Bienvenue : Le dernier habitant à avoir posé ses valises est Serah De Vaillac. !
On compte sur vous pour l'accueillir comme il se doit les petits loups.
Annonce : Si tu choisis de jouer un Post-Vacant ou un Scénario du forum, tu seras crédité de 300$ dès ton inscription.
Plutôt sympa comme Soldes d'hiver, non ?

 

 like an angel | Jill.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 8
Message posté le Jeu 14 Sep - 11:56



Jill Annabelle Connor




☩ Nom: Connor ☩ Prénom: Jillian Annabelle ☩ Alias: BloodyJunky ☩ Âge: 345 ans. ☩ Lieu de naissance: Londres. ☩ Date de naissance: 2 décembre 1672. ☩ Quartier de résidence: Central City. ☩ Orientation sexuelle: Hétérosexuelle. ☩ Situation familiale: Veuve et célibataire. ☩ Occupation: Rester éloigné des humains au possible. ☩ Groupe: Vampire. ☩ Avatar: Karen Gillan. ☩ Crédits: Bazzart.





☩ More about you.

Anecdotes ✙ Jill est une Junky. De quoi, me diriez vous ? De sang humain. Tout simplement. Elle ne peut supporter la présence d'humanoide quelconque sans quoi, ses intincts primitifs reviennent violemment sans qu'elle ne puisse se controler. Cependant, elle est encore assez logique pour ne pas avoir de bague de jour. Refusant catégoriquement de sortir de chez elle si elle n'est pas assoiffé.
Mis ça de coter, elle est veuve depuis plus de trois cent ans et ne supporte pas le contact physique. Surtout à cause des horribles tortures que son mari lui infligeait. Viole, strangulation, j'en passe des vertes et des pas murs.
Une de ces passions s'expriment par la peinture. Elle pourrait ne faire que ca de toute sa vie. Elle apprécie l'art de manière général.
☩ And your other side.

Ta morale ✙ Jill est née à une époque ou le baptême et l'église était très importante. Elle a toujours donc prié Dieu. Cependant, lorsqu'elle s'est marié, en vivant un tel malheur au quotidien, elle a peu à peu perdu sa foi. Ca lui arrive d'aller se confesser, mais Dieu n'a plus d'importance à ses yeux.
Pour ce qui est du coté non humanoide de la chose, elle connait l'existance de toutes races sur cette terre. Malgré son enfermement, elle reste très curieuse et s'est beaucoup interessé à son nouveau monde. Elle est une experte en sorcellerie puisqu'une partie de sa famille avec cette héréditarité. Pas elle, cela dit.  Elle connait le danger potentiel des loups garou et est très méfiante de leurs présences. Elle ne craint pas les chasseurs qu'elle trouve inutile. Malgré cela, elle n'est pas au courant que des hybrides puissent exister. Elle est d'une très grande tolérance, bénisse les années passé à des siècles beaucoup trop rigides pour elle.
Don & Particularités ✙ Jill a les particularité classique d'un vampire. La force un peu plus brute au vue de son âge et une vitesse plus importante. Elle est une chasseuse hors pairs et une combattante beaucoup trop qualifié pour que cela reste anodin. Profitant de ses trois cent dernière années pour apprendre le combat à l'arme blanche, celui à l'épée, à la lance, ou même la boxe. Jill s'enivre de ce genre de combat et adore se retrouver face à un adversaire qui arrive à lui tenir tête ne serait ce que quelques minutes. Cependant, elle a toujours eux beaucoup de mal avec l'hypnose, malgré qu'elle sache s'en servir. Elle n'arrive pas à accepter le fait de forcer quelqu'un penser autrement que ce qu'il voudrait.  

Loyale

Sang chaud
Tolerante

Timide
Protectrice

Tétue


☩ Behind the screen.
☩ Pseudo|Prénom: Lyna.
☩ Âge: 19 ans.
☩ Pays|Région: Gironde.
☩ Comment es-tu arrivé(e) ici: Vive PRD!
☩ Que penses-tu du forum: Il m'a l'air très bien construit et les gens y sont cool, j'ai hate de commencer  
☩ Fréquence de connexion: 5/7 jours à peu près.





Dernière édition par Jill A. Connor le Jeu 14 Sep - 17:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 8
Message posté le Jeu 14 Sep - 11:57



Un petit bout de moi




Froide et barbare, telle la mort vengeresse

1672 ✙ En ce jour si froid de décembre, tu es née. Si pauvre petite fille au destin funeste. Tu es à plaindre. Qui pourrait s'imaginer un seul instant que tu ne passerais pas la trentaine indemne. Que te manquera t - il ? Un bras ? Une jambe ? Un organe ? L'esprit ? La vie ? Personne ne saurait dire. Encore moins ce grand homme qui te tient tendrement dans ses bras. Il a si peur de te briser entre ses muscles crispés qu'il n'ose bouger. Tes yeux noisettes le fixent malgré la fatigue qui les alourdissent. Il soupire, de bonheur, de plaisir, d'excitation. Peu importe le sentiment qu'il assaille, il n'en reste pas moins humainement atteint. Sans doute parce que ta pauvre mère n'a pas survécu à ta naissance. Hémorragie interne, trop de sang perdue, sans compter la fatigue de l'accouchement, cette courageuse femme s'était éteinte. Elle ne te manquera sans doute jamais. Tout simplement parce que tu ne passeras jamais un seul moment avec elle. Pas d'amour, pas d'affection, pas de tendresse. Rien de tout cela. Seulement la présence trop gâteuse d'un père. Ce père qui te tient à ce moment même entre ses grandes mains. Se doute t - il qu'un jour, il te perdra ? Non pas pour rejoindre l'amour d'un homme, mais plutot la froideur de la mort. Il n'y pensera jamais. Jusqu'à ce que l’inévitable arrive enfin.

1689 ✙ Tu as dix sept printemps. Vivre est un concept qui te passionne. Tu es une jeune femme magnifique, croquant la vie à pleine dent. Joyeuse, curieuse, tu redéfinie ce qu'est le bonheur auprès de ton paternel et de tes deux grands frères. Etant la petite derniere, tout le monde pourrait croire que tu es gâté de toute part, et pourtant, c'est bien loin d'être le cas. En vieillissant, ton père perdait petit à petit sa patience et son amour envers ses enfants. Ainsi, tu te retrouvais très proche de tes ainés. Cela dit, tu finis bientôt par être seule avec le chef de famille étant donné que celui ci avait promis deux mariages à ses deux fils. Ceux ci n'avaient pu se résoudre à dire non. La fortune familiale s'éteignait de la même manière que la vivacité d'esprit de ton père, et tu savais qu'il ne pourrait continuer à te garder sous son toit. Cependant, tu ne pensais pas un seul instant qu'il allait vendre ta main à seulement dix sept ans. Peut - etre vingt, ou vingt deux. Mais pas dix sept. D'autant plus que l'homme auquel il allait te donner était plus âgé de vingt deux ans. Trente neuf ans. Il était veuf deux fois sans aucune raison. Sa première femme avait succombé à une crise cardiaque, et sa seconde, d'une banale grippe. Lorsque ton père te parle de lui, tu perds petit à petit espoir qu'il change d'avis. Cela te semble de plus en plus réel, réalisable, faisable. Ca allait arrivé. Tu allais passé une seule et unique journée en robe blanche, avant de finir le reste de ta vie, enfermé avec cet inconnu. Il était si grand, si vieux. Il ressemblait à ton père. Les cheveux noirs de gais, de grand yeux noirs et un visage carré aux traits très dur. Malgré le sourire crispé sur ses lèvres, il te faisait peur. Ta joie de vivre disparaissait de jour en jour. Les boutades de tes frères ainés ne changeaient rien à ta condition. Une fois le mariage passé, tu allais mourir. Intérieurement. Et personne ne pleurerait ta mort. Ni tes frères, ni ton propre père. Ni même cet homme devenant en ce jour, ton mari. C'était un trois juillet. Tu n'avais pas encore dix huit ans qu'une bague ornait ton annulaire. Ton emménagement s'organisait dans la journée, quelques robes, peu de bijoux, voilà ce qui composait ta valise. Et puis, une grande maison. Il y avait deux jeunes servantes, un cuisinier et un autre jeune majordome. Leurs sourires compatissants te redonnait un peu de baume au coeur. Du moins, quelques instants. Jusqu'à ce que le soleil se couche.

1690 ✙ Assise devant ta coiffeuse, tu regardes ton pale reflet sans grand intérêt. Cela fait un an, que tu es la mariée de cet homme. Sa femme. Son objet. Rien de plus. Une de ses travailleuses te brosse tendrement tes si longs cheveux roux. Tu les as toujours laissé poussé. Aussi long que ceux de ta mère lorsque tu l'admirais sur les photos que ton paternel voulait bien te donner. La jeune nounou tresse ta tignasse et les attache en une couronne pour le moins élégante. Ton esprit se dit que c'est peut - etre un peu trop pour simplement rendre visite à Helena. Elle a l'habitude, de te voir peu coiffer, peu maquiller, peu en valeur. Tu te fichais de ton physique. Tu n'y faisais plus attention. Secrètement, tu espérais qu'en t'enlaidissant, ton mari n'oserait plus te toucher. Qu'il ne poserait plus qu'un seul doigt sur toi. Pas un seul baiser sur tes lèvres. Pas une seule main sur ton cou. Tu déglutis péniblement à cette pensée en essuyant rapidement la larme qui t'échappais. Tu pousses un soupire lourd de signification.
   " - Mademoiselle Annabelle, il faudrait peut - être mettre un peu plus de poudre, sur ce cou, et cet oeil.. ", recommande ta nounou, la voix tremblante.
    " - Oui Nanie, pardon.. Je .. Je vais le faire.. ", réponds tu dans un élan de courage. Déglutissant péniblement, tu prend un pinceau et t'appliques à peindre ton visage de maquillage. Il fallait caché cet oeil au beurre noir. Et cette trace de strangulation sur ton cou. Le reste des bleus sur ton petit corps seront caché par ta robe et ton châle. Ton coeur se serrait de peine et de douleur. Ton égo te retournait l'estomac. Tu n'en pouvais plus. Un an de mariage, et tu n'en pouvais déjà plus. De cet homme que tu avais épousé. Il était lâche, de porter le moindre coup sur toi. Mais tu avais peur. Il t’effrayait comme jamais personne ne l'avait fais. Et de savoir que la nuit s'approchait à grand pas, te faisait trésaillir. Tu ne voulais plus, ne pouvais plus. Ni te coucher dans les draps dans lesquels il t'abusait. Ni te regarder dans un simple miroir tant ton reflet te dégoutais. Tu avais beau crier, pleurer, personne ne venait t'aider. Pas même cette femme qui te coiffait et te rendait plus présentable. Pas même cet homme qui te nourrissait ou celui qui t'accompagnait partout en ville. Au début, tu te débattais, le griffait. Tu t'étais rendu compte que c'était bien pire ainsi. Alors, tu te laissais faire. Gentiment, le regard dans le vide de la fenetre ouverte sur la lune. Cependant, tes larmes ne cessaient de courir tes joues, comme pour prouver que ce qu'il t'infligeait ne restait pas sans conséquence. Cette tristesse, cette blessure, ne sera jamais fermé. Ce ne sera jamais rien. Ca ne pourra jamais être naturel ou pire, oublié. Tu frissonnes à te remémoré cette idée. Il fallait que tu t'en aille, que tu quittes cette chambre des tortures. Enfilant tes talons, cachant ton visage derrière ton châle, tu marches lentement jusqu'à la maison voisine. Helena. Elle saura te récompensé d'avoir passé une nouvelle nuit de torture, te consolera sans mot dire. Elle est plus qu'une meilleure amie. Elle est la seule qui est au courant de ces choses. Elle est la seule qui t'aime et ne t'abandonne pas malgré le regard d'autrui. Elle est la soeur et la mère que tu n'as jamais eux. Tu as moins peur en sa présence. Tu arrives à te détendre en sa compagnie. Elle est si gentille, et tu l'aimes, plus que tu n'as jamais aimé quelqu'un. C'est dur, quand elle n'est pas là. Ca serait d'autant plus dur si elle n'avait jamais été là. Tu toques à la porte, attendant patiemment de voir son visage rayonnant t'ouvrir. Un léger sourire illumine de moitié ton visage lorsque tu la vois devant toi. Tu arrives à tout oublié à ses cotés. Ton malheur, ta douleur, ta honte.
   " - Bonjour Helena, je ne vous dérange pas ? "

Ca à commencé comme ça, ca restera toujours comme ca, ca finira comme ça.

1691 ✙ C'était une nuit d'été de l'année de mes dix neuf ans. Tu étais la fleur la plus éteinte que l'on pourrait voir vivre. Tu ne demandais plus rien à personne, ne parlait plus, ne souriait plus. Tu restais enfermé dans la grande maison de ton époux, attendant sans la moindre impatiente que le soir s'en vienne. Cela faisait maintenant plus de deux ans et demi que tu partageais sa vie, et ses tortures par la même occasion. Tu avais perdu, semble t - il, tout intéret à ses yeux puisqu'il te délaissait telle une vieille chaussette au fond du placard. Malgré cela, ses conquetes n'arrivaient probablement pas à assouvir ses envies sadomasochistes, tant et si bien qu'il s'en retournait vers toi afin de t'infligé cela. Quatre à cinq fois par semaines, cependant, tu arrivais à dormir seule, sans qu'il ne te touche. Parfois même, il ne rentrait plus dormir chez vous. S'étant probablement endormis profondément avec une ou deux prostituées dont il a la compagnie. Tu t'en fichais. En fait, c'était même un soulagement qu'il ne t'accorde plus autant d'importance. Parait - il que le mariage s'estompe au fur et à mesure que le temps passe. Tu avais hate de ce terme. Etrange pour une jeune mariée, non ? Enfin, toujours est - il, que cette soirée là, tu avais envie de te balader. L'immense propriété de ton mari s'étendait par delà les champs et les forets. Il autorisait chasseurs et pecheurs à se promener sur ce bout de parcelle tant qu'il ne dégradait rien. C'était un bon compromis. Au moins, la faune ne devenait pas dangereuse pour les promeneurs. Toi par exemple. Les étoiles t'hypnotisait complètement. Du moins, jusqu'à ce que ta cheville se torde sous l'effet d'un profond trou. La terre humide avait du se creusé au fur et à mesure des intempérie. La douleur t'irradiait jusqu'en haut du genou. Probablement que tu te serais laisser mourir ici, si tu avais pu. Ce n'était pas avec une toute petite foulure que tu allais échappé à ta honte grandissante. Mais, alors que tu t'étais résigné à attendre le lever du jour, assise là, la cheville rouge et gonflé, tu vis une silhouette se dessiner dans la nuit. Tu n'avais pas peur. Tu restais là, immobile, espérant qu'il s'agissait d'un énième tueur en série anglais dont Londres avait le secret. Cependant, tu n'aurais jamais cru que cette silhouette allait raviver ton coeur. La lumière lunaire te permettait de voir désormais avec clarté la beauté de ses traits. Il était si différent des hommes que tu connaissais. Magnétique, hypnotique.
   " - Vous.. Vous êtes magnifique.. ", avais tu susurrer. C'était tes premiers mots, depuis plusieurs mois. Il avait à peine souris. Comme si il se moquait de ce que tu avais oser dire. Mais dieu qu'il était beau. Telle un ange sur la terre décrépis sur laquelle tu survivais. C'était une étrange sensation. De savoir qu'il allait jouer un rôle important à son destin. Etrange autant qu'inexplicable.

1693 ✙ Les traits se dessinait tout seul, sans que tu ne te force. Tu avais toujours adoré peindre mais ton mariage avait quelque peu rompu cette passion. Bizarrement, elle t'était revenu lorsque tu avais fais cette fameuse rencontre. Un sourire tendre illuminait ton visage lorsque tu sentis ses mains se glisser sur ta taille. Enivré de cette caresse, tu te laisse aller à pencher ta tête tandis que ses lèvres se posent sur ton cou. Ton coeur bat si vite que tu as l'impression qu'il va implosé. Ton ventre se noue de bonheur et d'amour à son égard. C'est bien la première fois de ta jeune vie que tu arrives à ressentir ça. En fait, il est l'homme que tu aurais voulu épousé, à la place de l'ordure te servant de mari. Pourtant, tu gardes cette pensée bien cacher au très fond de toi. L'absence de ton époux permet à cet amour naissant de vivre avec une certaine passion. Tu as depuis longtemps abandonné ce lit où tu étais violé, maltraité, cogné, sans remords, sans amour. Non pas par courage, mais par amour. Parce qu'il a réussi, oui lui, à te faire tourner la page. Il est ton amant, et l'unique qui te fait vivre désormais. Tu te refuserais à la vie si jamais il t'abandonnait. Parfois, c'était lui qui te laissait plusieurs jours sans aucunes explications ou certitude de retour. Pourtant, tu avais confiance en lui. Une confiance aveugle et démesuré. Il disait avoir du travail et que pour revenir, il lui fallait s'en aller quelques jours. Il s'arrangeait toujours pour que ça coïncide avec les passages éclairs de ton mari. Tout le monde en ville savait qu'il te trompait, entachant ta réputation. Mais, alors qu'il revenait de son nid de catin, la rage au corps, tu savais alors que tout était finis. En cette triste nuit, il allait de nouveau recommencer. Serrer ses larges mains autour de ton cou jusqu'à ce que l'air te manque. Gifler violemment tes joues. Mais ce fut en réalité bien pire que cela. Il avait entendu, les on dire des villageois. Il te tortura, de longues heures avant que tu n'oses avoué que tu aimais un autre homme. Que ton amant te comblait de bonheur et que tu t'en irais avec lui. A vrai dire, tu avais crier ça sans y réfléchir. Comme un appel au secoure. Espérant pouvoir échapper à la mort. Pour une fois que tu avais une raison de vivre, que tu en avais envie, il allait te tuer. Tu te débattais. Un coup entre ses jambes suffit à le désarçonner, et à moitié nue, tu courrais à travers la maison dans l'unique but de lui échapper. Bientot, tu te vis coincer entre les murs froids de la cuisine. Il referma la porte derrière lui, son regard vicieux et pervers braqué sur toi. Il saisit un couteau de cuisine, proférant moulte menace à ton encontre. Des larmes dévalaient tes joues et des sanglots de supplications secouaient ton corps. Tu tombais à genoux lorsqu'il te gifla encore. Sa main sur ta gorge, son regard plongé dans le tien. Tu n'aurais jamais cru voir le démon en lui, mais c'était bien lui, satan. Là, au creux de ses pupilles.
   " - Tu es ma propriété.. à moi, comment as tu pu copuler avec ce sournois .. ma propre femme me trompe.. Tu le rejoindra bien assez tot sale catin .. ", graillonne t -il de rage, approchant la lame de ton cou.  

Savez vous quel effet cela fait de mourir ? Quel sentiment nous parcourt ? En fait, aucun. Excepté la peur, peut etre. Savez fait ce que l'on ressent lorsque l'on meurt, égorgé ? Lorsque l'on sent la lame frigorifié coupé la chair qui vous constitue ? Personne ne peut deviner ou imaginer cette sensation. Encore moins lorsque le couteau tranche la trachée, avec une lenteur que tu pourrais qualifié de malsaine. Tu sentais l'air se mélangé au sang qui dégorgeait de ta plaie. L'influe sanguin remontait jusqu'au fond de ta gorge, dégoulinait de la commissure de tes lèvres. Tu sentais tes poumons te bruler comme jamais. Eux même se remplissant de sang tandis que l'oxygène te manquait. Ton regard dans le vide, tu voyais à peine la silhouette de ton meurtrier quitter la piece tandis que tu mourrais. Savez vous quel sensation cela fait de sentir la mort s'éprendre de votre âme ? C'est presque comme s'endormir. Petit à petit, tu sentais ton cerveau bouillir. Le manque d'O² à cet organe était décisif à ton décès. Tes yeux se révulsait, le controle de tes membres t'échappait. Jusqu'à ce que tu finisse par t'étouffer dans ton propre sang. Tu n'as plus la force de fermer les yeux, mais tu ne vois plus. N'entend plus, ne sent plus. Ne respire plus. C'est la fin. Ta fin.

1702 - 2017 ✙ Voilà neuf longues années que tu es morte. Voilà neuf longues années que tu vis quand même. C'est drole, mais tu te souviendra toujours de ce jour. Tu t'es réveillé, en sursaut, comme d'un sommeil cauchemardesque. Machinalement, tu avais porté ta main à ta gorge, prenant une grande inspiration, avant que tes yeux n'analysent la pièce dans laquelle tu te trouvais. C'était grand et sombre, mais tu y voyais comme en plein jour. Le clapé de la porte résonna si fort que tu avais eux l'impression que tes tympans allaient exploser. Tu t'étais couverte les oreilles, cherchant la provenance de ce bruit. Il était là, l'amour de ta vie, devant toi. Une explosion d'amour se produisit en toi. Tu n'avais pas reussi à gerer cette émotion, tant et si bien que tu t'étais jeter dans ses bras. Il t'apprit que tu avais réellement été tué, mais que tu faisais désormais partie d'une tout autre race que celle de l'humanité. Un vampire. Il te fit gouter ce qui est toujours, malgré neuf longues années plus tard, une drogue pour toi. Du sang, humain. Tu te cache du soleil, vie la nuit, et voyage malgré cela. Tu as pris le premier bateau en partance du port lorsque ton amant disparue, du jour au lendemain. Quelques temps auparavant, tu avais ressentis le besoin de dire au revoir à tes frères. L'un d'entre eux t'apprit que ta défunte mère était autrefois une sorcière, et que par conséquent, lui même avait hérité de ce gêne. Ainsi, il te proposa ce qu'il appelait une amulette contre l'astre solaire. Inutile, le soleil contenait ta folie addictive. Enfin, après un bref au revoir, tu partis pour l'Amérique. Tu cherchais toujours l'homme qui t'avait créer, toujours autant amoureuse de lui, toujours autant redevable. 1754. 1826. 1972. 2002. 2017. Tu as vue plus de trois siècles s'écouler, enfermé le jour, libre la nuit. Tu vis désormais à la nouvelle orléans, sachant pertinemment l'influx permanent de créatures et de magie. Ici, c'était un peu plus ton monde qu'ailleurs. Un peu plus ton chez toi. Qu'allais tu faire désormais ? Que ferait une Junky ici ? Elle resterait caché. C'est ce que tu allais faire dans ce cas. Tu resterais caché.




Dernière édition par Jill A. Connor le Jeu 14 Sep - 14:17, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 42
Message posté le Jeu 14 Sep - 12:01

Bienvenue et courage pour la ta fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 67
Message posté le Jeu 14 Sep - 12:36

Hello !
Bienvenue et bon courage pour la rédaction de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 39
Message posté le Jeu 14 Sep - 13:54

Bienvenue parmi nous Smile
Revenir en haut Aller en bas
We take the best of both.
We take the best of both.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
✣ Messages : 205
Message posté le Jeu 14 Sep - 15:18

Olleh What a Face,


Bienvenue sur le forum ! Si tu as un problème, le staff est là study.

Lyna me dit quelque chose


Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 8
Message posté le Jeu 14 Sep - 15:26

Merci beaucoup à tout le monde pour votre acceuil, c'est trop chou 
Je pense avoir finis ma fiche, d'ailleurs!
C'es possible qu'on se connaisse alors Nikki! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 52
Message posté le Jeu 14 Sep - 15:57

Bienvenue bienvenue ! Cool
J'espère que le fofo te plaira, et très bon choix d'avatar au fait ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
✣ Messages : 46
Message posté le Jeu 14 Sep - 17:06

KAREEEEEEN ! **
J'ai souvent pris cet avatar ! Very good choice !

Réserve moi un lien ! Bienvenue !!
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 8
Message posté le Jeu 14 Sep - 17:14

Hihi, merci et oui, on se mpera histoire de trouver ça! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
✣ Messages : 22
Message posté le Sam 16 Sep - 11:31

La jolie Karen. Razz Bienvenuuue !
Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
✣ Messages : 64
Message posté le Sam 16 Sep - 14:50

Bienvenue jolie vampire
Revenir en haut Aller en bas
We take the best of both.
We take the best of both.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
✣ Messages : 205
Message posté le Sam 16 Sep - 20:04


Bienvenue chez les fous !




Félicitations Jill tu es maintenant validée !.



Tu fais à présent partie officiellement des membres du forum ! Nous t’invitons à recenser ton avatar ICI afin qu'il t'appartienne définitivement. Tu peux ajouter ta fiche de liens et répertorier tes rps ICI pour te faire de nouveaux amis et quelques ennemis aussi ! Et tu peux créer des scénarios ICI si tu souhaites compléter des liens préexistants pour ton personnage. Enfin, nous espérons que tu as bien pris le temps de lire toutes les annexes, sinon nous t'invitons à le faire maintenant. Pour terminer, n'hésites pas à te rendre à la Boutique du Diable pour dépenser tes précieux dollars !

Amuse-toi bien,
et viens vite te joindre à nous pour profiter de la ChatBox !


Le Staff de PFR.




Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Blaue Angel
» [Musical Halloween] premier tour [Magisterockers VS Evil & Angel]
» Buffy the vampire slayer et le spin-off Angel
» Angel découvre la bibliothèque
» Natacha Angel (Ministère)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ Pray for Redemption. ::  :: Présentations :: Présentations validées-