Spéciale Carnaval !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ Pray for Redemption. ::  :: Central City-