Bienvenue : Le dernier habitant à avoir posé ses valises est Caroline Forbes !
On compte sur vous pour l'accueillir comme il se doit les petits loups.
Annonce : Si tu choisis de jouer un Post-Vacant ou un Scénario du forum, tu seras crédité de 300$ dès ton inscription.
Plutôt sympa comme Soldes d'hiver, non ?

 

 Well I've lost it all, I'm just a silhouette • Kol Mikaelson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Normality is our quality.
Normality is our quality.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 46
MessageSujet: Well I've lost it all, I'm just a silhouette • Kol Mikaelson   Mar 12 Déc - 11:59



Well I've lost it all, I'm just a silhouette.
Well I've lost it all, I'm just a silhouette, a lifeless face that you'll soon forget. My eyes are damp from the words you left, ringing in my head when you broke my chest. Ringing in my head, when you broke my chest. And if you're in love, then you are the lucky one, 'cause most of us are bitter over someone. Setting fire to our insides for fun to distract our hearts from ever missing them. But I'm forever missing him.


Un dernier cliquetis, et la porte cède. L'appartement est abandonné depuis quelques semaines déjà, fermé à clé, mais il n'a fallu que quelques secondes à Livia pour forcer la serrure. Elle s'engouffre à l'intérieur, une mallette à la main, et referma la porte du pied. En silence, les écouteurs dans les oreilles diffusant de la musique pop, elle installe tranquillement son matériel. Son plan est simple, inratable. Calculé à l'erreur près. Alors c'est tranquillement qu'elle sort son fusil sniper et qu'elle le pose par terre pour le préparer. Elle va s'attaquer à un Mikaelson et n'importe qui aurait déjà rebroussé chemin, mais elle n'a pas le choix. Alors elle évite d'y penser. Davina est intouchable et la seule façon de pouvoir obtenir ses faveurs est encore de se servir de Kol. Livia ne fait pas ça de gaieté de coeur, d'ordinaire elle choisit minutieusement ses victimes et évite les innocents, les gosses, ceux qui ne peuvent se défendre. Davina fait partie des innocents. Elle a son caractère mais plus gentille et douce qu'elle, Livia en a rarement rencontré. Elle a tenté de l'approcher, a commencé à avoir un semblant de relation amicale avec elle, puis elle s'est rendue compte qu'elle serait tout bonnement incapable de lui faire quoi que ce soit. Le chanteur de la chasseuse, l'enfoiré qui avait réussi à localiser sa mère, Amélia, la voulait vivante. Vivante et conciliante. Il n'y avait qu'un seul moyen et elle allait l'avoir entre les mains dans quelques secondes.

La jeune femme tira sur le masque de chirurgie noir qui masquait son nez jusqu'à son menton et rabaissa la capuche de son hoodie. Elle glissa deux fléchettes tranquillisantes dans son fusil, par mesure de précaution au cas où par un hasard saugrenu elle ratait son premier coup. Chose qui n'était encore jamais arrivé, mais il valait mieux prendre ses précautions. Et puis elle attendit. L'originel allait sortir du bar dans lequel il était un moment d'un instant à l'autre et elle n'aurait plus qu'à attendre la seconde exacte où il serait dans sa voiture et refermerait la portière. Personne n'y verrait que du feu. Elle avait choisit l'emplacement parfait pour réussir son coup et rien, absolument rien ne pouvait la faire rater. Tout était calculé au centième près. La distance, le vent, le temps pour que la fléchette arrive et atteigne sa cible. Elle avait concocté le tranquillisant elle-même en mélangeant une bonne grosse dose de carfentanil, un sédatif pour éléphant, et quelques grammes de verveine. En théorie elle n'avait pas besoin d'autant, mais elle préférait prendre ses précautions, surtout avec le petit con de la famille. Autant elle était presque sûre qu'une attaque manquée sur Klaus, Elijah ou Rebekah lui vaudrait une mort rapide à base d'arrachage de coeur ou de dévissement de la tête, autant avec le plus jeune elle ne voulait pas prendre le risque de connaître la différence.

Un mouvement des mains redressa le fusil. L'oeil de Livia se glissa contre la réticule et suivit sa cible. Kol approchait de sa voiture, il suffirait d'une seconde. Elle bloqua sa respiration, concentrée, et attendit pile le moment où l'originel s'apprêtait à refermer sa portière. Le bruit fut inexistant, la fléchette traversa les nombreux mètres qui la séparait de sa victime et se planta profondément dans son bras. Kol aurait sûrement le temps de comprendre, de retirer la fléchette, mais rien de plus. Elle avait été conçue par les soins de Livia pour que le produit se déverse aussitôt dans l'organisme et agisse à la même vitesse que la foudre. Lorsqu'elle redressa son fusil, elle savait que Kol était endormi sur son siège. Et personne autour n'avait remarqué quoi que ce soit. Elle rangea ses affaires rapidement et emporta sa malle. Elle remit sa capuche et son masque, ne laissant entrevoir que ses yeux dont la pénombre nocturne faisait danser le mélange de gris et de vert de ses iris. Un ballet bien triste de par son manque de couleur et d'espoir mais qui continuait pourtant à fasciner chaque personne qu'elle voulait mettre dans son lit. Pourquoi s'en plaindre ?

Il ne fallut que trois minutes à Livia pour rejoindre la voiture de l'originel. Elle passa côté passager pour le tirer à l'arrière et referma la portière pour se mettre au volant. Les clés sur le contact, elle n'eut aucun mal à démarrer la voiture. Tant mieux, elle n'avait pas envie de perdre du temps à trafiquer les fils. Elle quitta le parking du bar et s'échappa de la Nouvelle Orléans avant que quelqu'un ne se rende compte de la disparition du plus jeune des Mikaelson. Elle jetait de fréquents coups d'oeil dans le rétroviseur mais Kol ne semblait pas se réveiller. Tant mieux. Elle n'avait pas foiré ses doses, ça valait mieux comme ça. Elle roula une bonne demi-heure en dehors de la ville pour rejoindre Akers, une petite bourgade perdue pas très loin de la Nouvelle Orléans mais assez pour qu'on ait pas l'idée de venir fouiller ici en premier. Le véhicule se glissa jusqu'à une allée menant à une chapelle abandonnée depuis une dizaine années. Pas trop en mauvais état, histoire de ne pas se prendre une brique sur la tête, mais assez glauque pour que personne ne s'amuse à venir la visiter. Elle gara le véhicule de Kol à l'arrière, afin que personne ne le voit, et elle tira le corps du vampire tant bien que mal à l'intérieur, mais c'est au sous-sol qu'elle s'arrêta, dans ce qui avait été autrefois une réserve à manuscrits.

Elle était déjà venue ici, pour installer ce dont elle allait avoir besoin. Les manuscrits avaient été déplacés et au centre de la pièce trônait un espèce de siège d'opération, avec des sangles au niveau des poignets et des chevilles. Des sangles qu'elle avait pris soin de badigeonner de verveine. A côté, attendait un plateau haut, à roulettes, sur lequel plusieurs instruments de chirurgie et quelques produits chimiques aux couleurs variées étaient posés. Kol n'allait clairement pas passer un bon moment. Mais elle n'en aurait pas pour longtemps si Davina coopérait. La chasseuse posa le corps lourd du vampire sur la chaise chirurgicale et l'attacha fermement, soufflant une fois le travail terminé. L'entraînement musculaire n'était pas son fort, ça ne l'avait jamais été, mais il fallait avouer que dans des moments pareils elle adorerait avoir un peu plus de force. La jeune femme observa l'homme en silence, glissant le bout de ses doigts sur son front pour balayer une mèche de cheveux qui s'était rebellé. Elle n'avait rien contre lui. Elle n'avait rien contre Davina. Mais sa mère était entre de mauvaises mains et elle ne laisserait pas l'autre enfoiré lui faire du mal.

Sa main se retira lorsque Kol sembla reprendre doucement ses esprits. Son corps avait assimilé les substances chimiques à une vitesse ahurissante et elle se félicitait d'avoir mis une plus grosse dose que prévu. S'écartant du vampire qui s'éveillait petit à petit, elle sortit un téléphone de la poche arrière de son jean et appela quelqu'un. Ce n'est qu'après quelques secondes qu'elle prit la parole. "Je l'ai." Un blanc. Elle fronça les sourcils. "C'est pas mon boulot ça, c'est ta partie, je t'ai dis que je la touchais pas." Nouveau blanc. "J'en ai rien à foutre, tu..." Elle n'eut visiblement pas le temps de finir sa phrase et se contenta de serrer les poings. "Oui, j'ai compris. Je veux la récupérer entière, tu ne touches pas à un seul de ses cheveux ou je te jure que je fais le tour du monde s'il le faut mais je t'extermine. Fais ta part, et je fais la mienne." L'interlocuteur sembla répondre quelque chose et raccrocher. Livia rabaissa la main, serrant le téléphone si fort entre ses doigts que l'écran se fissura. Elle le balança nonchalamment sur une table poussiéreuse et approcha du vampire. "T'es résistant... Je t'ai collé une dose d'éléphant y a même pas une heure et t'es déjà réveillé. C'est impressionnant." Elle l'observa, comprenant pourquoi Davina avait craqué. Il avait un gueule d'ange. Une gueule d'ange qui renfermait un démon. Un démon avec son histoire et ses peines et qui ne méritait probablement pas ce qu'il allait endurer là.

La jeune femme approcha du plateau à roulettes et injecta un produit bleu dans une aiguille avant de s'approcher du vampire. "Je t'explique comment ça va se passer. Quelqu'un en veut à ta copine et le seul moyen de l'atteindre, c'est toi. Dans le meilleur des cas elle obéit rapidement et je te laisserai là. On sait tous les deux que si j'te colle rien dans les veines, dans vingt minutes t'es déjà libre." Elle posa une main sur le bras du vampire et lui planta la seringue sans violence mais sans douceur non plus, lui injectant le produit bleu. Rien d'autre qu'un nouveau sédatif, sans verveine cette fois. C'était inutile de le faire souffrir. Pas encore. "Si elle n'est pas coopérative..." Difficile de voir ce que pensait Livia à cet instant, à cause du masque qui cachait les 2/3 de son visage, mais ses yeux trahissait une forme de tristesse, bien qu'elle tente de rester la plus neutre possible. Le masque ? Un moyen comme un autre de garder l'anonymat le plus possible, bien qu'elle sache que s'il la croisait dans la rue plus tard, il reconnaîtrait sans doute son odeur. Ou ses yeux. Ils étaient plutôt particuliers. "Et bien, mon boulot va être de la rendre coopérative." Elle aurait pu lui dire qu'elle ne faisait pas ça de gaieté de coeur, que sa mère était entre les mains d'un psychopathe et qu'elle voulait juste qu'il la libère, mais à quoi bon ? Elle ne cherchait pas à attiser la pitié du vampire ou à copiner avec lui. Elle n'était pas dupe. Bonne ou mauvaise raison, ça ne changeait rien. L'affront qu'elle avait fait aux Mikaelson en kidnappant Kol valait sûrement la peine de mort. Elle tira un tabouret et s'installa non loin de Kol, les yeux rivés sur un vieux téléphone dont elle semblait attendre un appel. Y avait plus qu'à attendre.

Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 94
MessageSujet: Re: Well I've lost it all, I'm just a silhouette • Kol Mikaelson   Mer 13 Déc - 17:30





Wrong way



La Nouvelle-Orléans montrait une autre facette d’elle une fois la nuit tombée. Plongée dans la pénombre, cette ville où le jazz et les mariages étaient célébrés en plein air, montrait ses plus beaux atouts au clair de la lune. La lueur pâle de l’astre, reflétait parfaitement les typiques balcons de l’architecture espagnole, sur lesquels certains se penchaient pour observer les festivaliers de la parade, en contre bas.

Bien que l’ambiance fût joyeuse et conviviale, l’ambiance dans les bars étaie nettement différente. Les touristes, ou les habitants du coin étaient, certes, présents lors du début de soirée, mais, plus la soirée avançait plus la tension augmentait entre certaines personnes, ayant bu un verre de trop. Contrairement à certaines personnes timides ou consciencieuse, Kol Mikaelson aimait tout particulièrement cette ambiance, et, sans surprise, il avait choisi de passer sa soirée dans un petit bar local, laissant ses frères au manoir.

Installé au comptoir, vêtu d’un bois nappé de noir, il enchaînait les verres sans aucune inquiétude. Son corps éliminait bien trop rapidement l’alcool pour qu’il se retrouve, un jour, ivre. Un sourire amusé aux lèvres, il regardait avec malice, un jeune groupe d’étudiants qui s’initiaient au billard. Evidemment, leur partie était un échec total, et certains d’entre eux se chamaillaient concernant les règles du jeu. Cependant, malgré cet échauffourée, l’ambiance n’était pas tellement au rendez-vous ce soir-là, bien étrangement. Le calme presque perturbant régnait depuis plusieurs longues minutes, et, l’originel, impatient comme il était, s’ennuyait.

Remettant sa veste en cuir noire sur lui, il décidait de sortir du bar, sans, bien évidemment, payer ses nombreuses boissons qu’il avait commandé. Sortant ses clés de sa voiture de sa poche, il se raclait la gorge en observant une jeune femme, à la jupe quelque peu courte, qui passait à côté de lui. S’il n’avait pas eu Davina, elle aurait sans doute fini dans son lit ce soir. Après lui avoir souri, il montait dans son 4x4 noir dernière génération, et plaça les clés sur le moteur, avant de tendre le bras pour refermer sa portière.

Un cri de surprise s’échappa de lui, lorsqu’il sentit une légère piqûre à son bras. Observant la flèche, il l’enlevait brusquement, malgré le fait qu’il commençait à voir trouble, et qu’il perdait petit à petit l’ouïe. Mettant ses mains sur le volant, il voulut démarrer, mais fut dans l’incapacité d’appuyer sur les pédales. A la place, il fermait ses yeux et s’endormit sur son siège, incapable de lutter contre le produit.

Il fut réveillé par la voix d’une fille, probablement. Il n’entendait que des brides de conversation, pas encore assez conscient pour distinguer tous les mots. Il ouvrit les yeux, mais ne vit pas encore distinctement les objets autour de lui. Cependant, il remarquait très rapidement qu’il était dans l’incapacité de bouger ses mains et ses pieds. Relevant la tête, il aperçu une silhouette féminine marcher vers lui. Sa vision s’améliorait de seconde en seconde, comme sa rage. Elle, qui pouvait le pousser à faire des choses plus que sadiques, avait atteint son maximum.

L’originel restait bien étrangement calme. Il ne prit pas la peine d’essayer de se libérer, il sentait la pression forte des sangles sur ses membres, et, avec la dose de sédatif encore en lui, il n’arriverait pas à s’extraire. Cependant, il restait muet, examinant chaque geste de son ennemie, chaque parole. Un Originel silencieux était, dans…tous les cas, jamais bon signe.

Cependant, lorsqu’il entendit le prénom de sa chère petite amie, il serra les poings, se redressant comme il le pouvait sur le siège. Sa rage, sa colère, sa soif de sang était à son maximum. Il ne supportait pas que l’on s’en prenne à Davina, et il savait qu’elle était l’un de ses plus importants points faibles. Il fusilla Livia du regard lorsqu’elle lui injecta un nouveau sédatif, avant d’émettre un rire froid et court, qui résonna dans le lieu.
Secouant sa tête, comme pour rester éveillé malgré la nouvelle dose, il reprit son sérieux avant de parler pour la première fois depuis son réveil.

-Bloody hell, j’ai connu des personnes qui voulaient la peau à Davina, mais je n’ai jamais connu plus stupide que toi. Davina ne cèdera pas, elle sait que je suis résistant, elle viendra te tuer en personne, ainsi que tes coéquipiers.

Il laissait planer un nouveau silence, dans lequel il regardait autour de lui pour essayer de devenir dans quel lieu il était. Il en profita pour détailler Livia, même si son visage était entièrement caché, hormis ses yeux. Penchant la tête sur le côté, il détaillait Livia de la tête au pied.

-Dis moi love, puisque nous allons rester ici un bon moment, pourquoi ne pas enlever ce masque pour qu’on puisse discuter en tête en tête ?
Demanda-t-il, un sourire charmeur aux lèvres.

Il ‘imaginait déjà retirer un à un les muscles, les nerfs et les os de Livia, mais…la politesse avant tout.







by tris
[
Revenir en haut Aller en bas
Normality is our quality.
Normality is our quality.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 46
MessageSujet: Re: Well I've lost it all, I'm just a silhouette • Kol Mikaelson   Lun 18 Déc - 23:19



Well I've lost it all, I'm just a silhouette.
Well I've lost it all, I'm just a silhouette, a lifeless face that you'll soon forget. My eyes are damp from the words you left, ringing in my head when you broke my chest. Ringing in my head, when you broke my chest. And if you're in love, then you are the lucky one, 'cause most of us are bitter over someone. Setting fire to our insides for fun to distract our hearts from ever missing them. But I'm forever missing him.


Difficile de se faire insulter sans rien dire. La fierté en prend un coup, et plutôt violent. Pourtant, elle a déjà entendu pire que "stupide", même si apparemment elle était la plus idiote de tout ceux qu'il avait rencontré. Ce gamin arrogant, il avait beau avoir plus de mille ans, il n'avait pas l'air de dépasser la quinzaine d'années mentalement. Sûr de lui, insolent alors qu'il était en mauvaise position, insultant. Une vrai tête à claque. Que disait son père déjà ? Un homme arrête de grandir à quinze ans, après il apprend juste à faire semblant. Quelque chose dans le genre. Mais il avait raison, Davina ne se laisserait pas faire facilement. La partie risquait de se corser à cause d'elle et Livia voulait tout sauf que cette histoire finisse dans un bain de sang. La première victime de tout ça serait sa mère, et c'était tout bonnement hors de question. Cette pauvre femme complètement perdue dans sa vie n'avait rien demandé à personne et Livia se voyait mal essuyer un nouveau décès. Elle n'avait jamais été proche de sa mère, mais elle restait la femme qui l'avait mise au monde. Difficile d'accepter qu'on s'en prenne à elle après ça.

"Je n'ai pas de coéquipier." répondit-elle sèchement. Elle venait de lui injecter une nouvelle dose de tranquillisant et savait que ça allait faire effet. Tant qu'elle respectait les renouvellements à horaires réguliers, il n'y aurait pas de problème. Les yeux sur son téléphone, elle sentait bien que le regard de Kol se faisait insistant sur elle, mais elle s'en fichait éperdument. Il devait réfléchir à une quelconque façon de se venger, probablement, mais le temps qu'il en trouve une elle serait loin. La jeune femme était fine mais élancée, trahissant un corps qui planquait un bon nombre de muscles actifs probablement dus à des entraînements réguliers et intensifs. Entièrement vêtue de noir, elle portait des vêtements lambdas. Un hoodie dont la capuche était remontée sur sa tête, un jean, des bottines noires à talons plats, tout dans le pratique bien que la forme de son corps réussisse l'exploit de la mettre en valeur malgré cette tenue des plus basiques. Elle portait quelques piercings aux oreilles mais il ne pouvait pas encore les voir, et une bague. La même que Donna. Rien d'autre, et pour surveiller un originel c'était le minimum requis.

Enfin, et parce que visiblement ce n'était pas suffisant de la détailler du regard, il reprit la parole pour lui demander de dévoiler son visage. Un sourire se dessina alors derrière le masque de la jeune femme qui releva ses yeux vers lui. Elle se leva et glissa son téléphone dans sa poche en approchant. "Love..." l'imita-t-elle avec un brin de moquerie, répondant à son sourire charmeur par une voix tendre. Elle aurait pu craquer à cette gueule d'ange, dans d'autres conditions. Mais là, elle ne pouvait pas se le permettre. "... tu en as déjà trop vu, sans compter que t'auras aucun mal à reconnaître mon odeur si tu me croises n'importe où sur cette terre. Je ne vais certainement pas te faciliter la tâche en te montrant mon visage. C'est plus du jeu sinon..." La sonnerie de son téléphone retentit et Livia se tût, prise un peu de court. Déjà ? Elle s'éloigna de nouveau en répondant mais ne prononça pas un mot. C'est son interlocuteur qui prit la parole en premier et la jeune femme dû attendre une petite minute avant de pouvoir en placer une. "... Et ? Qu'est-ce que tu veux que ça me foute ?" Nouveau silence. Elle lança un regard suspicieux sur Kol avant de sortir carrément de la pièce, refermant la porte derrière elle. Elle s'absenta cinq minutes à peu près, avant de revenir dans la salle. "Changement de plan. Ce n'est plus moi qui vais m'occuper de toi." Elle se tourna vers un évier plein d'eau et y lâcha son téléphone qui cracha quelques bulles d'agonie avant de rendre définitivement l'âme.

La chasseuse attrapa une nouvelle seringue et y injecta un produit d'une nouvelle couleur avant d'approcher de l'originel. "Ta copine s'est montrée coopérative, mais à condition de t'avoir à l'oeil.." Elle planta de nouveau l'aiguille dans le bras de l'originel, sans rien y injecter pour l'instant. Elle le regarda un instant puis de nouveau un sourire se dessina sous son masque. Un sourire visible uniquement par son regard. "Surtout, le rate pas." Elle savait très bien que l'autre connard qui avait pris sa mère comme menace allait se faire buter. Davina et Kol ensemble ? Il allait tenir cinq minutes avant que les deux là ne réussissent à le tromper. Mais ce n'était plus son problème. Elle savait où était sa mère, elle n'avait plus qu'à aller la chercher. Les deux tourtereaux feraient le reste. "Je vais t'injecter une nouvelle dose de tranquillisant. Quand tu te réveilleras, tu seras entre des mains bien moins agréables que les miennes." Quelque part, elle était soulagée de ne pas avoir à torturer l'originel plus que ça. Tout ce qu'elle lui avait injecté devait déjà lui brûler les veines et lui marteler le cerveau, alors ne pas avoir à l'énerver encore plus était une bonne chose. Baissant les yeux vers sa seringue, elle commença à y presser son doigt. Subtile mélange bourré de verveine pour l'affaiblir le plus possible et de tranquillisant pour éléphant afin qu'il s'endorme à la fin de son calvaire. Il allait morfler pendant quelques minutes, mais après il se sentirait comme un petit nuage. Et elle ? Elle prenait bien garde de ne pas déraper parce que la dose était bien trop forte pour qu'elle y survive si elle se plantait par erreur.

Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 94
MessageSujet: Re: Well I've lost it all, I'm just a silhouette • Kol Mikaelson   Ven 22 Déc - 11:47





Wrong way



Sa fierté à lui aussi, subissait un coup fatal. Se faire prendre aussi facilement par une simple humaine peu connue, alors qu'il était un originel était presque insultant. Son manque d'attention, de concentration lui avait, encore une fois, coûté une place à risque auprès d'une supposé chasseuse. Ce même manque d'attention lui avait déjà coûté la mort à deux reprises, et, il était hors de question qu'elle vienne le chercher une troisième fois. Il était certes, habitué à mourir, bien que cette expression lui reste en travers de la gorge, mais il savait qu'un jour, il mourrait pour de bon...Après tout, les Mikaelson ne sont peut-être pas si immortels que cela...

Sa colère remplissait chaque veines, chaque nerfs, et chaque muscles de son corps lorsqu'il avait appris que Davina courrait un danger, et, qu'une fois de plus, il ne pouvait rien faire pour la soutenir, pour l'aider. Elle aussi, avait déjà connu la mort à plusieurs reprises, elle était habituée. Néanmoins, elle restait beaucoup plus vulnérable à cette issue fatale, étant donné qu'elle n'était qu'une simple sorcière, et, l'immortalité ne faisait pas partit de ses pouvoirs. Il ne savait pas pourquoi elle était la cible d'un ennemi, mais une chose est sûr, Kol n'allait plus fermer l’œil de la nuit jusqu'à ce qu'il tue lui-même cet imbécile lâche et inconscient.

Il étudiait avec minutie les gestes bien précis de Livia, en même temps, ce n'est pas comme s'il pouvait faire autre chose. Elle semblait être une parfaite élève appliquée qui cachait parfaitement ses émotions, ses pensées aux autres. Son corps était le corps typique de tout chasseur : Une silhouette parfaitement équilibrée, dont les courbes raffinées et précises n'étaient pas visibles sous un pull bien chaud. Elle semblait souple, voir, élégante dans sa démarche. Nul doute qu'elle faisait ce métier depuis pas mal d'années à présent.

-Pas de coéquipier ? Kol pouffa de rire, tout en pinçant ses lèvres face à cette nouvelle dose, alors à qui parles-tu love ? Ton prince charmant ? Alors dis lui, bien poliment de ma part, que s'il touche à un cheveu de Davina, je vais passer mon immortalité à le maintenir en vie pour le torturer. Crois moi love, ça fait parti de mes nombreuses qualités.
Perdait-il patience ? Absolument. Savoir Davina en danger le rendait presque malade, d'autant plus qu'il ne voyait aucune solution pour sortir d'ici, du moins pour le moment. Il plissait les yeux face au "love" de Livia. Elle utilisait sa marque de fabrique, pour, bien évidemment, se moquer ouvertement de lui, ce qui le fit décrocher un sourire faussement amusé.

-Sérieusement, darling, commença-t-il alors qu'elle lui tournait déjà le dos pour repartir, tu as eu assez de courage pour te confronter à moi, aies le courage de dévoiler ton visage qui doit être, j'en suis certain, à croquer, sans jeu de mots bien évidemment.

Son regard s'assombrissait au fur et à mesure que Livia quittait la pièce. Il détestait être dans cette situation, habituellement, c'était plutôt lui qui s'amusait avec ses victimes. Profitant de l’absence de Livia, il mobilisa l'ensemble de ses forces pour essayer de faire céder les sangles. Quelques fils cédèrent, sans pour autant le libérer. Il aurait fallu qu'il ait toute sa force pour parvenir à son but. De plus, les sangles imbibées de verveine lui brûlait petit à petit la peau.
A peine a-t-il eu le temps de faire ceci, que Livia était déjà de retour. Elle gardait toujours son regard froid, presque sans émotion malgré son entretien téléphonique qu'elle venait de terminer.

Il fronçait les sourcils face à la nouvelle prise de parole de Livia. Davina ? Coopérative ? Ce n'était jamais bon signe. L'orignel regardait l'aiguille d'un mauvais œil, remarquant la différence de couleur qu'il y avait par rapport aux précédentes. Il aperçut l'éclat d'amusement dans le regard habituellement éteint de Livia, et, bien qu'il détestait la chasseuse, il lui sourit en retour, comprenant parfaitement ce qu'elle avait voulu dire. Oh non, une chose est sûre, il n'allait pas le rater, comme il n'allait pas la rater.

-Des mains moins plaisantes que les tiennes ? Les tiennes n'étaient pas plaisantes love, car si elles l'étaient, je n'aurais pas envie de retirer ses précieux yeux de mes orbites, avec mes crocs.

Criant d'un coup sec et puissant face aux brûlures qu'il ressentait à l'intérieur de son corps, il serrait les poings tout en fermant les yeux. Il ne cachait pas sa souffrance, de toute manière, il était dans l'incapacité de le faire. Kol laissait apparaître ses veines noires bien visibles en dessous de ses yeux, comme pour lutter contre la souffrance. C'était bien inefficace. Au bout de quelques minutes, il sentit la douleur disparaître progressivement pour laisser place à une fatigue qui lui fit fermer les yeux. Décidément, il n'avait absolument pas l'impression d'être un Mikaelson vu la facilité qu'avait Livia pour le contrôler.




by tris
[
Revenir en haut Aller en bas
Normality is our quality.
Normality is our quality.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 46
MessageSujet: Re: Well I've lost it all, I'm just a silhouette • Kol Mikaelson   Lun 25 Déc - 15:42



Well I've lost it all, I'm just a silhouette.
Well I've lost it all, I'm just a silhouette, a lifeless face that you'll soon forget. My eyes are damp from the words you left, ringing in my head when you broke my chest. Ringing in my head, when you broke my chest. And if you're in love, then you are the lucky one, 'cause most of us are bitter over someone. Setting fire to our insides for fun to distract our hearts from ever missing them. But I'm forever missing him.


Que de jolies paroles pour la faire céder. Elle pourrait dévoiler son visage, après tout ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne la retrouve, s'il en avait vraiment envie. Mais l'idée ne plaisait guère à Livia qui comptait rester en ville encore un peu, au moins le temps d'apprendre à connaître sa soeur et de voir si tout allait bien pour elle et si elle pouvait la laisser seule. Elle avait vécu sans elle jusqu'à maintenant, c'était déjà une certitude que Donna n'avait pas besoin de Livia, mais peu importait. Elle n'avait jamais eu l'opportunité de côtoyer cette soeur que leur mère pensait morte, et elle voulait rattraper le temps perdu. Comprendre toute l'histoire. Savoir pourquoi sa mère avait eu tant de mal à s'en remettre malgré qu'elle ait eu une deuxième enfant. "Pas de prince charmant non plus." Le seul homme avec qui elle avait vraiment une relation, si on pouvait appeler ça comme ça, c'était Araquiel, et elle se résumait à un lien indescriptible qui la rendait complètement accro à sa morsure, et lui à son sang. Un comble pour une chasseuse. Si encore elle pouvait le remettre dans son lit, elle comprendrait, mais maintenant que l'autre sac à puce s'était interféré entre eux elle ne pouvait même plus profiter de son plan cul et plus si affinité. Alors non, pas de prince charmant. "Si je pensais que je pouvais t'avoir rien qu'avec mon visage à croquer, je ne me serais pas embêtée à organiser tout ça. Alors sois gentil et garde tes jolis mots pour Davina. Moi tu vas me haïr." Et paf, coup de fil. Elle sortit pendant une dizaine de minutes et revint après pour injecter un nouveau produit dans les veines de l'originel. "Oh je t'assure que si tu ne prends pas rapidement le dessus sur lui, tu vas vite regretter mon manque d'animosité envers toi." Un sourire léger se dessina sous son masque, mais étira légèrement ses yeux. "Bonne nuit." Une petite pression, et l'originel était sous l'emprise de la douloureuse anesthésie.

Le trajet dura une bonne trentaine de minutes cette fois, d'où le fait que la dose ait été plus forte que la première fois. C'est sur le parking d'un motel pourri que Livia gara enfin son véhicule, l'originel sur la banquette arrière. Elle ne l'avait pas vu bouger, ne l'avait pas entendu non plus, elle supposait qu'il dormait toujours. Elle lui avait ligoté les mains avec de la corde imbibée de verveine, au cas où il se réveille quand il ne fallait pas, mais savait pertinemment que si son maître chanteur ne prenait pas rapidement le contrôle, ça ne serait pas suffisant pour retenir l'originel. En réalité, Livia avait mis moins que la dose prévue. Elle espérait que Kol se réveille avant que l'autre ne commence sa torture. A ce moment, elle serait hors de portée. Si tout se passait bien. Elle sortit du véhicule et aperçut un homme, d'une cinquantaine d'années, vêtu d'une robe de prêtre, qui descendait les escaliers extérieurs du deuxième étage. C'était la première fois qu'elle le voyait et son coeur se serra dans sa poitrine. "Où est ma mère ?" demanda-t-elle sans lui laisser le temps d'émettre un seul son. "Vous avez rempli votre part du marché. Votre mère ne court plus aucun danger, vous avez la parole d'un homme de foi." Un poids léger s'envola de son coeur sans pour autant disparaître entièrement. Le mensonge n'était pas à proscrire. "Vous êtes conscient que je ne vais pas laisser passer ça ?" L'homme releva fièrement la tête. "Mademoiselle, je ne suis qu'un humble serviteur du Seigneur tout puissant. Ces créatures n'ont rien à faire dans notre monde mais on ne peut combattre le feu que par le feu, parfois." La chasseuse garda le silence, ses mots ne dépassant pas sa pensée, comme à son habitude, mais son regard parlait pour elle. Elle recula lentement et alla ouvrir la porte arrière où dormait l'originel. L'homme approcha et l'observa un instant avant de faire un signe de main vers une fenêtre. Deux hommes sortirent de là pour attraper Kol et le sortir du véhicule. Livia referma la portière et le regarda s'éloigner. Il devrait être réveillé. Avait-elle mal calculé ses doses ? Elle monta à l'avant de son véhicule, le coeur battant dans sa poitrine. Elle avait prévu de se servir de lui pour exterminer cet espèce de fanatique, mais encore fallait-il qu'il ouvre les yeux. Secrètement, elle espérait qu'il fasse semblant. Mais en attendant elle ne pouvait pas rester là à rien faire ou elle allait lever des soupçons dont elle ne voulait pas. Alors elle referma la portière une fois à l'intérieur du véhicule et observa, pendant quelques secondes. Un geste, elle attendait juste un geste de la part de l'originel pour s'accorder le droit de partir. Sinon tant pis, elle les suivrait à l'intérieur et ferait elle-même un carnage. Machinalement, elle se pencha vers l'arrière et fouilla sous le siège passager pour en sortir un pistolet, qu'elle chargea et dont elle retira la sécurité. Si c'était inutile contre l'originel, le prêtre à ses larbins sentiraient les balles passer. Et il faut croire qu'elle allait en avoir besoin parce qu'ils venaient de refermer la porte d'une chambre en emportant Kol à l'intérieur, et l'originel n'avait pas bougé. Elle allait devoir entrer là dedans et ça promettait d'être drôle.



Dernière édition par Livia Mckinney le Sam 6 Jan - 19:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 94
MessageSujet: Re: Well I've lost it all, I'm just a silhouette • Kol Mikaelson   Jeu 4 Jan - 13:52





Wrong way



Il savait, depuis plusieurs années déjà, que la Nouvelle-Orléans était une ville très périlleuse pour lui, dans un premier temps, mais également pour Davina. Même si cette ville de Louisiane prospérait et était fondé sur les mythes, les légendes, et les sorcières qui faisaient partie de l’héritage historique de la ville, Davina n’était pas forcément bien vue parmi la population d’êtres surnaturels. Beaucoup voulait sa mort, beaucoup voulait l’utiliser pour leur propre fin, beaucoup était jalouses de la protection renforcée de l’originel envers elle. Il n’y avait pas à dire, la Nouvelle-Orléans n’était pas un lieu paisible pour elle.

Kol avait déjà longuement songé à quitter définitivement cette vieille mais charmante ville, pour s’installer, à San Francisco, ou a Seattle, sur la côte ouest des Etats-Unis. Cependant, il savait que, ironiquement, Niklaus avait besoin de lui d’une manière ou d’une autre, Elijah n’étant pas présent. De plus, avec le retour de sa sœur en ville, il ne se voyait absolument pas partir pour l’inconnu. Il voulait rester auprès de son propre sang afin de rattraper le temps perdu…Malheureusement pour lui, aujourd’hui lui rappelait à quel point il prenait des mauvaises décisions. Il était évident que de rester ici, dans cette ville où le danger était plus présent que la musique, il jouait avec le feu en exposant Davina à un grand danger, comme aujourd’hui. Il ne se pardonnerait jamais si Davina venait à périr, une nouvelle fois, dans cette ville…

Il se réveillait, quelques longues minutes plus tard, dans une pièce dont les murs en ciment brut donnait à la pièce une atmosphère glaciale. La petite lumière de la lune, ne venait que par une simple et petite fenêtre, décorée de rideaux jaunes peu modernes.. L'originel, attaché sur une chaise en bois vétuste, observait la pièce dans laquelle il était, reprenant petit à petit ses esprits. Deux lits de une place étaient séparés, et, sur lesquels, des sacs noirs étaient posés. Le tapis, lui aussi peu moderne, cachait un parquet en bois massif, en très mauvais état. Son regard, particulièrement meurtrier, se posait sur deux hommes, postés à la fenêtre et à la porte, et, qui le regardait bien victorieusement. Arquant un sourcil, il prit la parole, alors qu'il sentait les brûlures à ses poignets.

-Qui êtes vous ? Encore des suicidaires qui ne savent pas ce qu'ils risquent en s'attaquant à un bloody Mikaelson ?

Un homme pris son téléphone pour appeler une personne, puis sorti de la chambre, sans doute, pour avoir plus d'intimité, tandis que l'autre, s'approchait de Kol, couteau à la main, et sourire sarcastique aux lèvres. Il passait sa main dans les doux et soyeux cheveux de l'originel avant de les agripper fermement, posant la lame froide du couteau sur sa joue. Kol, et avant que l'homme ne prononce de mots, lui donna un puissant coup de tête, qui fit reculer son nouveau tortionnaire. Il avait récupéré quelques forces, mais pas assez pour faire céder les cordes imbibées de verveine à ses mains et à ses pieds.

L'individu, s'étant rattrapé à une commode, revient en furie après avoir craché un "Tu tiens bien ta réputation de casse-pied Mikaelson", et lui planta, son couteau, imbibé lui aussi de verveine dans l'épaule. Kol serra les dents et grognait entre celles-ci. L'autre homme, ayant fini son appel, revenait dans la chambre, l'air inquiet.

-Stop ! Tu sais très bien qu'il[/b] veut l'avoir en pleine forme. [b]Il va nous faire passer un mauvais quart d'heure encore une fois.

Kol ne savait pas de qui ils parlaient, mais, il avait qu'une envie : Qu'il se montre enfin pour découvrir qui est derrière tout ça...




by tris
[
Revenir en haut Aller en bas
Normality is our quality.
Normality is our quality.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 46
MessageSujet: Re: Well I've lost it all, I'm just a silhouette • Kol Mikaelson   Sam 6 Jan - 20:10



Well I've lost it all, I'm just a silhouette.
Well I've lost it all, I'm just a silhouette, a lifeless face that you'll soon forget. My eyes are damp from the words you left, ringing in my head when you broke my chest. Ringing in my head, when you broke my chest. And if you're in love, then you are the lucky one, 'cause most of us are bitter over someone. Setting fire to our insides for fun to distract our hearts from ever missing them. But I'm forever missing him.


"Messieurs, voyons, un peu de tenue et de respect pour notre invité." Le prêtre venait de rentrer dans la chambre. Il referma la porte derrière lui et approcha de ses deux hommes qui baissèrent aussitôt le regard et qui reculèrent. Le prêtre s'arrêta près de Kol et l'examina avec un petit soupire. "Quel malheur de devoir en arriver là pour que votre amie Davina se montre coopérative. Cette jeune femme pure et innocente ne mérite pas toute cette malédiction que sont ses pouvoirs, mais que voulez-vous ? On ne choisit pas toujours sa voie, parfois elles vous engloutissent malgré vous. Le Malin porte bien son nom." Un sourire hypocrite et malsain se dessina sur ses lèvres. "Heureusement que des hommes comme moi sont là pour rétablir l'ordre des choses." L'homme se dirigea vers la petite commode de la table et injecta quelque chose, d'une couleur verte, dans une seringue. Encore une. Pauvre Kol. Il approcha de lui en tapotant le bout de l'aiguille pour virer le surplus et posa une main ferme sur le bras de l'originel. "Vous savez, quand j'étais petit j'étais fasciné pour les histoires qu'on racontait sur votre espèce. Le Comte Dracula, Lestat de Lioncourt, Carmilla... Ils me fascinaient ! Et puis j'ai grandi et j'ai compris qu'ils n'étaient que des défauts, des créations de Dieu que le Malin avait réussi à tourner à son avantage. L'Homme est pur, seul le Seigneur peut détenir une quelconque forme de pouvoir." Il planta l'aiguille dans le bras de Kol et l'injecta aussitôt. Pas d'anesthésiant cette fois-ci, seulement un produit douloureux censé épuiser l'originel. "Vous êtes une erreur de la nature, monsieur Mikaelson. C'est d'ailleurs bien dommage que notre amie Livia ne soit pas plus engagée dans son travail, elle pourrait m'être utile en ce moment. Elle est bien meilleure que moi dans le domaine des potions. Enfin, ainsi soit-il. Un marché est un marché." Il observa l'originel souffrir pendant quelques secondes, un sourire ravis sur le visage. "Je vois que ça marche." Son regard se reporta sur ses acolytes. "Messieurs ? La caméra s'il vous plait. Il ne faudrait pas que cette chère Davina nous prenne pour des amateurs." L'un des hommes hocha la tête et sortit. La caméra était dans la voiture, il en avait pour cinq minutes.

Les cinq dernières minutes de sa vie. Livia s'était glissée à l'étage et attendait derrière la porte. Lorsque l'homme de main commença à descendre les escaliers, elle lui posa son arme derrière la nuque. "Tu la fermes et tu avances." Contraint d'obéir, l'homme descendit en levant les mains. Une fois en bas des marches, il tenta le tout pour le tout et balança un coup de coude en arrière qui balaya l'arme de la chasseuse. Un coup de poing puissant suivit alors qu'il se tournait, mais qui n'atteint jamais sa cible. Livia n'avait pas spécialement de force. Elle était fine, élancée, musclée, mais elle ne valait rien dans les épreuves de force. Une chance qu'elle n'ait pas besoin de ça contre ce genre de bourrin. Son petit poing frappa sèchement dans les côtes de son agresseur qui grogna et se tourna pour frapper de nouveau. Le poing effleura le visage de la rousse qui recula juste assez. Une main géante attrapa son poignet et elle ne fit rien pour le retirer. Au lieu de ça, elle se laissa glisser au sol et se faufila entre les jambes de l'homme qui la tenait toujours. Elle lui attrapa à son tour le poignet et tira d'un coup sec, lui faisant perdre l'équilibre. Il s'éclata le nez par terre dans un grognement sourd et Livia en profita pour ramasser rapidement son arme. Sans aucun état d'âme, elle lui tira une balle dans la tête et regarda le corps s'effondrer.

A l'intérieur de la chambre, la détonation n'était pas passée inaperçue. Le prêtre arrêta quelques secondes sa torture sur Kol pour regarder son homme de main avec incompréhension. "C'était quoi ?" "Un coup d'feu, m'sieur." "J'ai bien entendu que c'était un coup de feu, imbécile ! Va voir !" L'homme se renfrogna et sortit un couteau à cran avant de sortir à son tour. Le regard du prêtre se posa sur Kol avec mépris. "Je sais pas à quel moment t'as eu le temps d'appeler des petits copains pour t'aider, mais ils vont pas faire long feu." Sa main planta une nouvelle fois l'aiguille dans la peau de l'originel, dans le cou cette fois, sans plus aucune délicatesse, lui injectant le produit douloureux. La porte s'ouvrit alors dans un grand fracas, laissant apparaître la silhouette du deuxième homme de main. "Enfin, te revoilà ! Alors c'était quoi ?!" Pas de réponse. Le prêtre se tourna... Et le corps sans vie de l'homme s'effondra. Derrière lui se tenait Livia, qui leva son arme à feu vers le prêtre. "Mon enfant, baissez ça !" Un premier coup de feu retentit, la balle allant se loger dans le genou de l'homme de Dieu qui s'effondra en hurlant. La jeune femme entra calmement, refermant la porte derrière elle. L'éclairage de la pièce dessina alors son apparence. Si elle avait eu des facilités à se débarrasser du premier homme, le second semblait l'avoir blessée dans les côtes et une tâche sombre se dessinait sur son débardeur pourtant noir. Elle n'avait plus de masque, non plus. Il avait été arraché et sa lèvre était fendue par ce qui avait sûrement était une claque bien placée. Elle passa au dessus du corps sans vie en lui marchant nonchalamment dessus et rangea son arme à feu à l'arrière de son pantalon. Dans la main, elle tenait le couteau du cadavre, imprégné de son propre sang. Elle le fit tourner entre ses doigts et approcha de l'originel, l'air un peu las. "Je comptais vraiment sur toi pour ne pas me salir les mains." Les yeux gris de Livia se posèrent sur le flacon posé sur la commode et un soufflement ricaneur s'échappa de ses lèvres, bien qu'il soit tout sauf amusé. "Tout ce mal à le garder endormi pour que tu saches pas gérer les choses correctement..." Elle s'adressait au prêtre maintenant, qui approchait de la porte en rampant. Elle avança tranquillement vers lui et posa son pied sur sa jambe blessée, appuyant dessus, lui tirant un hurlement de douleur. "Tu vas où comme ça ? Je t'ai dis que je n'allais pas laisser passer ça." D'une poigne ferme, elle planta le couteau dans la chaire du mollet du prêtre, jusqu'à ce que la pointe ne s'enfonce dans le bois pourri de la chambre. Un nouveau hurlement se fit entendre. Beaucoup de bruit, dont elle se foutait puisque dans quelques minutes elle ne serait plus là. Elle se redressa et s'approcha du prêtre, se mettant accroupie face à lui. "T'aurais jamais dû la toucher." Ses yeux verts se posèrent sur l'originel pendant un instant. Elle savait que sa mère allait bien. Kol ne savait pas où était Davina. Il était légitime de lui laisser le plaisir d'arracher cette réponse au prêtre. Un sourire, fin et léger, se posa sur ses lèvres alors qu'elle regardait de nouveau l'homme de foi. "Je suppose que tu n'as pas changé la sorcière de place." Tranquillement, et avec toute la grace qui la caractérisait, Livia se releva. Elle approcha du siège où était attaché l'originel, qui était toujours bloqué à cause de la verveine des attaches, et en retira les boucles sereinement. "Je me ferais bien un plaisir de le torturer moi-même, mais je te le laisse. Cadeau. En compensation de tout ce bordel..." Elle fit le tour et détacha la deuxième boucle. Il ne lui restait que les jambes, mais il saurait bien le faire lui-même et ça lui laissait le temps à elle se barrer, surtout qu'elle commençait à perdre beaucoup trop de sang. Son regard vert se posa sur Kol, qu'elle examina pendant un instant, sans rien dire. Elle lui donnait deux jours avant de la retrouver et de se venger. Si il ne le faisait pas dans la foulée. Elle revint près du prêtre qui pleurnichait de sa douleur et prit son arme sur la commode. "Amusez-vous bien." lâcha-t-elle de sa voix toujours aussi douce. Elle s'autorisa enfin à poser une main sur sa propre blessure qui la faisait souffrir. Elle avait sûrement de quoi se faire un pansement de premier secours dans la voiture. Son élan l'entraîna vers la porte, qu'elle tira pour ouvrir.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Well I've lost it all, I'm just a silhouette • Kol Mikaelson   


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Lost in blue
» « I've lost myself in all these fights, I've lost my sense of wrong and right » Ҩ CAT&KATH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ Pray for Redemption. ::  :: Le reste du monde-