Bienvenue : Le dernier habitant à avoir posé ses valises est Félix Payton !
On compte sur vous pour l'accueillir comme il se doit les petits loups.
Annonce : Si tu choisis de jouer un Post-Vacant ou un Scénario du forum, tu seras crédité de 300$ dès ton inscription.
Plutôt sympa comme Soldes d'hiver, non ?

 

 Never ever • Kol Mikaelson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 76
Message posté le Dim 20 Aoû - 13:57


Never ever gonna let you go now
I've been dying to see you, hoping for a chance to talk. I really wanna be near you, tell you how I feel inside. Oh, wanna get to know you, oh, wanna shout it out. Would it really show you, oh, what it's all about? Never ever gonna let you go now. I don't wanna cry, never ever gonna let you go now. Not that I'm in love every time that I see you. I just wanna stay awhile and I want you to be here. Don't wanna be alone tonight, oh, wanna get to know you. Oh, wanna shout it out. Would it really show you, oh, what it's all about? Never ever gonna let you go now. I don't wanna cry never ever gonna let you go now. Not that I'm in love. Never ever gonna let you go now. I don't wanna cry. Never ever gonna let you go now. Not that I'm in love. I don't, I don't, I don't, I don't wanna cry. Never ever gonna let you go now. I don't, I don't get you.


Un petit geste de la main, comme pour repousser un gosse et lui dire de s'éloigner, avant de la ramener contre sa poitrine. Il la suit, depuis une bonne dizaine de minutes, et elle ne sait pas comment faire pour s'en débarrasser. Si au début il était plutôt mignon et agréable, la situation devenait embarrassante. Elle l'avait croisé au détour d'une rue, là où quelques jours auparavant il y avait eu un accident de voitures. L'un des conducteur n'avait pas survécu, alors qu'il était supposé passer une journée avec sa petite copine qui l'attendait. Il avait commencé à suivre Juno et elle n'avait rien dit, au début. Mais lorsqu'il s'était rapproché d'elle, elle avait dû s'arrêter. Ils avaient alors passé l'après-midi ensemble, alors qu'au départ elle était censée déposer des CV et des lettres de motivation un peu partout. Ils avaient été boire un café tous les deux, et Juno était passée pour une folle puisqu'elle avait acheté deux cappuccino et prit une table pour deux pour discuter "seule". Ensuite il l'avait emmené dans une petite boutique de peluches, dans laquelle Juno avait fais mine d'accepter qu'il lui offre un ours polaire avant de le reposer discrètement à la sortie puisqu'elle n'avait pas les moyens de se l'offrir. Puis ils avaient arpenté le parc en parlant de tout et de rien. Finalement le fantôme l'avait raccompagné au point où ils s'étaient rencontrés et bien que Juno lui ait répété qu'elle n'était pas sa petite amie, il avait voulu un baiser. Ce qui était complètement hors de question.

Elle s'était excusée et avait finalement détalé mais il la suivait, et son regard se faisait de plus en plus noir à mesure qu'elle tentait de l'ignorer. Maintenant la jeune femme ne savait plus comment s'en débarrasser et refusait de lui donner ce baiser qu'il réclamait tant. Lui acheter un café, oui, mais l'embrasser faut pas pousser non plus. Il était mort... ! Et puis si elle acceptait de donner un baiser à l'un, qu'est-ce qui dit qu'elle ne serait pas obligée de "coucher" avec un autre ? Non, non, non. Aussi effrayants puissent être les fantômes, Juno avait depuis longtemps déterminé sa limite. Et elle était en plein dedans. "Je t'ai dis non, tu ne l'auras pas. Je t'ai donné tout ce que tu voulais alors fiche moi la paix maintenant !" Elle ne faisait même plus attention aux regards curieux qui se posaient sur elle. Une mère attrapa même son fils par les épaules pour le ramener vers elle et lui faire presser le pas. Ne t'approche pas de cette folle. Folle qui ne pouvait plus faire un pas. Le fantôme s'était matérialisé derrière elle et lorsqu'elle se retournait, il se matérialisait à nouveau devant elle. "Laisse moi tranquille je te dis !" Elle criait. C'était plus fort qu'elle. Le fantôme s'éleva au dessus d'elle, prenant l'apparence qu'il avait à sa mort, et elle n'était pas des plus jolies.

Les pires étaient ceux mort de noyade. Ils avaient la peau fripée, les yeux délavés, la peau décolorée, étaient bleus ou verts selon la propreté du bassin de leur derniers instants. Ils étaient ceux qui avait généralement souffert le plus une grande aura sombre les entourait et gobait tout ce qui se trouvait à leur proximité. Venaient ensuite les brûlés. Vifs ou déjà morts au moment de la morsure des flammes, leur peau était dégoulinante et rouge vif. Puis venaient les accidentés de voiture. Ceux là avait tous une apparence différence à leur mort. Mais celui qui traquait Juno aujourd'hui n'avait pas sa ceinture le jour de son accident. Il était passé à travers le pare-brise, incrustant des morceaux de verres partout sur son visage jusqu'à son cerveau, le tuant sur le coup. Mais il était tout bonnement horrible, et maintenant que Juno avait cessé de céder à ses caprices il reprenait ce visage effrayant, trempé de sang et couvert de lamelle de peau qui menaçait de tomber à tout instant, sans compter ceux qui avaient déjà été arrachés de son visage. Les larmes aux yeux, la jolie blonde était en pleine panique. Elle s'accroupit en plein milieu de la rue et plongea son visage dans ses mains pour ne plus le voir. Ses nerfs étaient à vif et elle s'était même mise à sangloter. "Va-t-en saleté, va-t-en ! Je t'en prie laisse moi tranquille !" Elle était pourtant certaine de n'avoir manqué aucun de ces médicaments ce mois-ci, alors pourquoi est-ce que son cerveau s'entêtait à lui envoyer de pareilles images horrifiques... ?

black pumpkin


Dernière édition par Juno Reid le Dim 27 Aoû - 7:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 79
Message posté le Mar 22 Aoû - 17:17





Never ever.



Mid-City, la Nouvelle-Orléans. Voilà de nombreuses années où il n’était plus venu ici. De longues années où il avait décidé d’oublier cette maudite mais à la fois belle ville, comme il l’a décrit. Il était mort une fois à la Nouvelle-Orléans, et ne voulait plus revivre cette expérience douloureuse et affreuse, qu’il avait déjà expérimentée deux fois. Car mourir était bien pire que de recevoir une dague en plein cœur par le grognon hybride originel. Il pouvait « revivre » lorsque l’arme est enlevée de son corps, alors que la mort ne laissait pratiquement pas de seconde chance.

Cependant, être amoureux d’une sorcière très puissante de la Nouvelle-Orléans était très avantageux. Davina Claire. Jeune brunette de 18-19 ans, l’avait ramené à la vie…Et dans son corps originel. Oui, Kol Mikaelson, le célèbre sarcastique brun, était de retour. Pourquoi ? Car il voulait récupérer sa « sauveuse », Davina, pour partir le plus loin possible de cette maudite ville. Il était également revenu car il avait entendu le chaos qui régnait entre son frère, Niklaus, et celui qu’il n’avait jamais aimé : Marcel Gérard. Le petit protégé de l’hybride, sauvé de son bourreau lors de son enfance, s’était apparemment rebellé pour récupérer la Nouvelle-Orléans. Kol ne s’était jamais intéressé au trône de la ville, mais il savait qu’il appartenait à une seule personne : Son frère. Il était donc venu lui apporter son aide, même si le climat entre lui et Niklaus n’était pas au beau fixe.

Marchant dans les rues bondées de la plus grande ville de Louisiane, il évitait les passants le mieux qu’il pouvait, pour rejoindre le manoir familial, à quelques rues plus loin. Il détestait bousculer des touristes inconscients qui marchait le nez en l’air, des femmes ou hommes d’affaires pressés qui marchaient d’un pas rapide, ou de simples enfants qui prenaient la rue pour un terrain de jeu. Cependant aujourd’hui, alors qu’il venait de tourner dans l’une des artères principales de la ville, il prit le temps de s’arrêter, pour remarquer une jeune fille….complètement folle. Du moins, c’était son avis personnel. Elle semblait paniquée, perdue, parlant à elle-même. Il ne comprenait pas ce qu’il lui arrivait, et pensait qu’elle avait bu un verre de trop sans doute. Il fut amusé par les regards inquiets, jugeur des passants.

Il reprit sa marche, sans perdre cette fille qui venait à présent de s’accroupir dans la ruelle bondée. "Va-t-en saleté, va-t-en ! Je t'en prie laisse-moi tranquille !" Avait-il entendu. Il devenait alors intrigué, sentit, et surtout comprit qu’elle n’était pas une simple humaine comme 96% de la population de cette ville. Non, elle était une sorcière. En temps normal, il détestait ce type de créatures, hormis sa petite amie bien évidemment. Elles avaient le plus souvent plus d’un tour dans leur sac, et si elles étaient malignes, elles pouvaient facilement blesser, voir tuer un vampire sans être blessée. Cependant, il n’allait pas passer à côté d’elle sans rien faire. Même s’il ne portait aucune pitié pour cette fille, il allait faire son sarcastique, voir son provocateur. En arrivant derrière elle, il arqua un sourcil d’amusement.

-Il est assez tôt pour être déjà dans cet état d’ivresse, n’ais-je pas raison darling ? Demanda-t-il en contournant la jeune sorcière, pour s’accroupir devant elle.

Il remarquait que la blonde avait les traits de son visage tirés, que ses pupilles brillaient à cause de la naissance de larmes, et que tous ses muscles tremblaient. Il prit plutôt délicatement ses mains et lui releva la tête pour plonger son regard dans son regard meurtri, brisé. Les passants regardaient avec curiosité cette scène mais Kol ne fit pas attention à eux.

-Il faudrait sans doute songer à partir dans un endroit plus tranquille avant que quelqu’un ne vienne vous jeter dans un bloody asile psychiatrique, car, vous n’êtes pas très discrète à vrai dire.


Sans attendre sa réponse, Kol aida la jeune fille à se relever, et lui guidait le chemin dans une ruelle adjacente à l’avenue, beaucoup moins fréquentée des citadins. Il observait la jeune fille, qui semblait se remettre de ses esprits petits à petit.





by tris
Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 76
Message posté le Jeu 24 Aoû - 10:55


Never ever gonna let you go now
I've been dying to see you, hoping for a chance to talk. I really wanna be near you, tell you how I feel inside. Oh, wanna get to know you, oh, wanna shout it out. Would it really show you, oh, what it's all about? Never ever gonna let you go now. I don't wanna cry, never ever gonna let you go now. Not that I'm in love every time that I see you. I just wanna stay awhile and I want you to be here. Don't wanna be alone tonight, oh, wanna get to know you. Oh, wanna shout it out. Would it really show you, oh, what it's all about? Never ever gonna let you go now. I don't wanna cry never ever gonna let you go now. Not that I'm in love. Never ever gonna let you go now. I don't wanna cry. Never ever gonna let you go now. Not that I'm in love. I don't, I don't, I don't, I don't wanna cry. Never ever gonna let you go now. I don't, I don't get you.


Son visage la hantait, même les yeux fermés et la tête enfuie dans ses mains, elle avait l'impression que l'esprit était encore là, à lui souffler des choses à l'oreille. Elle sentait toute son aura agressive autour d'elle, tout ça parce qu'elle ne voulait pas aller jusqu'au bout. Mais elle avait été déjà bien gentille de céder à tous ces caprices et là, ça allait trop loin. Elle ne s'occupait pas spécialement des gens autour d'elle. Les regards moqueurs ou effrayés, elle connaissait. Elle était déjà montée dans une voiture de police et dans une ambulance, avait déjà passé un peu de temps dans des hôpital normaux, psychiatriques, ou en garde à vue, et tout cela ne changeait absolument rien à sa condition. Sauf peut-être le fait qu'à cause de son état de santé mentale elle avait encore moins de facilité à trouver un travail décent. Mais ça importait peu. Elle aurait volontiers signé pour une vie de sans domicile fixe à avoir faim tous les jours si ça pouvait faire disparaître toutes ces visions qu'elle avait. Les médicaments ne marchaient pas, les médecins ne trouvaient rien dans sa tête qui justifie le fait que son cerveau se détraque par moment pour laisser place à des visions d'horreur, c'était un cauchemar sans fin. Un cauchemar dans lequel elle ne pouvait demander l'aide de personne et où tout le monde la prenait pour ce qu'elle était : une folle. Il avait suffit d'un moment d'inattention sur son skate-board, d'un accident tout bête, et la voilà qui se trouvait avec des hallucinations plus vraies que nature prétextant être des personnes mortes. Le pire, dans tout ça, c'est qu'elle arrivait à savoir des choses sur des personnes bien vivantes dont elle ne soupçonnait même pas l'existence avant que ces esprits ne lui en parlent. Et ça, c'était vraiment flippant.

Mais en ce jour qui semblait vouloir mal se terminer, une personne allait peut-être enfin changer la donne. "Il est assez tôt pour être déjà dans cet état d’ivresse, n’ais-je pas raison darling ?" Une voix. Bien humaine, celle-là. Elle n'y fit pas attention, sachant comment la conversation allait finir. Elle allait se faire insulter de cingler, menacer d'appeler la police ou les urgences, et voilà. Ou alors il s'en irait après avoir jugé qu'elle ne valait pas la peine qu'il se fatigue. C'est ça, dégage. Mais non. Elle sentit une présence en face d'elle et cette dernière n'avait rien d'hallucinatoire. Pour preuve, des mains douces lui prirent les siennes pour les écarter de son visage et elle ouvrit les yeux à ce moment aussi surprenant qu'inattendu. Elle releva la tête et se plongea dans le regard impénétrable de l'inconnu. Des yeux sombres d'une profondeur hypnotique. Pour une fois qu'un homme charmant s'adressait à elle, il fallait qu'elle ait l'air d'une tarée en plein milieu de la rue. "Il faudrait sans doute songer à partir dans un endroit plus tranquille avant que quelqu’un ne vienne vous jeter dans un bloody asile psychiatrique, car, vous n’êtes pas très discrète à vrai dire." Le pauvre, s'il savait. Ce n'était pas les asiles le plus effrayant. Elle se laissa pourtant guider, se relevant avec son aide, bien que toujours en train de se noyer dans son regard. Va falloir réagir là, sinon elle allait passer pour une potiche en plus d'une folle. Elle finit donc par baisser les yeux, ses joues se recouvrant de rouge tant par l'intimidation qu'elle ressentait que par la honte de l'image qu'elle donnait.

Elle se laissa emporter dans la ruelle mais son regard semblait chercher quelque chose d'autre, maintenant qu'il n'était plus planté dans celui de l'inconnu. Elle regarda à gauche, puis à droite, et sembla un peu perdue. Il était partit ? Il était vraiment partit ? Si ça se trouve il avait vu Kol et s'était dit que la concurrence était trop rude, puis avait lâché l'affaire ? Si cet homme arrivait à faire fuir chacune de ses visions comme ça, elle allait l'engager comme bouclier personnel, peut-être qu'elle arriverait à dormir un peu. Se rendant compte qu'ils étaient vraiment seuls, elle reposa ses iris bleus sur lui et ouvrit la bouche, comme pour dire quelque chose... Mais quoi ? Désolée, je vois des fantômes, c'est rien, merci pour le coup de main ? "Je..." commença-t-elle, hésitante. Aller, un peu de nerf. "... suis désolée." Ouais, c'est un bon début. "J'ai... Une guêpe me tournait autour et j'ai vraiment très peur d'elles." Quoi ? Ce n'était qu'un demi-mensonge ! Quelle différence entre un esprit, une hallucination et une guêpe ? La guêpe est bien réelle, elle. Et il y avait des chances que l'inconnu ait bien vu qu'absolument rien ne tournait autour de la blonde. Mais elle avait l'habitude de mentir et un sourire, bien que nerveux, se dessina sur ses lèvres. "Je suis désolée, j'ai dû vous faire peur. Vous savez comment c'est, ces petites bêtes. Ca vous tourne autour et puis tant que ça ne se décide pas à vous lâcher..." dit-elle dans un petit rire nerveux qui disparut bien rapidement. Parfait comme prince charmant, vraiment, mais à rester trop près d'elle il allait finir par réaliser qu'elle ne tournait pas rond. Juno avait, depuis longtemps, abandonné toute relation sociale amicale ou sentimentale et si elle ressentait un vide énorme dans sa vie, elle préférait ça plutôt que de voir ses proches s'éloigner en la méprisant.

black pumpkin


Dernière édition par Juno Reid le Dim 27 Aoû - 7:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 79
Message posté le Sam 26 Aoû - 14:43





Never ever.



Kol avait pour ainsi dire, jamais l’habitude de secourir des personnes en détresse dans la vie quotidienne. C’était sans doute le pire citoyen de la ville car, durant ces périodes noires, s’il voyait une personne en détresse, il allait rapidement mettre fin à ses jours, au lieu de la sauver. Que dire ? Il aimait tuer, il aimait accomplir ce besoin presque primaire chez lui, pour se sentir mieux dans sa peau.

Cependant, aujourd’hui était différent. Il avait porté secours à cette jeune femme pour pleinement l’aider. Il n’allait pas tenter de l’amadouer pour mieux la tuer, de la manipuler pour arriver à ses fins. Non, il voulait juste l’aider, comme une personne, assez bonne moralement ferait. Alors, pourquoi ce changement soudain de caractère ? Car depuis le début de sa relation avec Davina, il avait changé, était devenu meilleur (Selon des jours), et faisait plus attention aux autres. Davina avait déjà vécu ce que Juno était en train de vivre, et ce n’était clairement pas une partie de plaisir. Il voyait sa petite amie dans le corps de cette jeune sorcière, et, presque inconsciemment, il était venu l’aider, bien qu’elle refusât son aide en premier temps.

Kol remarquait rapidement l’étrange comportement de Juno. Elle qui regardait à droite, à gauche, en l’air, enfin, à peu près partout, semblait ignorer l’Originel. Au bout d’un certain moment, alors que Kol essayait tant bien que mal d’intercepter son regard, elle posa le sien sur lui. « Enfin », dit-il pour lui-même.

Elle semblait avoir un second souffle, un espoir, cela pouvait clairement se voir dans son visage. La jeune fille ressentait comme une sorte de soulagement, de bonheur une fois arrivée dans cette ruelle. L’Originel plaça ses mains sur ses hanches alors qu’elle commençait à ouvrir sa bouche pour sortir quelques mots par-ci par-là. Oui, elle était bien perdue. « Une guêpe m’a tourné autour et j’ai vraiment très peur d’elles » finit-elle par finalement dire.
Au départ, Kol crut mal entendre, avoir confondu quelques mots mais avec son ouïe sans faille, c’était impossible. La première écoute était la bonne, elle avait bien expliqué qu’il s’agissait d’une guêpe.

L’originel, tout en baissant sa tête, laissa sortir un rire plus qu’amusé devant Juno, sans se soucier de sa réaction. Soit elle le pensait pour un simple humain, et voulait le protéger du surnaturel, ou soit, elle ignorait complètement ce monde-là, chose qui était assez inquiétante et ironique était donné qu’elle en faisait elle-même partie. « J’ai dû vous faire peur » Kol releva des yeux rieurs vers elle, avant de se rapprocher de cette sorcière, et de s’adosser au mur où elle se tenait.

-Darling Il rit de nouveau, un rire presque moqueur. Effectivement, tu me fais peur en ce moment même. Une guêpe, vraiment ? Tu es sans doute la pire menteuse que j’ai rencontrée.

Il marquait une pause, pour se décoller du mur afin de faire les cent pas devant Juno. Il réfléchissait à comment il allait annoncer cette nouvelle qui allait clairement, changer sa vie de A à Z. Il ne fallait pas qu’il l’annonce trop brusquement et explicitement, ce qui risquerait de blesser, d’inquiéter Juno. Il fallait qu’il soit plus subtil, bien que ce n’était pas son domaine de prédilection.

-Une guêpe ne t’aurait pas donné autant de larmes. Non, je pense plutôt que tu parlais à une personne que seul toi puisse voir, un fantôme. Mais dis-moi darling, Tu ne t’es jamais posé la question pourquoi tu voyais ce genre de spectre ?.Il arqua un sourcil puis secoua son index de gauche à droite. Non, pas parce que tu es folle, loin de là, mais parce que tu fais partie d’une catégorie de personne très rare.

Il s’avança de nouveau vers elle, avant de poser sa main sur son épaule.

-Love, tu es une sorcière, et je ne plaisante pas, pour une fois.






by tris
Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 76
Message posté le Dim 27 Aoû - 7:54


Never ever gonna let you go now
I've been dying to see you, hoping for a chance to talk. I really wanna be near you, tell you how I feel inside. Oh, wanna get to know you, oh, wanna shout it out. Would it really show you, oh, what it's all about? Never ever gonna let you go now. I don't wanna cry, never ever gonna let you go now. Not that I'm in love every time that I see you. I just wanna stay awhile and I want you to be here. Don't wanna be alone tonight, oh, wanna get to know you. Oh, wanna shout it out. Would it really show you, oh, what it's all about? Never ever gonna let you go now. I don't wanna cry never ever gonna let you go now. Not that I'm in love. Never ever gonna let you go now. I don't wanna cry. Never ever gonna let you go now. Not that I'm in love. I don't, I don't, I don't, I don't wanna cry. Never ever gonna let you go now. I don't, I don't get you.


Bon ok, visiblement le coup de la guêpe n'était pas passé. Mais qu'aurait-elle pu dire d'autre ? Peut-être que si elle avait prétexté un appel téléphonique ou quelque chose dans le genre, ça serait mieux passé ? Il avait apparemment fais fuir le fantôme, tant mieux, mais ça ne changeait rien à la situation. Elle ne pouvait pas lui dire qu'elle voyait des fantômes. Ou plutôt qu'elle avait des hallucinations. Du coup, le rire de l'inconnu la vexa un peu. Beaucoup, même. Elle se sentait ridicule alors que, pour une fois, son excuse n'était pas tordue. C'était crédible une guêpe, il n'y avait pas de quoi rire. Elle grimaça légèrement en le suivant du regard. Très mobile, le garçon. Elle commençait à avoir mal à la tête à force de le voir gesticuler dans tous les sens. Ou alors c'était le contre-coup de sa crise de nerfs précédente, ça lui arrivait souvent lorsqu'elle faisait une crise de ce genre. Elle était tellement terrifiée qu'elle finissait par se taper des migraines conséquentes qui ne consentaient à l'abandonner que lorsqu'elle prenait une bonne dose de paracétamol. Saleté de fantômes.

Toujours est-il que l'inconnu se foutait ouvertement de sa gueule et Juno hésitait de plus en plus à se tirer sans demander son reste. Sauf que... Son "sauveur" l'insulta de menteuse et elle en resta figée sur place. Elle eut même l'impression que son visage avait changé de couleur pour devenir blanc. Ca y est, elle en était au point ou c'était pratiquement écrit sur son front qu'elle était folle ? Ca se voyait tant que ça, sérieusement ? "Une guêpe ne t’aurait pas donné autant de larmes. Non, je pense plutôt que tu parlais à une personne que seul toi puisse voir, un fantôme. Mais dis-moi darling, Tu ne t’es jamais posé la question pourquoi tu voyais ce genre de spectre ?" La bouche de Juno s'ouvrit sous la surprise. L'improbabilité que quelqu'un en vienne à suggérer cette possibilité venait de lui faire l'effet d'une claque. Elle se rendit toutefois bien compte qu'elle avait sûrement l'air d'un poisson hors de l'eau et referma la bouche. ""Les spectres n'existent pas..." laissa-t-elle planer d'une voix mal assurée. Ce n'était pas des fantômes. C'était des hallucinations. Et ce type faisait sûrement partie d'une de ces émissions pourries où l'on passait des vidéos de gens faisant des trucs bizarres pour mieux se moquer d'eux. Sauf que là, il allait un peu loin.

La main qu'il posa sur son épaule la fit frissonner toute entière et elle ouvrit la bouche pour répliquer quelque chose mais il la devança. "Love, tu es une sorcière, et je ne plaisante pas, pour une fois." Silence. Plutôt gênant, d'ailleurs. Elle l'observait, examinait son regard en attendant le moment où il éclaterait de rire et hurlerait "vidéo gag !". Mais ce moment n'arriva pas. Elle fronça légèrement les sourcils, ne se souvenant pas s'être sentie aussi mal à l'aise auparavant. Elle était déjà pas très nette, si en plus des inconnus commençaient à la suivre dans son délire elle n'allait jamais s'en sortir. Un sourire nerveux s'installa sur ses lèvres alors qu'elle posait sa main doucement sur celle de l'inconnu pour la retire de son épaule. "... Une sorcière. Bien sûr." lâcha-t-elle d'un air incrédule. Ben voyons. Finalement elle était peut-être pas la seule tarée dans cette ville. "Hum... Ecoutez, je... Je suis désolée, je ne vois pas de quoi vous parlez. J'adore le cirque, je vous assure, mais la magie c'est pas trop mon truc. Il y avait vraiment une mouche et... Une guêpe ! Je veux dire une guêpe ! Et elle est partie maintenant alors... Alors je vais m'en aller aussi, d'accord ?" S'il y avait bien un point sur lequel elle ne remettait pas en question l'analyse de Kol, c'est qu'elle était très mauvaise menteuse. Non seulement elle n'était pas foutue de s'en tenir à sa propre version du mensonge, mais en plus un sourire nerveux était crispé sur ses lèvres et ses yeux fuyaient le regard de l'inconnu. Moins crédible tu meurs.


black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 79
Message posté le Ven 1 Sep - 10:34





Never ever.



L’ignorance était un état d’attitude qui plaisait à certains. En ne connaissant rien, en ignorant tout, le bonheur était plus facile, car la vérité demeurait cachée…jusqu’à ce qu’elle éclate au grand jour. Nous pensons que tout va bien, alors, qu’en réalité, l’obscurité, le malheur plane au-dessus de notre tête, et lorsque cette fameuse vérité se montre, elle tue cette obscurité au-dessus de nous et nous éclaire, nous aveugle.

Il ignorait totalement que la jeune fille en face de lui ignorait tout sur le monde surnaturel. Pour lui, c’était évident que si l’on n’était pas humain, on était au courant de qui on était…Apparemment, il s’était trompé. Il devait alors tout expliquer à Juno, bien qu’il n’était pas doué pour expliquer avec douceur, les choses difficiles.

La ruelle était à présent plongé dans un silence malsain, bien que l’artère principale de la ville, située à quelques mètres d’eux, atténuait légèrement ce silence. Deux atmosphères différentes planaient dans l’air, opposant ainsi la joie d’un côté, et la terreur d’un autre côté. Cependant, sentant une pointe de compassion pour cette sorcière, Kol allait essayer de lui remonter le moral, de lui faire comprendre qu’être une telle espèce n’était, en réalité, pas si désagréable que ça. Encore faut-il qu’il réussisse.

Il ne sillait pas d’une seconde lorsque la jeune fille décidait de le fixer, comme si elle fixait un point fixe dans ses pupilles. Kol ne baissa pas le regard car il comprit parfaitement à quoi Juno pensait : « Dit-il vrai, ou est-ce qu’il se fiche de moi ? ». S’il avait été à sa place, il aurait certainement eu la même réaction, peut-être un chouilla plus violente, mais, il aurait probablement eu les mêmes pensées qu’elle.

"Hum... Ecoutez, je... Je suis désolée, je ne vois pas de quoi vous parlez. J'adore le cirque, je vous assure, mais la magie c'est pas trop mon truc. Il y avait vraiment une mouche et... Une guêpe ! Je veux dire une guêpe ! Et elle est partie maintenant alors... Alors je vais m'en aller aussi, d'accord ?"


Cette petite a de l’humour pensa l’originel alors qu’il laissait inconsciemment son bras retomber le long de son corps. Il avait annoncé la même chose à d’autres personnes qui s’étaient immédiatement enfuies en courant, ayant peur de l’originel. A présent, il rencontrait enfin une fille assez courageuse pour lui faire face.

En voyant partir la jeune fille, Kol fronça les sourcils. Il avait peut-être réfléchi trop vite, car, elle aussi, fuyait. Cette nouvelle n’était pas facile à digérer, il le savait, mais ce n’était pas pour autant qu’il fallait fuir. Il attrapait son bras droit pour la ramener devant lui. Son sourire narquois au coin des lèvres ne présageait rien de bon, surtout quand on le connaissait.

-Love, pourquoi pars-tu ? Suis-je autant effrayant que ça ? Pourtant j’ai gardé mon visage d’humain, celui qui plaît à tant de femmes d’ailleurs. Oui car,
il se rapprochait d’un peu plus de Juno, la faisant reculer par la même occasion. Je possède également quelques dons…différents de toi.

Après ses remarques, Kol décida de montrer qui il était vraiment. Il n’allait pas tuer la jeune fille, bien sûr que non, mais il allait lui montrer que le monde surnaturel était réel. Il faisait encore reculer Juno, la faisant atterrir contre le mur, et laissa apparaître son visage d’originel. De petites veines noires firent leur apparition sous ses yeux, cachant ses cernes presque inexistants, le blanc de ses yeux s’assombrirent, laissant place à un noir profond et brut, et ses canines magnifiquement blanches et pointues prennent place parmi ses autres dents.

-Tu vois love, toi, tu vois des esprits, moi, je bois le sang de certaines personnes, chacun son truc. Dit-il en souriant, révélant ses dents parfaitement alignées.

Il se recula ensuite, faisant revenir son visage d’humain, presque angélique. Il haussait les épaules, amusée par l’air quelque peu terrifiée de Juno.

-N’aies pas peur, tu vas voir que tu peux faire des choses effrayantes avec tes pouvoirs love. Ils vont te servir très souvent, crois-moi.

Il ne savait pas comment elle allait réagir après sa petite démonstration, mais une chose est sûre, c'est qu'il s'amusait de cette situation.




by tris
Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 76
Message posté le Dim 10 Sep - 7:53


Never ever gonna let you go now
I've been dying to see you, hoping for a chance to talk. I really wanna be near you, tell you how I feel inside. Oh, wanna get to know you, oh, wanna shout it out. Would it really show you, oh, what it's all about? Never ever gonna let you go now. I don't wanna cry, never ever gonna let you go now. Not that I'm in love every time that I see you. I just wanna stay awhile and I want you to be here. Don't wanna be alone tonight, oh, wanna get to know you. Oh, wanna shout it out. Would it really show you, oh, what it's all about? Never ever gonna let you go now. I don't wanna cry never ever gonna let you go now. Not that I'm in love. Never ever gonna let you go now. I don't wanna cry. Never ever gonna let you go now. Not that I'm in love. I don't, I don't, I don't, I don't wanna cry. Never ever gonna let you go now. I don't, I don't get you.


C'était définitivement le moment de partir. Un fantôme et un homme étrange, ça commençait à faire beaucoup dans la même journée. Est-ce que lui aussi était une hallucination que son cerveau avait créé pour se protéger ? Peut-être arrivait-il à saturation et commençait à former un bouclier contre lui-même. C'est ce qui traversa l'esprit de Juno, à peine une seconde avant que la main bien réelle de l'originel se referme sur son bras. Une prise qui fit rater un bon au coeur de Juno. Elle tenta de résister à l'attraction de l'homme mais se retrouva plantée devant lui, angoissée. Et si elle était tombée sur un psychopathe ou un voleur ? Ce serait stupide pour lui d'agir ici, ils étaient juste à côté de la rue principale. Il suffirait qu'elle pousse un hurlement pour que des gens rappliquent... Mais pour l'instant elle n'avait pas envie de crier.

Surtout qu'il venait de la lâcher, pour mieux s'avancer vers elle toutefois. "Love, pourquoi pars-tu ? Suis-je autant effrayant que ça ? Pourtant j’ai gardé mon visage d’humain, celui qui plaît à tant de femmes d’ailleurs. Je possède également quelques dons…différents de toi." Et effectivement, Juno ne pouvait nier qu'il était très séduisant. C'est d'ailleurs grâce à ce visage d'ange qu'elle s'était bêtement laissée embarquer dans cette ruelle. Peut-être que si elle avait eu beaucoup plus confiance en elle et aucun fantôme capable de surgir à n'importe quel moment, elle aurait pu se laisser aller à un peu de drague. Peut-être que si elle avait été normale, elle lui aurait sourit et lui aurait fait les yeux doux. Peut-être qu'elle se serait prit un vent magistral ou peut-être qu'il aurait joué le jeu. Mais elle n'était pas normale, et lui non plus.

Le voir se rapprocher ainsi faisait naître une crainte grandissante en elle. Et puis son dos rencontra la froideur du mur derrière elle. Plus d'échappatoire. Son souffle se faisait plus rapide, plus rare aussi, pompé par l'angoisse. Une peur qui s'accentua lorsque le visage si doux du jeune homme se transforma. La bouche de Juno s'ouvrit quelque peu sous la surprise, alors que son cerveau tentait d'analyser ce qui se passait. Tout était remis en question maintenant qu'elle voyait ça. Tout ce qui touchait des légendes et du paranormal, tout ce dont elle n'avait jamais cru prenait soudain sens dans sa tête. Et si elle voyait vraiment des fantômes ? Et si ce n'était pas juste son cerveau qui faisait mal son travail et connectait les mauvais neurones entre eux ? Et si elle faisait vraiment face à un vampire, qu'elle était vraiment une sorcière, que Big Foot, Dracula et Nessy existaient réellement ?

Cet homme la terrifiait et pourtant... Pourtant c'est le premier avec qui elle se sentit capable de mettre des mots sur ses émotions. "N’aies pas peur, tu vas voir que tu peux faire des choses effrayantes avec tes pouvoirs love. Ils vont te servir très souvent, crois-moi." La petite tête blonde de Juno remua légèrement de gauche à droite. "Je ne veux pas de ces... Pouvoirs ou hallucinations ou je ne sais pas ce que c'est. C'est complètement dingue tout ça, je... J'ai encore du mal à croire ce que j'ai vu." Tandis qu'elle parlait, elle observait le visage de Kol avec minutie, comme si elle essayait de repérer du maquillage ou un quelconque système qui avait "affiché" sa tête de vampire pendant ces quelques secondes. Mais au moins elle pouvait expliquer ce qu'elle voyait. "Je vois... Des choses. Des gens morts, des esprits, des visages que j'ai jamais connu avant, qui me tourmentent, m'empêchent de dormir, s'emparent de mon corps parfois et m'empêchent de vivre jusqu'à ce que je les ai aidé à réaliser leur dernier souhait. Et quand j'ai fini avec un, y en a d'autres qui débarquent. Je ne sais pas ce que je suis, ni ce que tu es, je sais même pas si j'ai envie de te croire, mais j'ai peur, je suis épuisée, et je ne veux plus de ces visions d'horreur. Je voudrais juste récupérer ma vie, avoir la possibilité de reprendre des études et vivre ailleurs que dans 15 mètres carrés parce que je suis trop fatiguée pour garder mes boulots plus de deux semaines à cause de ces foutues apparitions ! Alors... Alors quoi que tu sois, quoi que tu dises que je suis, ça suffit !" Cette douceur ambulante qu'était Juno était en plein stress et sa voix tremblait sous l'effort. Mais elle avait besoin d'extirper toute cette frustration de son corps. "Tu me fais peur, et j'ai déjà assez de représentations de cadavres autour de moi pour qu'en plus Dracula ne vienne s'amuser à me raconter des..." Des trucs vraisemblablement réels ? "... des trucs bizarres sur des gens bizarres qui n'existent que dans des films bizarres." Mais si jusque là ce qu'elle pensait être des hallucinations n'avaient jamais pu la toucher, Kol lui avait bel et bien attrapé le bras quelques minutes plus tôt. Il était réel et elle n'avait imaginé ni les veines autour de ses yeux ni les canines pointues de sa bouche. Le choc de la réalité était tellement puissant pour elle qu'elle en tremblait de toute part. "Dis moi que c'est une blague, s'il te plait..." bredouilla-t-elle d'une voix brisée par l'émotion. Son quotidien était un enfer mais au moins elle avait pu jusque là se cacher sous le voile de l'ignorance et concentrer sa peur sur une seule chose : les esprits. Mais si en plus toutes les créatures dangereuses qu'on retrouvait dans les fictions s'avéraient être réelles... Elle n'était pas sûre de pouvoir survivre à cette prise de conscience.


black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 79
Message posté le Sam 16 Sep - 21:02





Never ever.




Kol était à la fois fasciné, intrigué, et surtout amusé par la petite créature qui se tenait devant lui. Il se demandait, depuis qu’il l’avait rencontré, comment elle pouvait vivre dans cette ignorance profonde du monde surnaturel. Il est vrai qu’elle voyait des astres, des spectres depuis pas mal d’années et elle avait réussi à les ignorer, à vivre tant bien que mal sa petite vie de blonde. Il ne le disait pas, mais il était assez impressionné par la force mentale de Juno, qui réussissait à se comporter presque normalement malgré les appels incessants des fantômes. Si Kol était à sa place, il aurait déjà craqué depuis longtemps, même si lui, était plongé dans ce monde si inconnu et mystérieux depuis son enfance.

Car Juno avait peut-être encore une chance de vivre comme une parfaite humaine, sans se soucier de ce monde auquel Kol avait été forcé d’accepter. Si elle acceptait ce qu’elle était, et qu’elle s’adressait sans de violence à ses fantômes, ses journées seront sans doute beaucoup moins rythmées par les appels incessants de ces spectres. Pour Kol, malgré qu’il ne connaissait pas les problèmes de Juno, il fallait qu’elle communique avec eux, car ils ont besoin d’aide. Enfin, ça, c’était pour plus tard, car il devait à présent faire face à la peur de Juno, suite à sa démonstration de ses « talents ». Kol ne s’était pas imaginé parler du monde surnaturel calmement et doucement. Il avait préféré aller droit au but, comme il le fait toujours. Apparemment, il n’avait pas vraiment fait le bon choix.

Alors que l’originel recula, pour laisser un peu d’air à Juno afin qu’elle reprenne ses émotions, il remarquait que la jeune blonde le détaillait avec attention. Encore une fois il fut surpris de son comportement. Bien qu’elle avait ressenti de la peur, de l’incompréhension, elle n’avait pas cherché à crier ou à courir le plus loin possible pour fuir Kol, comme la plupart de ses victimes le feraient. Il commençait à vraiment aimer cette jeune sorcière. L’originel changeait son visage pour laisser place à son visage « angélique », à son visage d’humain, tandis que Juno expliquait ce qu’elle ressentait.

Ces « symptômes » n’étaient pas inconnus à Kol. Il les avait déjà expérimentés, tout comme sa petite amie, Davina. Le fait de voir des fantômes était caractéristique des sorciers, comme le fait de boire du sang était caractéristique aux vampires. Il fallait qu’elle le comprenne pour « vivre mieux », même si être une sorcière n’était pas vraiment reposant.

-Okay love, écoute-moi. C’est tout à fait normal que tu sois constamment appelé par des espèces de fantômes. Crois-moi j’ai vécu ça, car oui, avant d’être ce que tu appelles Dracula, j’ai été un sorcier, comme toi. *Il se rapprochait de Juno, en mettant sa main sur sa joue* -C’est quelque chose de spécifique des Mikaelson darling, ne cherche pas à comprendre. *Il mettait ensuite ses mains dans ses poches* -Le fait de voir des fantômes est caractéristique aux sorciers ma chère. Ils ne te veulent pas de mal, ils veulent juste ton aide pour passer de l’autre côté. Il faut que tu les écoutes, en au fur et à mesure du temps, tu t’accommoderas à ce mode de vie.

L’originel s’adossa au mur sur lequel Juno était installée et croisait ses bras sur sa poitrine. Il comprenait ce qu’elle ressentait. Lui aussi avait eu peur lorsqu’il avait découvert tous ces êtres autour de lui. De plus passer de vampire à sorcier n’était pas une étape facile à digérer. Il allait essayer d’aider au maximum Juno, même si c’était une chose plus facile à dire qu’à faire.

-Ecoute.*Il fronçait les sourcils, comprenant qu’il ne connaissait pas ton prénom* je vais t’appeler love, c’est mieux. Je comprends tout à fait ta crainte et ta peur, hell j’ai subi la même chose il y a quelques années, mais tu ne dois pas te laisser submerger par cette phobie. Tu dois au contraire, l’utiliser pour devenir plus forte. Malheureusement love, même si tu ne veux pas de ces bloody pouvoirs, tu n’as pas le choix.

Le monde surnaturel n'avait presque plus de secrets pour Juno à présent.





by tris
Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 76
Message posté le Mar 7 Nov - 10:09


Never ever gonna let you go now
I've been dying to see you, hoping for a chance to talk. I really wanna be near you, tell you how I feel inside. Oh, wanna get to know you, oh, wanna shout it out. Would it really show you, oh, what it's all about? Never ever gonna let you go now. I don't wanna cry, never ever gonna let you go now. Not that I'm in love every time that I see you. I just wanna stay awhile and I want you to be here. Don't wanna be alone tonight, oh, wanna get to know you. Oh, wanna shout it out. Would it really show you, oh, what it's all about? Never ever gonna let you go now. I don't wanna cry never ever gonna let you go now. Not that I'm in love. Never ever gonna let you go now. I don't wanna cry. Never ever gonna let you go now. Not that I'm in love. I don't, I don't, I don't, I don't wanna cry. Never ever gonna let you go now. I don't, I don't get you.


Aussi effrayant que pouvait l'être un homme avec des dents pointues et qui représentait un danger certain, Kol était relativement doux et rassurant. Lorsque sa main se posa sur sa joue, la sorcière ne se sentit pas affolée ou méfiante, elle apprécia même ce geste qui pourtant était complètement indécent entre deux inconnus. Mais le regard et les mots qui allaient avec ce mouvement étaient tous deux réconfortant. Elle qui côtoyait les morts presque tous les jours se trouvait enfin avec une présence bienfaisante, ou du moins c'est ce que Kol montrait pour l'instant, et elle n'aurait voulu le faire fuir pour rien au monde. Elle en regrettait même les paroles presque insultantes qu'elle avait prononcé quelques secondes plus tôt. En revanche, savoir pourquoi cet homme voulait l'aider relevait d'un domaine bien plus compliqué qu'elle ne pouvait comprendre. Elle n'avait eu droit, jusqu'à ce jour, qu'aux regards moqueurs, dédaigneux, parfois effrayés des gens qui l'entouraient et remarquaient son comportement étrange.

Elle le laissa parler, ressentant déjà le manque de cette bienveillance qu'on lui offrait trop peu souvent, profitant de la sensation qu'avait laissé sa main et qui s'évapora après quelques secondes. "Les Mikaelson ?" s'enquit-elle. "Vous êtes plusieurs comme toi ici... ?" La pauvre petite n'avait pas encore rencontré Klaus à ce stade. Elle n'avait pas non plus réellement conscience des autres créatures qui peuplaient cette ville. Concrètement, elle n'avait rencontré que Amaël et il ne s'était rien passé de spécial avec lui. "Les esprits ne me veulent pas de mal parce qu'ils ne peuvent me faire de mal. N'empêche que si j'ai le malheur de m'endormir, il y en a toujours un qui va en profiter pour me posséder, que quand je ne cède pas à leurs caprices ils en viennent à me courser pour m'effrayer, et que... Que..." Sa voix ne s'éleva pas, pourtant on sentait toute la frustration et toute la peine qui y logeaient. "Ce sont des morts, on ne devrait pas voir les morts." Les billes bleues de Juno suivirent l'ancien sorcier, qui s'installait contre le mur. Elle gardait le silence, se taisant comme il le lui avait demandé.

Un sourire étira cependant ses lèvres pour la première fois depuis qu'ils s'étaient rencontrrés. Un sourire timide et fatigué, mais un sourire tout de même. Elle aurait pu lui donner son nom, mais "love" sonnait particulièrement bien. La dernière personne à avoir appelé comme ça était sa mère adoptive, à une époque où les vers de terre et les crottes de nez n'étaient pas encore répugnants. Pour autant, les paroles de Kol ne plurent pas à Juno qui fronça les sourcils. L'accepter. Et puis quoi encore ? C'était sa vie, elle était courte, elle était déjà difficile en temps normal même sans ses pouvoirs, mais comment était-elle supposée subvenir à ses besoins ? Le seul travail qu'elle arrivait à peu près à tenir, c'était le ménage, parce qu'elle n'avait généralement personne autour d'elle. Et ça ne suffisait pas à vivre sans se tuer à la tâche. Elle peinait à remplir son frigo, se retrouvait parfois sans électricité pendant un mois, ne possédait que de vieux vêtements qu'elle raccommodait encore et encore... L'idée d'un suicide lui avait même frôlé l'esprit dans ses périodes les plus dures. Bon, dernièrement elle avait eu la chance de tomber sur Raziel, qui lui donnait un salaire décent et qui semblait supporter ses gaffes dans sa boutiques d'antiquité, mais elle ne donnait pas chère de sa peau avec le temps. Elle qui avait des rêves plein la tête lorsqu'elle était gamine avait vu son avenir s'effondrer.

Bien des choses que Juno se garder de partager à Kol. Elle n'avait jamais voulu qu'on la plaigne et ne comptait pas changer d'optique tout de suite. "Ce n'est pas une phobie... C'est une malédiction. Et je vais trouver un moyen de m'en débarrasser. Tant mieux pour toi si tu as réussi à t'y faire. Moi je n'y arrive pas et je ne le veux pas. Je veux juste être normale... Je veux vivre." Une boule s'était formée dans la gorge de Juno. Elle retenait la montée de ses larmes avec difficulté. Tout ce temps à vouloir que quelqu'un la prenne pour autre chose qu'une folle, et finalement ce n'était pas satisfaisant non plus. "Tu as l'air gentil... Vraiment... Mais si tu ne peux pas faire disparaître mes visions, tu ne peux pas m'aider." dit-elle à voix presque basse. Elle culpabilisait, consciente qu'elle s'entêtait alors qu'elle pourrait peut-être trouver la paix dans l'acceptation. Mais elle avait l'impression que si elle changeait d'optique, c'était comme pardonner au pire des détraqués sadiques. Comme si une certaine rancune s'était installée entre les esprits et elle. Pourtant elle avait déjà vu plein de fantômes bienveillants qui ne lui avaient jamais forcé la main et qu'elle avait fini par aider parce qu'elle en avait envie, mais ils étaient si peu comparés aux autres. Raciste des fantômes, est-ce que c'était mal ?


black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 79
Message posté le Ven 10 Nov - 20:48





Never ever.



Malgré le fait qu’il détestait tout particulièrement les sorcières, hormis Davina bien évidemment, il s’attachait de plus en plus à Juno. Certes, Kol et elle n’avait presque rien en commun, mais visiblement, le destin a choisi de les réunir pour que l’originel vienne en aide à cette jeune fille démunie, et ne sachant pas quoi faire de ses pouvoirs. Habituellement, il aurait vulgairement envoyé balader ce genre de fille si elles lui avaient demandé de l’aide, mais, en voyant la douceur et l’extrême sensibilité de Juno, il ne put s’empêcher de refuser.

Il eut un visage amusé face à l’inquiétude de Juno vis-à-vis de son nom de famille. Comme presque dans tous les cas, le nom Mikaelson faisait réagir de nombreuses personnes. Certaines avaient peur, d’autres ressentaient de la colère, d’autres, certes rares, étaient indifférentes. Haussant les épaules, il sourit simplement à Juno, avant de lui montrer sa bague de jour.  

-Tu vois ça ? C’est ma bague qui m’empêche de brûler au soleil. Les autres Mikaelson ont la même car cela représente un emblème familial. Oui, je ne suis pas le seul Originel. J’ai 2 frères et 2 sœurs. Nous avons tous des caractères différents mais Freya est une sorcière, et love, c’est la personne la plus douce que je connais. Qui sait, elle pourrait peut-être t’aider avec tes compagnons morts.


Freya avait toujours eu cet instinct d’aider les autres sans forcément recevoir quelque chose en retour, comme Kol ou Niklaus faisait. L’originel savait pertinemment qu’elle pourrait être d’une grande aide pour les pouvoirs de Juno. Kol comprenait la détresse de Juno face à ces esprits, comprenait son énervement à son égard. Certes, elle n’avait pas voulu cette vie, personne n’avait voulu sa propre vie, mais elle devait l’accepter pour ne pas rester dans son blocage.
Levant les yeux au ciel face à la naïveté de Juno, il secouait sa tête en mettant ses mains dans les poches de sa veste.

-Tu es à la Nouvelle-Orléans love, c’est normal que tu voies des morts.
*Il haussait la voix en retrouvant son impulsivité* -Pour l’amour de Dieu, cesse d’être autant dans ton monde utopique dans lequel il n’y aucun problème darling. *Il marque une pause, se calmant quelque peu* -On ne devrait pas voir les morts, certes, mais on ne devrait pas boire du sang, on ne devrait pas avoir ses canines qui poussent à l’odeur du sang, et pourtant ça m’arrive à moi comme à beaucoup d’autres.

Certes, il ne se plaignait jamais de sa condition, il en avait, par moment, profité de ses habilités à pouvoir hypnotiser ses victimes ou à pouvoir se déplacer d'un endroit à un autre en très peu de temps. Mais, bien qu'il ne l'avait jamais avoué publiquement, l'impossibilité d'avoir une vie de famille, d'avoir un fils ou une fille, le dérangeait quelque peu. C'était évidemment le mauvais moment pour en parler.
S'éloignant de Juno, il se postait près de la sortie de l'allée, pour regarder défiler les passants près de lui ou du trottoir d'en face. Mettant ses mains sur ses hanches, il écoutait attentivement Juno bien que ses paroles l’agaçaient quelque peu. La regardant par dessus son épaule, il se retourna violemment tout en se dirigeant vers Juno.

-Réussi à m'y faire ? Tu penses vraiment que j'aime ce que je suis ? Tu crois que j'ai choisi de devenir ce que je suis maintenant ?! C'est une malédiction, certes, et c'est bien pour ça que tu ne peux pas t'en débarrasser. Une malédiction te suit jusqu'à ta mort love, et même, parfois dans l'au-delà.

Il tentait de reprendre un ton plus calme. Avalant sa salive, il reprit.

-Si tu arrives à te débarrasser de ces bloody fantômes, tant mieux, mais d'autres problèmes viendront perturber ton quotidien. Mon but n'est pas de te démoraliser, mais de te tenir au courant qu'être né avec ces dons spéciaux n'est pas occasionnel. Jusqu'à ton dernier souffle tu te confronteras à des morts, ou à des demandes expresses de mauvaises personnes qui voudront tes talents pour assouvir leurs plans.

Posant délicatement sa main sur sa joue, il sourit doucement, comme pour apporter un soutient moral à Junp.

-Je ne peux rien faire, certes, mais ma soeur pourrait t'aider.Il fronce faussement les sourcils. -Oh hé, love, ne te fies pas aux apparences, je ne suis pas si gentil que ça. Tu as de la chance d'être tombé sur moi pendant mon bon jour !

Un petit rire accompagna ses paroles, comme pour détendre l'atmosphère, afin de faire mieux digérer la pilule à Juno. Il ne savait pas comment elle allait digérer toutes ces brutales informations, mais il ne voulait pas qu'elle perde espoir, car, cohabiter avec son côté surnaturel était, après tout, possible.





by tris
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Message posté le

Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Elijah Mikaelson
» Rebekah Mikaelson - Vampire originel (pris)
» Klaus Mikaelson - Vampire originel (libre)
» Elijah Mikaelson - Vampire originel (Pris)
» Rebekah Mikaelson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ Pray for Redemption. ::  :: Mid-City-