Bienvenue : Le dernier habitant à avoir posé ses valises est Davina Claire !
On compte sur vous pour l'accueillir comme il se doit les petits loups.
Annonce : Si tu choisis de jouer un Post-Vacant ou un Scénario du forum, tu seras crédité de 300$ dès ton inscription.
Plutôt sympa comme Soldes d'hiver, non ?

 

 Like it doesn't exist. [Alessia.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 121
MessageSujet: Like it doesn't exist. [Alessia.]   Dim 12 Nov - 23:40






Dancing in the dark




"Help me, I'm holding on for dear life, won't look down, won't open my eyes. Keep my glass full until morning light, 'cause I'm just holding on for tonight."

Sept mois. Septs longs mois, deux cent douze jours plus exactement et tout autant de minutes et de seconde qui t'ont parues si longues. C'est comme si ses journées avaient juste fait exprès, comme pour te rappeler ton envie de ne jamais continuer à avancer. Tu étais resté la, comme un laissé pour mort. Tu avais raté ton train comme un con et depuis tu étais un abonné du quais de gare. Celui ou tout le monde à réussis à prendre son train pour vivre entièrement mais pas toi, toi t'étais la, t'attendait le courage de réussir à monter dans ce putain de train mais tu te sentais terrorisé à l'idée même de réussir à gravir la première marche, tétaniser de pouvoir avancer seul, de réussir à mettre un pied devant l'autre sans tomber mollement. Même tes runes t'avaient abandonnés, tu n'étais plus digne de la magie, de ce don qu'on t'avais offert à la naissance. Tu ne ressentais plus ta magie, ce qui te faisait te sentir si vivant, toutes cette magie pour laquelle tu avais perdues tant d'années. Les runes tracés sur ton corps, pour certaines étaient entrain de s'effacer, les autres étaient comme des vulgaires tatouages, elles ne t'insufflaient plus rien. Comme un simple humain, tanguant sur le fil de ta vie.

Et au bout du deux cent treizième jours, il fallait que tu te lèves. Il fallait que tu te reprennes, ce n'était plus possible. Tu ne pouvais plus passer à côté de ta vie, terré dans ton appartement, les volets fermés. Non il fallait goûter de nouveau à la lumière qui avait t'inspirait tellement, à la chaleur qui viens caresser ton visage, à la brise qui viens t'emporter au grès ses envies. Tu t'étais levé, difficilement, tu avais caresser distraitement les touches de ton piano, même la musique tu l'avais délaissé. Tu soupirais longuement, te trainer jusqu'à ton miroir pour te rendre compte à quel point tu t'étais laissé aller. Finalement après une bonne heure, tu t'étais rasé, tu t'étais habillé et il ne manquait plus qu'à descendre pour aller couper ta tignasse blonde qui n'avait plus rien à voir avec sa blondeur d’antan. Mais aujourd'hui tu étais décidé, bientôt tu aurais le courage de prendre le train en marche, tu arriverais à l'avoir et à reprendre ta vie. Dans le quartier français, quand tu étais sortie, certains que tu connaissais t'avais regardé comme si tu étais un fantôme. Il te croyait sûrement mort depuis le temps, mais qu'importe. Tu étais vivant, à peine vivant, mais assez pour relever la tête quand tu marchais. Après avoir redonné vie à tes cheveux, tu t'étais dirigé vers le Rousseau. Tu avais tiré de manière nonchalante une chaise sur la petite terrasse du bar avant de t'y asseoir. Après avoir commandé une vodka, glace. Tu t'étais penché, sur un de tes livres que tu avais amené. Savoir si il y avait un moyen, une explication de retrouver ta magie ou au moins même les sensations. Tout en sirotant ta boisson, les sourcils froncés tu parcourais les lignes avec rapidité avant de finir par le refermer. Bordel une notice d'explication pour cette foutue magie du diable c'était vraiment trop demander. Décidemment le destin devait avoir une dent contre lui et cette fois ci il se demandait même si l'univers n'était pas entrain de lui faire un gros doigt. Soupirant longuement, il s'allumait une cigarette, se contentant d'observer les passants de la Nouvelle Orléans. Cette maudite ville n'avait pas changé d'un pouce. Sept mois, sept ans ou soixante dix ans, c'était sûrement pareil.





by tris
Revenir en haut Aller en bas
The moon mades ​​us his slaves.
The moon mades ​​us his slaves.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 177
MessageSujet: Re: Like it doesn't exist. [Alessia.]   Lun 13 Nov - 16:46



   Cirth & Alessia

   Like it doesn't exist

   

   "Great souls suffer in silence"

" Pour toi, ta souffrance n'est pas un moteur, Alessia. C'est un poids. " Ces paroles, dites par une personne qu'elle connaissait à peine, Alessia se les remémorait de jour en jour. Ce n'était pas faux. La louve vivait désormais pour un seul et même but : la vengeance. Mais son humanité et les sentiments qui allaient avec devenaient un fardeau. Un fardeau qui pouvait remettre en doute tous ses plans. Comment pouvait-elle assouvir sa soif de vengeance, si elle craquait et fondait en larmes toutes les cinq minutes ? Alessia était une femme forte, pourtant. Elle avait subi les assauts de Jackson, cet homme qui n'avait vu en elle qu'un simple objet. Elle avait surmonté la mort du jeune homme, qu'elle avait elle-même causé. Elle avait accepté que son père la renie. Mais la mort de sa meute, en revanche, elle ne la supportait pas. C'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. L'événement qui lui rappelait à quel point elle était seule. Depuis sa naissance, Alessia n'avait jamais été seule  et c'était sûrement la chose la plus difficile à accepter. Alors, depuis qu'elle était arrivée, depuis que cette femme - qui avait parlé d'elle avec tant de vérité - lui avait donné un nom, la louve vagabondait de rues en rues pour rencontrer ce fameux Cirth Allen. D'après ce qu'on lui avait dit, il était un sorcier puissant, qui pouvait mettre fin à toute cette douleur qui la rongeait.

Mais de jour en jour, son espoir s'amenuisait. Allen était introuvable. Ce matin-là, Alessia s'était levée, en laissant son optimisme bien caché. Elle avait marché dans les rues, sans but précis. Ses pas l'avaient mené jusqu'au Rousseau, sans aucune raison précise. Pourtant, une personne attira son attention. La jeune femme s'était installée en terrasse, ses yeux sombres scrutant ce blond absorbé par sa lecture. Ses tatouages apparents avaient éveillé sa curiosité. Et si c'était lui ? Non, c'était trop gros pour être vrai. Mais la description qu'on avait donné de Cirth était semblable en tout point. Le jeune homme referma son livre d'un geste brusque. Un geste qui agit comme un signal pour la jeune italienne, qui se leva sans hésitation. Elle s'approcha de la table et sans gêne, prit le livre qu'il était en train de lire. "De la magie ?" demanda-t-elle avec un sourire qui montrait clairement qu'elle n'était pas intriguée par le sujet. Un sourire qui montrait qu'elle faisait partie de ce monde-là. Alessia pencha légèrement la tête et l'observa en silence, les yeux légèrement plissés. Cet homme avait l'air complétement perdu. "C'est toi, Cirth Allen ?" Si c'était le cas, elle était bien loin l'image du sorcier puissant.
AVENGEDINCHAINS
   
Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 121
MessageSujet: Re: Like it doesn't exist. [Alessia.]   Mar 14 Nov - 22:36






Like it does'nt exist.




" Vous buvez pour oublier ? Non je bois pour me souvenir."

Et tu fumes, tu tires lentement sur ton bâton de nicotine qui se consume doucement, comme ta vie comme file comme une brise d'air marin, un soir d'été. Et toi t'es la, une fois de plus, au carrefour de ta vie. En plein milieu de ses croisements qui se ressemblent tous. Étrangement ce sentiment te rappelle un lointain souvenir. Comme il y à quelques années quand tu es arrivé dans ce pays qu'est l'Amérique à la Nouvelle Orléans. Si naïf et plein d'espoir, la lumière n'étant que ton aspiration. Et tu te demandais ce que tu allais pouvoir trouver ici, si jamais tu te sentirais entier un jour. Et ce sentiment avait finis par être empli. De bien des manières. Tu avais trouvé un but, autre que celui que tu t'étais fixé à la base. Pourtant aujourd'hui avec toutes les cicatrices que tu avais depuis qu'elles soient intérieures ou extérieures, tu te sentais épuisé par tout ses obstacles. Tout ses ressentis étaient entrain de te bouffer, ta magie qui ne t'avait jamais fait défaut elle aussi était noyée sous tout ce bordel monstrueux. La fumée venait à s'extirper de tes lèvres avec lenteur pour savourer le goût du tabac dans ta bouche qui se mêlait délicieusement avec ta vodka. Tu en étais rendu la à boire pour oublier et boire te souvenir de tout.

Quand on te tira de tes pensées, une voix venait à s'adresser à toi et tu étais presque finalement surpris qu'on te remarque. Tu lèves les yeux de manière nonchalante sur une jeune femme, une jolie brune. Tu fronces les sourcils lorsqu'elle attrape ton bouquin de magie entre ses doigts inconnus. Faux, tu as tout faux jeune femme. Personne ne touche à ce genre de choses. Même quand c'est la personne la plus importante du monde. Tu pinces tes lèvres de manière perceptible. Magie, voila le mot est dis. Tu lèves les yeux au ciel. " Ou des gribouillis imaginaires. " C'est vrai au premier regard ses dessins ne voulaient rien dire, même pas pour les sorciers. Tu écrases ta cigarette pour lui prendre le livre des mains. " Lui même. Et qui le demande ?" Tu hausses un sourcil avant de marmonner. " J'espère que tu n'es pas une de ses suceuses de sang. Je me verrais dans l'obligation de t'envoyer dans un cercueil." Au moins elle était prévenue. Tu était un peu brusque dans tes paroles, pourtant on voyait à ton regard qu'il n'y avait aucune méchanceté.

D'un geste de la main, tu lui montrais qu'elle pouvait prendre place. Tu avais perdu tes pouvoirs et pourtant quelque chose était entrain de te frapper soudainement. T'étais le genre de personne à avoir toujours de l'empathie et pourtant tu avais l'impression qu'elle était amplifiée, comme si. Elles étaient peut être la. D'instinct tu attrapes un stylo qui était dans ton livre alors que tu lui murmures. "Que veux tu?" Tu l'observes de ton regard clair, traçant plutôt inconsciemment, une rune en particulier. Plusieurs fois, tu retraces, sur la serviette en dessous de ton verre. Rien ne se passe comme depuis des mois. Pourtant tu ressens cette lourdeur en toi, qui ne viens pas de ton propre cœur, celle ci est différente, plus vindicative, plus flamboyante. Et pourtant si vivace, qui combat encore même à l'agonie. Tu fronces une nouvelle fois les sourcils, arrêtant ton coloriage pour te concentrer une nouvelle fois sur la jeune femme.






by tris
Revenir en haut Aller en bas
The moon mades ​​us his slaves.
The moon mades ​​us his slaves.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 177
MessageSujet: Re: Like it doesn't exist. [Alessia.]   Mar 21 Nov - 22:24



  Cirth & Alessia

  Like it doesn't exist

 

  "Hello darkness, my old friend"

Pour le coup, Alessia avait été un peu directe. Elle s'était emparée du livre que le jeune homme lisait, sans même se demander si cela avait de la valeur ou non. Que voulez-vous, elle était du genre à foncer droit dans le mur et à réfléchir par la suite, défaut que ses parents lui avaient longuement reproché. Elle avait observé ces dessins, allant droit au but en lui demandant si c'était de la magie. Le jeune homme lui répondit que cela pouvait être des gribouillis imaginaires. "Peut-être... ou des runes aussi." avait-elle répondu, avec un étrange sourire sur les lèvre. Elle n'était pas folle, Alessia. En entendant parler de Cirth Allen, elle s'était tout de même renseignée à son sujet. Elle savait donc qu'il n'usait pas de la magie dite commune. Évidemment, elle était loin de savoir ce qu'était la magie runique, à vrai dire, elle s'en fichait un peu, mais cela faisait toujours bien de jouer celle qui en savait un peu trop. Observant son interlocuteur, Alessia esquissa un léger sourire quand il confirma son identité. Elle avait tapé dans le mille. Elle le laissa reprendre son livre, alors qu'il lui retourna la question. Une question à laquelle elle s'apprêtait à répondre, quand il reprit doucement la parole, en lui demandant clairement si elle n'était pas une buveuse de sang. "A ton avis ?" rétorqua-t-elle en haussant les sourcils. " Toutefois... et comme je n'ai pas envie que tu te méprennes à mon sujet, je vais simplement te dire que le sang, ce n'est pas vraiment mon truc. Je suis plutôt du genre à hurler à la mort, les soirs de pleine lune, si tu vois ce que je veux dire." Pas sûr que cela arrange son cas, ceci dit. Elle ajouta, plus sérieuse et sans quitter son regard du sorcier. "Je m'appelle Alessia, mais ce n'est qu'un détail." Au fond, qu'est-ce que cela pouvait lui faire de savoir qui elle était. Elle n'était qu'une inconnue, qui se fichait des petites guéguerres autour d'elle. Elle, elle menait sa propre guerre et c'était déjà bien éreintant.

S'asseyant en face de lui, après qu'il l'ait invitée à le faire, Alessia continua de l'observer attentivement. C'était étrange à expliquer, mais elle avait l'impression que cet homme était en souffrance. Son regard, bien que mystérieux, le trahissait. Elle baissa un instant les yeux pour l'observer tracer son "gribouillis" comme il l'avait dit auparavant. " On m'a dit que tu pouvais m'aider. C'est une longue histoire, mais d'après plusieurs personnes, tu es le mieux placé pour régler mon problème." L'italienne gardait son regard sur sa main qui dessinait cette rune, comme si elle s'attendait à ressentir une once de magie. Mais rien... c'était le calme plat. Elle releva la tête vers lui, après avoir montré la rune qu'il venait de dessiner. Elle demanda alors, sans aucun tact, mais avec une innocence qui pouvait presque pardonner l'affront qu'elle s’apprêtait à faire : "C'était censé fonctionner ?"  
AVENGEDINCHAINS
 
Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 121
MessageSujet: Re: Like it doesn't exist. [Alessia.]   Jeu 23 Nov - 23:01






Like it does'nt exist.




" Juste que... l’univers est plus grand que ce que l’on imagine. Je suppose que c’est une façon de mettre les choses en perspectives. Toutes les choses que nous pensons importantes, ne le sont en fait pas vraiment.."

Lorsqu'elle venait à énoncer le mot "rune", tu levais les yeux au ciel. Comme si elle pensait que cela allait t'impressionner même une seconde. C'était les gens qui se prétendait y connaitre qui s'y connaissait le moins et cette jeune femme te paraissait presque un peu trop effronté à ton gout. Tu l'avait prévenu que tu ne traitait pas avec les vampires et que tu essayait de ne pas leurs adresser la parole. Tu avais une haine tellement particulière pour cet espèce, ses assoiffés de sang, tu n'étais pas du genre à être une personne haineuse à la base, c'était même tout le contraire mais tu avais ta faille en l"espèce vampirique. Et depuis que tu en avais tué un, cela ne semblait que s’accroître de jours en jours. " Ouais. Tu es un loup garou quoi, Bayou, meute ou ce qu'il en reste et tout ce qui vas avec."Tu ne pouvais pas t'empêcher de lui faire comprendre que son attitude condescendante ne te faisait ni chaud, ni froid, tu te contentais de l'écouter parce que tu étais un insaisissable curieux. Tu voulais savoir d'ou elle tenait ton nom et pourquoi elle voulait faire appel à toi ou à ta magie en l’occurrence.

" Très bien Alessia alors." Prénom italien, prénom plutôt doux pour une personne qui semblait être un poil brusque à ton goût. Peut être à la douceur de ses traits alors. Tu hochais la tête, avant tu aurais peut être pu l'aider, en l’occurrence à présent tu ne voyais pas comment. Peut être en essayant d'être psychologue. Et encore vu son taux de patience c'était moins sur. " Je pense qu'au vu du lieu, on a tout notre temps pour que je t'écoute. Si tu veux en discuter maintenant bien entendu." Tu reposes ton livre comme si c'était une relique sur la table, tes doigts parcourant le cuir de la couverture. Tes livres c'étaient la prunelle de tes yeux. Il ne te restait plus que tes bouts de papiers à présent et tu ne comptais pas déroger à cette règle. Tu n'avais pas franchement remarqué qu'elle t'observait entrain de tracer ta rune avec un stylo pour à sa remarque tu reportes ton attention sur elle et un rire s'échappe de tes lèvres, un réel rire. Alors que tu pointes le stylo en sa direction]. " Dis donc pour une demoiselle qui cite des runes. Tu crois franchement que ça marche avec un stylo. Vraiment ? C'est mignon." Tu lui adresses un sourire amusé, malicieux. Si seulement tes runes fonctionnaient ainsi, ce serait en effet beaucoup simple. Tu fais signe au serveur alors que tu recommandes un verre, tournant le regard sur la brune pour lui demander si elle veux quelque chose aussi. Tu poses ton stylo alors que tu lui murmurais alors. "  Si tu crois que les runes fonctionnent ainsi c'est que la personne qui t'as renseigné s'est bien trompé sur mon compte. parce que ma magie est partie en vacances pour l'instant."







by tris
Revenir en haut Aller en bas
The moon mades ​​us his slaves.
The moon mades ​​us his slaves.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 177
MessageSujet: Re: Like it doesn't exist. [Alessia.]   Lun 27 Nov - 15:15



 Cirth & Alessia

 Like it doesn't exist

 

 "La douleur, elle ne disparaît jamais, on apprend juste à vivre avec."

Ce jeune homme était décidément mystérieux, si bien que notre jeune louve mettait les pieds dans le plat face à lui. Avant, elle l'aurait abordé avec une assurance naturelle. Maintenant, elle n'était que maladresse, si bien qu'elle passait pour un être hautain, alors qu'en réalité, elle ne savait plus comment agir avec les autres personnes. C'était comme si elle avait perdu les codes de ce monde qui lui échappait pleinement. Au moins, elle avait parlé de runes, seule chose qu'elle connaissait sur Cirth, mais sans qu'elle puisse mettre un sens réel sur cela. Et cela se voyait sur son visage, indéniablement. Alors qu'il avait dénigré les vampires - au moins, ils semblaient sur la même longueur d'ondes sur ce point-là - ce fut au tour du blond de marquer un point, en appuyant là où ça faisait mal. Le sourire d'Alessia perdit un peu de vigueur alors qu'elle répondit, en haussant les épaules : "C'est ça. Bayou et ce qu'il reste d'une meute." En gros, il ne restait qu'elle puisque Sara avait complétement vrillé après la mort de son petit ami.

Alessia prit la peine de se présenter, parce qu'elle ne voyait pas l'intérêt de dissimuler son identité. Elle n'était rien ici. Vint alors le sujet qui les concernait tous les deux, à savoir les raisons pour lesquelles Alessia se trouvait ici. La brune regarda autour d'elle, se faisant un instant muette, avant de reprendre doucement, en posant son regard sur lui : "Je ne sais pas comment expliquer ça, en fait. Peut-être que tu as un moyen de... comment dire... éteindre des émotions ou même effacer quelques souvenirs ?" Elle ne s'était pas attardée sur les détails, peut-être parce que cela l'embêterait plus qu'autre chose. Il était sorcier, pas psychologue. Elle l'observait dessiner ces runes sur son papier, posant alors une question qui s'avérait être finalement, bien stupide. Le rire de Cirth arracha un sourire à Alessia. Un sourire bien plus naturel, loin de cette façade qu'elle montrait depuis le début. "Bon, ok, je te l'avoue, je n'y connais rien aux runes. Je n'avais pas envie de débarquer en faisant celle qui ne connaissait rien sur toi, mais cela n'a pas été une bonne idée, visiblement." Un serveur vint prendre la commande de Cirth. Face à la demande silencieuse du sorcier, la jeune femme opta pour un café, pour se redonner un coup de fouet. Son regard suivit le serveur qui s'éloigna, jusqu'à ce que la voix de Cirth l'interpelle de nouveau. Alessia fronça légèrement les sourcils, surprise par ses mots : "Partie en vacances ? Comment ça ? Tu n'as plus ta magie ?" Elle ne savait pas si cela était possible ou non. Elle ne connaissait rien au monde des sorciers, mais le regard qu'elle posait sur lui était rempli de curiosité bienveillante et d'une envie d'en savoir plus.
 
AVENGEDINCHAINS
 
Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 121
MessageSujet: Re: Like it doesn't exist. [Alessia.]   Lun 11 Déc - 19:01






Like it does'nt exist.



No expression, hide my head. I want to drown my sorrow. Not tomorrow. "

"Personne ne peux éteindre ses émotions, hormis les vampires. Je pense que c'est bien la seule option que chaque humain aimerais avoir. Il n'y à pas vraiment de formules magiques pour retirer le propre de chaque humain." Il était entrain de la fixer parce que avec ses quelques mots, la brune venait de piquer sa curiosité. Il ne connaissait que trop bien ce sentiment, celui de vouloir t'arracher à ton propre corps à tes propres sentiments, d'emprisonner ton âme, ton coeur dans une fiole pour pouvoir vivre tranquillement sans tout les tracas qu'étaient les sentiments. Tu le savais tellement, toi même tu avais essayé de te faire effacer les souvenirs par un vampire, par l'hybride originel lui même tant ta souffrance devenait insupportable. Tant tu n'avais l'impression de plus respirer. On t'avais retiré ce que tu avais de plus cher au monde et c'était devenu intolérable. Pourtant tu t'étais ravisé au dernier moment. Parce que dans les moments sombres, il y avait aussi la lumière, tu ne voulais pas oublier la lumière. C'était tellement contradictoire, tellement déchirant en même temps, tu avais parfois l'impression que tu étais deux personnes distinctes dans un même corps.

Et puis un jour, tu lâches prises, il faut finir par lâcher prise et laisser les choses aller. Sans culpabilité, parce qu'un mot tu prends une grande inspiration et le souffle reviens, c'est juste mécanique, le cerveau humain est la pour t'aider à t'habituer à souffrir. A t'habituer à l'absence dans le creux de ton lit. A la froideur qui s'empare de ton corps la nuit alors qu'avant tu n'avais jamais froid, même pas dans le plus profond de ton coeur. Et pourtant il est ainsi maintenant. Tu vis ainsi parce que tu n'as plus le choix. Qu'un jour tu es obligé de reprendre ta minable et misérable vie. Est ce qu'il serait possible que cette jeune louve souffre des mêmes maux que toi ? Que quelqu'un puisse peut être même te comprendre, juste une once même. Qu'elle aussi se réveille la nuit, terrassé par ses propres ressentis ? A se perdre dans les allées de ses propres cauchemars.

" Le principe de runes est plutôt compliqué je te l'admets." Elle marquait un point, peu de gens pouvaient vraiment comprendre l'essence même de tes dons. Et puis tu avais été plutôt brutal, elle n'avait pas non plus tord mais cela tu ne lui accordais pas, ta fierté était devenue ta meilleure amie. "Les runes sont au nombres de 24, elles viennent du dieu nordique Odinn, je ne sais pas si tu as déjà entendu parler de cette mythologie." Tu te taisais lorsque le serveur venait vous apporter vos boissons. " Chacune à sa signification profonde et une fois que le sens réel de la rune est saisie. Les combinaisons sont infinies, par exemple." Tu reprends ta serviette pour lui montrer ce que tu avais dessiné auparavant. Pour un oeil humain, ce n'était qu'un simple dessin. " Cette rune, c'est celle de la clairvoyance. Si je l'utilise, elle me permets de reprendre le contrôle des événements. De mon regard, je peux discerner qui est humain et qui ne l'est pas. Parfois je peux même apercevoir si l'aura de la personne est bonne ou non." Tu chiffonnes ton bout de papier avant de boire une gorgée de ta boisson et de la regarder de nouveau, esquissant un léger sourire. Sourire amer. Plus amer encore que ta boisson elle même. " Non je n'ai plus ma magie. Je ne sais pas si c'est temporaire ou définitif."

Tu hausses les épaules, comme si tu t'en fichais, pourtant c'était loin d'être le cas. Tout le monde t'avais abandonné, même ta propre magie. Sûrement parce que ses derniers temps tu étais loin d'en être digne, tu ne savais pas vraiment. De tes yeux clairs, tu observes Alessia, la nouvelle venue de ta journée, il y avait bien longtemps que tu n'avais pas discuté ainsi avec quelqu'un. Quelque chose était entrain de te pousser à savoir, pourquoi cette jeune fille était venue à toi. Aujourd'hui, pour avoir de l'aide. Elle semblait en réalité, aussi perdue que toi. Tu le voyais bien plus clairement maintenant que tu étais moins sur ta stupide défensive. " Pourquoi souhaites-tu oublier ? As tu perdu quelque chose qui ne te permets plus de t'endormir la nuit ? Pourquoi veux tu perdre ce qui fais de toi une personne vivante et humaine ? Tu sais, une âme. C'est quelque chose de bien plus précieux qu'on pense." Ta voix était bien plus douce cette fois.





by tris
[/i]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Like it doesn't exist. [Alessia.]   


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ Pray for Redemption. ::  :: Le Quartier Français :: Le Rousseau-