Bienvenue : Le dernier habitant à avoir posé ses valises est Desmond Åkerfeldt !
On compte sur vous pour l'accueillir comme il se doit les petits loups.
Annonce : Si tu choisis de jouer un Post-Vacant ou un Scénario du forum, tu seras crédité de 300$ dès ton inscription.
Plutôt sympa comme Soldes d'hiver, non ?

 

 Show me your teeth. [ Beneditch.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Normality is our quality.
Normality is our quality.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 86
Message posté le Ven 13 Oct - 18:02



Dans toutes les histoires, il y à deux versions.


Serah and Beneditch.




"Nous ne sommes que l'oubli d'une histoire sans histoire. L'espoir de remplacer les cris de ces âmes perdues. N'es finalement que mal vécu. Ne sommes nous que des pions,qui en une fraction de seconde.Sous la pression veut crier sa douleur, mais a bien trop peur de se dévoiler."

Et si un jour, tu ne courrais plus ? Si un jour tu arrêtais simplement de toujours courir, pour fuir, pour avancer. Si juste une fois tu restais sur place, si tu te contentais de juste observer eux les gens avancer. Que toi tu décidais d'arrêter, de reprendre ton souffle, de profiter du vent, de l'air qui venait te rassurer, te caresser tes joues de porcelaine. Comme si même la nature te poussait à t'arrêter de courir, de courir pour ses convictions qui ne sont pas les tiennes et que pourtant tu crois dur comme fer. Et si un jour tu en venais à courir, pour ta vie, pour ton bonheur et non pour des règles écrites sur des vieilles pages. Courir pour peut être sourire bien plus naturellement, même parfois réussir à voler grâce à l'amour ? Non, tu es bien loin des choses aussi simples de la vie. Tu n'as pas le temps de courir pour être heureuse, pour mener ta vie à bien. Ce soir, tu cours, non pas pour chasser mais parce que tu es chassé.

Il est bien rare que tu tombes dans un piège, tout simplement parce que tu es bien trop concentré lorsque tu sors de chez toi. Tu ne laisses jamais les choses arriver par hasard, tu gardes toujours cette démarche innocente, légère, celle d'une gamine dans ses rêves, l'esprit tout haut mais surtout très loin. Ce soir tu n'étais pas sortie pour mener à bien ta mission mais simplement pour prendre l'air, juste pouvoir respirer un peu. Tu venais de t'entrainer et tes muscles endoloris, ta tête semblait sur le point d'exploser et tu avais juste envie de t'accorder un instant, un moment de répit. Tu étais habillé de manière simple, comme une jeune femme de ton âge, un jean, des bottines noires, un chemiser et un perfecto en cuir sur les épaules. Tes longs cheveux d’ébènes tombant en cascade sur tes épaules. Tu t'étonnait à profiter de la lune à son point culminant dans le ciel, l'air presque paisible, tu devrais être entrain de profiter pleinement de cet instant de plénitude pourtant la seule chose qui te tracasse et que tu es sortie sans ton arc et tes flèches et que tu te sens juste à poil et désarmée. Tu avais ton attirail habituel, la plupart des filles mettent du temps à s'apprêter pour des bijoux, toi c'était des poignards en tout genre. Chacun son truc. Et dans ton sac, bien caché, une arme à feu. Tu n'étais pas particulièrement fan de ce genre d'arme mais il fallait avouer qu'elle était particulièrement utile dans certains cas.

Alors que tu étais perdue dans ce genre de pensée, tu n'avais pas sentit, ni même entendu les bruissements que pouvait effectuer les vampires quand ils se déplaçaient à toute vitesse. Tu n'avais vu le coup venir qu'une fois qu'il t'avait sauté dessus. Foutue débutante ! Foutue gamine, foutue faible que tu pouvais être. Voila ce que ton esprit te martelait alors que le vampire était entrain de te maintenir dans le but de te vider de ton sang et de mettre à son tableau de chasse la descendante des De Vaillac. Les crocs de ce foutu monstre contre ton cou te donnait envie de hurler, de douleur et d'horreur, pourtant aucun son ne sortait de ta bouche. Tu te contentais simplement d'essayer de calmer ton rythme cardiaque, de te tranquilliser et d'attendre le bon moment. Feindre le moment ou tu ne tenais plus, pour qu'il te lâche enfin, la faiblesse dans les muscles, les yeux qui se ferment et lui qui ne se soucie plus que de ton sang. Le moment parfait ou tu peux enfin attraper ton poignard situé au niveau de ta cheville pour lui planter dans le dos. Et c'est juste à ce moment ou tu sais que tu dois être rapide, le repousser. La, juste maintenant tu dois l'achever, pourtant tu l'écartes violemment de ton pied et pars en courant. Tu te remets à courir comme tout les jours, sauf que cette fois ci, tu veux simplement oublier qu'un être aussi impur viens de te toucher, te mordre, goûter ton sang. C'est la première fois que cela t'arrive et cela te rends dans une colère autant que cela t'angoisse. Tu cours, sans regarder, tu t'engouffres dans un cimetière, celui de Woodlawn. Tu te fiches de ce genre d'endroit, certes il y à des centaines gens allongés la, mort. Mais justement, eux au moins sont en paix à présent. Tu vas t'asseoir derrière un mausolée, sur un bloc de marbre, soufflant longuement pour reprendre ton souffle, pour calmer ton palpitant et remercier ton endurance pour cette course. Cette fois tu sors ton arme à feu, ton automatique, dans la crosse est gravée les initiales de ta famille, tu la serres. Alors que ton autre main se glisse dans ton cou, encore taché de sang. Tu jures à plusieurs reprises. Bordel cette soirée est vraiment merdique.  

Code by Sleepy


Black Siren.


Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 88
Message posté le Lun 16 Oct - 20:16

You. Me. Game.
Katherine ∞ Beneditch


Il ne faut pas se leurrer. Aussi gentleman qu’il pouvait être, Beneditch avait des besoins primaires. Presque à l’identique de sa vie humaine, le vampire avait besoin de se nourrir. Et il ne s’agissait pas de légumes où autres variétés de mets, cette fois, il ressentait la faim en lui, si fort, si puissant, si terrible qu’il aurait pu faire un carnage. Mais il est maitre de lui, Beneditch.  Il arrive à garder le monstre de sang en lui, le gardant précieusement pour le libérer quand il le décide, dévoilant parfois le monstre assoiffé qu’il est réellement.

Il était tombé, en premier lieu sur un homme svelte, athlétique. C’était assez drôle comme entrée en matière. Un amuse-bouche. Non, un cocktail de bienvenue. L’hypnotiser pour le faire courir, faire bouillir ce sang par la peur et l’effort. Jouer avec la nourriture, c’est mal, mais l’avoir avec facilité, ça n’est bien, non plus. Aucun challenge, aucun plaisir. Un sang plat dans les veines, alors que si la personne se débat il y a cette force, cette passion, cette envie de vivre que l’on peut sentir quand on aspire ce liquide vermeil. L’envie de vivre que parfois, il n’a plus.

Il vide de son sang la première, puis une seconde dont il ne se souvient plus du visage. A dire vrai, il ne les tue pas. Il tue rarement. Il leur laisse juste assez pour leur permettre de se sauver. Non pas par bonté d’âme, charité non plus. Il les hypnotisait, profitait et revenait quand bon lui semblait pour se repaitre d’eux sans once de remord. Après tout, il ne tue pas. Une façon comme une autre de se libérer l’esprit.

Il est impeccable, il se nourrit proprement, pour n’avoir à changer aucun vêtement et il décide de se remettre en chasse. Sans doute que la compagnie de certains, les retrouvailles, les découvertes, tout ça le fond sortir un peu plus de son chemin habituel. Il sent qu’il perd pied et pire que tout, il s’ennuie. Ce soir il s’ennuie, comme si le destin n’avait rien, de convenable, à lui mettre sous la dent. Et il la voit, cette petite rousse qui se promène seule dans le noir de la nuit. Elle semble si pur et les rouquines, Beneditch aime ça.

Il s’approche d’elle, son visage vampirique apparait dans la nuit, promesse d’une mort certaine et…Rien. A dire vrai, Beneditch n’en revient pas ses yeux, elle a disparu. Il comprend vite qu’un vampire lui ai passé devant. Il entre en rage. Lui, un vampire âgé se fait prendre sa proie sous ses yeux. Il bouillonne.

Il finit par sentir le sang et trop tard il arrive pour découvrir le cadavre de la rousse. Son poing fini dans le mur à côté, un trou se créer, sa rage s’envenime. Un met pareil, on ne le détruit pas de cette manière, on le savoure.

Il se met en chasse, bien décidé à mettre un terme à la vie de ce vampire insignifiant. Pourtant, avant qu’il ne tombe sur lui, il assiste à un spectacle étonnant. Ce vampire se charge d’une jeune femme brune de loin, il ne la reconnait pas. Pas encore. Elle est forte, elle ne crie pas et il ne semble pas à Beneditch avait entendu la moindre hypnose. Curieux.

Une lame sort, cette lame déchire la peau de l’ennemi de Beneditch et quand la jeune fille se lève, lui qui pensait qu’elle le tuerait, s’enfuie. Et c’est quand elle s’enfuie, qu’il aperçoit son visage. Comme si son passé avait eu rendez-vous dans cette maudite ville. Il connait son prénom, il connait son visage, même s’il n’a jamais eu l’occasion de lui parler, de s’approcher. Il ne peut que la suivre, ce qui est facile, elle est blessée.

Il aurait pu tuer le vampire, mais ça serait beaucoup moins drôle comme ça. Il a bon souvenir de son ancêtre, autant qu’il jauge ce qu’elle vaut, elle.

Il s’approche d’elle, derrière. Il sourit, à dire vrai, il s’amuse grandement de la sitution et son sourire le traduit. Il ne le cache pas.

- Je faisais un tour dans le coin et j’ai vu ce spectacle. Vraiment ? Un poignard et une course ? Pas un pieu dans le cœur, une petite bagarre pour se mettre en jambe ?

Il sort de sa poche un mouchoir qu’il lui tend en s’approchant. Il n’a pas peur, et si elle tente une chose et bien…Il aurait des comptes à rendre à son ancêtre.

- Alors, je ne veux pas me mêler, mais cette odeur, c’est très enivrant. Si je vous ai retrouvé, je me doute qu’il va le faire et qu’il ne va pas être ravi. Personnellement, je vous planterais votre propre couteau dans le cœur. C’est ma façon d’être. Et si vous ne bougez pas, je pense qu’il va le faire.

Sa voix est trop enjouée. Il sait qu’il va l’énervait elle et il sait que ça lui permettra qu’elle sauve sa peau. Il ne promet rien, il ne dit rien, il a justement la rencontre qu’il voulait. Il est perturbé, encore son passé, un fantôme de son ancienne vie, mais une fois encore, il s’en régal.




Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Normality is our quality.
Normality is our quality.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 86
Message posté le Jeu 19 Oct - 17:23



Dans toutes les histoires, il y à deux versions.


Serah and Beneditch.






"C’est l’instinct qui, pressentant la menace d’une perte si immense et si irrévocable, fait que l’esprit se rebelle quand il en prend la mesure."

Tu restes la, caché contre ce mausolée, reprenant ton souffle, essayant de calmer on rythme cardiaque, parce que plus tu respires fort, plus ta plaie saigne abondamment et tu sais que tu risques de perdre plus rapidement tes forces et il ne faut pas. Sinon c'est à moment précis que cela risque d'être compliqué pour toi. Alors tu te répètes ce que ton géniteur t'as enseigné. Que la situation, même quand elle parait catastrophique. Il suffit de rassembler, son sang froid, ses idées et tout son courage pour trouver une issue. Parce qu'il y en à forcément une et que c'est la peur ou la panique qui nous empêche de pouvoir l'entrevoir. Tu fermes les yeux, te rappelant de ses paroles pour retrouver ton calme, tu étais distraite, ça arrive, surtout quand tu n'es pas en chasse. Seulement tu es une De Vaillac, ta vie entière est une chasse même quand tu n'as pas envie. Les monstres sont la et n'oublient pas qui tu es et si ils peuvent te faire la paix, ils vont le faire, sans hésitation.

Tu gardes ton Colt entre tes doigts, un modèle récent et léger que tu prends toujours, au cas ou. Et ce soir le, au cas ou est plutôt bien. Un bruissement derrière toi et tu ne bouges pas en entendant une voix s'adresser à toi, tu ne te tournes pas, parce que la personne pourrait te surprendre. Tu écoutes simplement, l'inconnu a vu la scène précédente avec le vampire qui t'as attaqué, il se présente enfin face à toi et tu le fusilles littéralement du regard. Il à l'air de clairement s'amuser de la situation, au moins un qui s'amuse parce que ce n'est pas ton cas. " A croire que personne ne doit prendre de congés ici."
Tu dis cela en levant les yeux au ciel. Le cynisme est toujours mieux que de se faire passer pour une victime.

L'homme te tends un mouchoir, tu le gardes toujours en joue avec ton arme au cas ou. On ne sait jamais, tu ne le connais pas et tu ne sais pas quelles sont ses intentions. Tu te penches légèrement, toujours assise pour attraper le mouchoir du bout des doigts, l'appuyant sur ta plaie en le remerciant dans un grognement, tu n'aimes pas vraiment compter sur qui que ce soit. " Ah parce que vous vous inquiétez pour moi? Trop aimable."  Tu lui adresses un grand sourire clairement forcé avant de te redresser et de te relever pour lui faire face sans pour autant s'approcher, tu gardes une distance de sécurité. Encore un vampire, sûrement. Décidément, c'est ta soirée.

" Et pourquoi vous me suivez ? Je sais pas, vous avez pas d'autres victimes à aller vider de leurs sangs. Si il revient je m'occuperait de son cas, comme de tout les autres. Je sais me débrouiller. " Tu le regardes de haut en bas, le toisant comme tu le sais, le défi dans le regard, toi petite hautaine, téméraire, ce n'était pas du courage parfois, c'était même de la bêtise. La fougue de la jeunesse comme dirait son oncle, tu te retiens de sourire quand tu penses à lui, de ta situation, il allait forcément en rire quand tu lui raconterais. Tu recharges correctement ton arme pour être sur que le coup partiras si tu dois t'en servir. Tu observes l'homme, le brun aux yeux clairs. " Je peux savoir pourquoi vous me regardez ainsi? C'est franchement malaisant."

Code by Sleepy


Black Siren.


Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 88
Message posté le Mer 15 Nov - 23:11

You. Me. Game.
Katherine ∞ Beneditch


La situation étonnée le vampire. C’était assez cocasse que cette jeune demoiselle n’aille pas au combat, alors qu’elle était une combattante émérite. Elle avait peur et c’était un sentiment que Beneditch ne prêtait pas aux chasseurs, encore moins au De Vaillac. Elle avait été prise en traite, ce qui était assez typique de la nature vampirique, pourtant, une réaction de fuite comme celle de la jeune femme rendait la situation étonnante. Comment se pouvait-elle qu’elle puisse agir de la sorte ?

Elle ne se retourne pas, comme si elle pouvait saisir qu’il n’était pas la pire menace sur l’instant et qu’elle n’avait aucune crainte à lui tourner le dos. En soit, s’il aurait voulu la tuer, il l’aurait fait depuis un petit moment, mais c’était délectable que d’assister à cette opération.

- Ma chère enfant, les congés, pour les chasseurs, dans une telle ville, ça n’est en rien possible. Dois-je réellement vous faire un coup, Mademoiselle De Vaillac ?

Il annonce la connaitre, de toute façon, qua-t-il à craindre ? Il est plus rapide qu’elle, il connait ses capacités qui doivent être identiques à ses ancêtres. Et puis, tuer une De Vaillac, c’est comme tuer une sorcière, il ne le fera que si réellement, il y est obligé. Le souvenir d’une femme pour sauver une lignée, une nature. N’est-ce pas romantique ?

- M’inquiéter. Tout de suite les grands mots. J’attends simplement de voir de quoi vous êtes capable.

Il s’approche d’elle en lui faisant un signe de tête vers l’entrée du cimetière. Evidemment, le deuxième vampire a suivi l’odeur du sang. Evidemment il arrive. Evidemment, il va vouloir la tuer. Il finit par venir s’adosser au mausolée, près d’elle, l’air de rien. L’air d’un ange. Un ange damné, certes, mais un ange tout de même.

- La nuit est longue, vous savez. Je ne doute pas de votre savoir faire. Quoiqu’il en soit avec cette perte de sang, vous allez l’énerver, vous avez une chance sur deux. Soit il est bien plus fort de par son envie de sang. Soit plus idiot.

Beneditch approche son visage de la nuque de la jeune femme, un sourire moqueur sur les lèvres. C’est qu’elle sent bon, la donzelle. Il se recule et prend une profonde respiration, en la détaillant un peu plus, de haut en bas, avec insistance.

- Je m’assure de votre survie, Mademoiselle De Vaillac. Si tant est que je doive vous faire boire mon sang pour assurer votre longévité, je le ferais.

Une parole d’un jour. Sauf que pour un vampire, une parole dure toujours. Il finit par se redresser et montre du doigt une silhouette qui marche lentement entre les tombes. Ses yeux scrutent le vampire et il n’interviendra pas pour le sauver. Il a beau avoir des manières, il reste tout de même un vampire, pas un sauveur. Ca n’est pas sa tâche que de sauver ceux qui ne savent pas tuer, ceux qui ne savent pas agir en tant que vampire et qui sont, pas définition, une honte à leur race. Il croisa les bras, un sourire carnassier aux lèvres et regarda la jeune femme attention.

- A moins que vous vouliez que je fasse le travail pour vous ?


Moqueur. Une légère pointe de défi pour s’assurer qu’elle allait l’affronter sans tarder. Qu’elle joue, qu’il regarde, qu’il profite. Cette soirée était délicieuse.




Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Normality is our quality.
Normality is our quality.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 86
Message posté le Lun 27 Nov - 19:13



Dans toutes les histoires, il y à deux versions.


Serah and Beneditch.





Certains vampires étaient décidément bien étrange en ta compagnie. Il est vrai qu'aux premiers abords, tu peux croire qu'ils sont presque sympa. Presque normales. Mais tu sais bien que ce n'est que de la poudre aux yeux, ils essayent de revêtir un masque d'ange et pourtant ce ne sont que des monstres damnés pour l'éternité. Et parfois il est vrai que tu rêverais ne pas sortir de chez toi durant des jours pour éviter de les croiser. Si vraiment tu devais détester une race en particulier, c'était les vampires. Ils étaient bien trop impétueux et ils avaient un art particulier à se croire tout puissant. Ils avaient tellement tout faux. Si tu avais à choisir c'est eux que tu tuerais sans hésiter, il fallait les éradiquer et tu étais certaine que le monde se porterais tellement mieux. Les sorciers, ils restaient pour la plupart cantonné dans le quartier français avec leurs cultures, tu te fichais bien d'eux, tant qu'une tête brûlé ne se pointait pas pour venir chercher des noises aux humains. La, tu avais ce vampire en face de toi, qui se voulait énigmatique mais qui commençait à te taper sur le système à prétendre te connaitre, te donner des conseils. Comme si tu avais juste besoin de cela et surtout de sa part. " La politesse avant de vouloir donner des conseils, c'est de se présenter. Il me semble que c'est la moindre des choses. Quand à vos conseils, vous pouvez vous les garder."

Tu l'observes de ton regard sombre, tu ne supportes pas qu'on te dise quoi faire, tu est bien trop impétueuse, tumultueuse. Tout le monde tombe dans le panneau de ta silhouette frêle, de ton visage aux traits angélique, comme si la poussière d'étoile était venue façonner ton regard et ton visage de poupée de porcelaine. Pourtant les apparences sont toujours trompeuses. Tu te sers toujours de cette prétendue faiblesse, comme une carte cachée dans ta manche, parce que tu es une De Vaillac et que la faiblesse ne feras jamais partit de ton vocabulaire. " Plutôt déplaisant ta manière d'approcher, je te conseille de ne pas recommencer si tu ne veux pas dire adieu à ta misérable vie." Ton ton est cassant, d'une froideur sans nom, ta voix s'accorde à merveille avec le lieu ou vous vous trouvez, le cimetière. Et la manière qu'à eu ce brun de t'approcher, de sentir son souffle non loin de ta nuque te fait clairement lever les yeux au ciel, comme si tu allais juste avoir peur. Le seul qui arrivait presque pendant quelques secondes à te foutre la trouille c'était Kol, ce petit con d'Originel. Mais très vite tu arrivais à le tourner en dérision. Il était bien une exception. Et plus pour très longtemps. Et cet inconnu n'en faisait pas partit. Tu soupirais légérement, plutôt agacé en voyant l'autre vampire entrer dans le cimetière, cette fois ci tu avais envie d'être tranquille.

Ni une, ni deux, tu te décollais du mur, retirant le mouchoir de ta plaie, alors tu avançais rapidement, comme une ombre parmi les tombes, portant ta main à ta blessure, tu tachais certaines tombes de ton sang, pour faire tourner en bourrique le vampire, tout autour du cimetière. Tu te déplace sur les tombes, un certain sourire aux lèvres car tu sais qu'il est entrain de devenir fou à suivre ton odeur, à se perdre par l'odeur enivrante de ton sang. Comme d'habitude, deux poignards dans ta botte, l'issue ne tarde pas être finale quand toi aussi tu finis par arriver dans son dos et de tes deux dagues, tu le poignardes à plusieurs reprises. Lorsqu'il tombe au sol, sans une seule once d'amabilité ou d'humanité, tu le poignardes au coeur avec de le regarder sortir son dernier souffle de vie. Tu te baisses pour essuyer le sang sur ses vêtements à lui. Hors de question de te salir. Tu ranges tes poignards dans tes bottines avant de marcher un peu plus loin pour t'asseoir sur une tombe, t'adressant à l'inconnu. " Alors tu vas me lâcher maintenant ou tu comptes me ramener tout les vampires de la Nouvelle Orléans ? Ou tu vas peut être te présenter ? Je ne sais pas."

Code by Sleepy


Black Siren.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Message posté le

Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» SHOW ME YOUR TEETH.
» The Hillywood Show
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ Pray for Redemption. ::  :: Central City :: Cimetière de Woodlawn-