Bienvenue : Le dernier habitant à avoir posé ses valises est Serah De Vaillac. !
On compte sur vous pour l'accueillir comme il se doit les petits loups.
Annonce : Si tu choisis de jouer un Post-Vacant ou un Scénario du forum, tu seras crédité de 300$ dès ton inscription.
Plutôt sympa comme Soldes d'hiver, non ?

 

 C'est dans la difficulté que l'on prend connaissance de ses amis. - Klaussy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
✣ Messages : 46
Message posté le Mer 30 Aoû - 13:15

here i am friend.
Niklaus ∞ Beneditch


Du sang. Une forte odeur de sang alors ses pas approchaient de la maison de la famille originelle. Devant la porte, il ferma les yeux pour ressentir, pour s’imprégner de cette odeur qui malgré tout, l’inquiétait. Etait-il arrivé un malheur ?

Je poussais la porte, entrant facilement dans la maison, preuve qu’aucun humain ne détenait le titre de propriété. L’odeur y était encore plus forte, si bien, que pendant une courte seconde, son visage vampirique pris le dessus sur l’homme qu’il était. Il resta dans l’entrée, effaré par cette forte odeur qui ne faisait que faire grimper l’anxiété.

- Niklaus ? Elijah ? Rebekah ?

Aucun bruit dans cette maison. Il savait Elijah en vie, puisqu’il était lui-même en vie. Il osa quelques pas dans la maison, surpris de ne trouver personne. Il arriva près de ce qu’il jugea être l’un des salons où l’une marre de sang s’étendait face à lui. Des membres par-ci, par-là. Il s’avança, prenant soin de ne pas se déplacer dans le sang, arriva près d’un bras. Il le fit bouger du bout du pied, un peu surprise. Aucune marque de mort vampirique. Il en faudrait plus pour tuer un originel après tout. Son ouie l’interpella sur un faible battement de cœur rapide. Il leva les yeux vers l’étage avant de s’y rendre, usant de sa vitesse vampirique. Porte ouverte, il s’attendait à tomber sur à peu près tout, sauf à ça.

Les rumeurs étaient fondées. Il s’approcha, lentement, sans faire de bruit, le regard perdu sur cette petite beauté. Cette vision lui rappela sa propre vie humaine, son propre rôle de père et toutes ses nuits qu’il avait passé à regarder ses enfants dormir. Même après sa transformation, il regardait souvent sa progéniture dormir, se jurant de ne jamais craquer sur de tels anges. Il ne serait pas un être damné qui tuerait sa famille. Il avait bien trop de respect et d’amour pour les siens. Un sourire se dessina sur les lèvres du vampire avant qu’il ne sorte de sa poche, une petite figurine en bois. Sculptée finement, elle représentait une jeune fille. Cette objet était l'un es objets les plus sacrés au cœur du vampire. C'était le jouet préférée de sa propre fille, des siècles auparavant. Conscient qu'il ne pourrait jamais en faire cadeau à une autre enfant, il la laissait à cette jeune fille. C'était, à sa manière un pacte avec lui même : il était loyale avec les Mikaelson, avec cette enfant aussi. Il la déposa dans un coin du lit de la petite, après avoir fait attention qu’il n’y ait aucune écharde et se redressa pour se reculer, n’osant toucher cet enfant. Elle était à la fois bénite et dangereuse. Elle était le point faible de Niklaus, il le savait mieux que quiconque, lui qui protégeait encore les siens, six siècles après. Il resta quelques minutes, se laissant bercer par ces battements de cœurs quand il sentit une présence ainsi qu’un avertissement.

- Eloignez-vous d’elle !

Beneditch releva la tête avant de se tourner vers l’inconnu. A en juger par l’endroit dans lequel il était, il supposa se trouver en face d’un hybride de son ami.

- Aurais-je dû prévenir de ma visite ?

Il n’était pas froid, au contraire, il était moqueur et pourtant, il gardait son sérieux. L’homme en face de lui fit un pas, mais d’un signe de main, Beneditch l’arrêta, le regard furieux.

- Pas dans cette chambre voulez-vous ? Elle n’est qu’une enfant.

L’hybride se redressa, reculant pour laisser passer Beneditch. On pouvait y lire le besoin de servir Klaus et par extention, cette petite.  A peine eut-il franchit la porte, que Beneditch propulsa le jeune hybride par-dessus la rambarde de l’escalier. Sautant pour l’y rejoindre, plus rapide que l’hybride, il le plaqua contre le mur, faisant attention à ne présenter aucun membre à ses dents.

- L’idée même de vous tuer me causerais sans doute des problèmes auprès de votre chef, mais avoir pensé m’attaquer dans la chambre de cette petite ? Etes-vous fou ?


L’hybride grogna et envoya Beneditch un peu plus loin, les crocs sortis. C’était assez mauvais et si Niklaus n’était pas là, l’idée de mourir dans t’atroce souffrances ne le tenter guère. L’odeur de sang était toujours aussi enivrante en bas et le vampire de six cent ans, savait que si rien n’arrêtait, il y aurait un cadavre de plus. Beneditch connaissait l’art de la guerre, l’art des armes et si ce jeune hybride était réellement jeune, poussait par des émotions trop fortes, il n’en serait que plus facile pour le vieux vampire de le tuer.

La pression avait monté d’un cran et si l’un voulait protéger la progéniture et son maitre en même temps, l’autre voulait protéger sa vie et voir son ami.



Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
We take the best of both.
We take the best of both.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
✣ Messages : 205
Message posté le Sam 16 Sep - 0:05


« C'est dans la difficulté que l'on prend connaissance de ses amis »
Beneditch Atcliff & Niklaus Mikaelson


« Le passé nous susurre ô combien, les erreurs, nos choix, nos réticences au bonheur, ne sont pas éphémères. Ils perdurent dans le présent, dans le futur.

Le passé est notre présent, notre futur, ils demeurent intemporels. Quelle est la logique ? Aucune. »



« - Power always With Blood, no matter the Era. »

Quel était cet étrange messager, qui murmurait des âneries, dans mes insomnies fréquentes ? L'esprit demeurait fourbe, il demeurait joueur et aussi, rongé par la noirceur de ses actes. Une âme condamnée à ne pas avoir de rédemption, de bonheur. Mais quel était-il quand on ne l'avait jamais vraiment touché. Impalpable, il ne sera jamais pour moi, et s'il l'était, tôt ou tard, il finirait par s'échapper lui aussi. Alors pourquoi être à sa recherche ? Les êtres humains cherchaient à se matérialiser dans un bonheur illusoire le temps de leur courte existence. Ils se trompaient la vie n'était pas la quête du bonheur, mais la quête de son essence. Un verre de bourbon à la main, les yeux scrutés sur une esquisse en cours de réalisation par un artiste lambda. Apaisant, plénitude, curiosité étaient les adjectifs que je ressentais à la vue d'une ouvre, peu importe laquelle. Notre regard unique embellissait sa définition, son trait, son but souhaité. Le visage de la femme semblait triste en apparence, ses yeux noirs d'un vide profond traduisaient une certaine solitude ou l'incompréhension du monde qui l'entourait. Ou peut-être la vue d'un égorgement ? De sa fille peut-être ? Très belle expression. Tout avait un sens quand on trouvait des similitudes, des petits détails qui, contre toute attente, apportaient parfois les réponses à ses propres questions.

La Nouvelle-Orléans reflétait ses plus belles prouesses quand la musique, l'art, étaient à l'épreuve. Artiste dans l'âme, je me sentais un peu plus à ma place dans ce genre d'environnement que d'être au manoir avec cette paranoïa légendaire qui poussait mon comportement à devenir des plus coléreux. Je ne voulais pas que Hope observe cette étincelle dans mon regard qui faisait de nous, une bête hurlant contre le monde entier. Elle aura cette étincelle, elle n'était pas une Mikaelson pour rien. Laissant mon âme divaguée dans ce tableau dont je ne verrais sûrement pas la fin, je perdais la notion du temps. Pourquoi fallait-il avoir une fin et un commencement ? Pourquoi toujours mettre des mots ? Le pouvoir des mots n'était rien contre le pouvoir de notre regard, de notre vision. Je ne parlais jamais, je prônais plutôt la violence et les crachats d’impulsivité, la manipulation subtile, comme premier contact. Cami était mon exception, mon équilibre tout simplement. Elle savait beaucoup de choses, ce que d'autres ne seront jamais, même pas ma famille.

Brusquement, mes sens m'alarmèrent d'un danger potentiel à l'approche de la bâtisse familiale. Hope. Son prénom résonnait comme un klaxon et avec vivacité, j'entrais dans l'immense cour ancestrale et observais avec attention le panorama. Des voix, des grognements, mais qui était ce perturbateur ? Je gagnais le capharnaüm et munie d'une mâchoire crispée, de poings fermement serrés, d'un regard perçant noir qui jaugeaient les deux silhouettes. Elles semblaient émettre une quelconque intimidation l'un envers l'autre. D'un seul coup, je pestais en éclatant d'une voix autoritaire : « - Un peu de respect et de silence ! Fermez-là. » Oui hurler, pour prendre le risque de réveiller Hope ? J'imaginais que c'était déjà le cas bien avant mon retour. Je m'approchais de quelques pas pour entrer dans le cercle de bagarres enfantines. Les bras croisés sur ma poitrine, je fusillais tour à tour l’hybride puis Beneditch : « - Retires tes mains de mon objet fidèle, veux-tu  ? Sinon je t'arrache le cœur, ami ou ennemi. Peu importe. » Je rajoutais en insistant de mes prunelles :  « - As-tu aussi oublié tes politesses en rentrant comme un vulgaire inconnu ici ? ».


Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
✣ Messages : 46
Message posté le Hier à 13:06

here i am friend.
Niklaus ∞ Beneditch


La tension est palpable. Les deux se jaugent, prêt aux moindres mouvements de l’autre pour réagir. Beneditch ne voulait pas tuer cet hybride, il savait trop bien l’importance qu’ils avaient pour Niklaus et il ne voulait pas énerver l’hybride et perdre la vie. Il savait le caractère instable de cette famille et c’était du suicide. Il n’allait tout de même pas se faire tuer par cette vermine, pour ne pas énerver l’originel.

L’hybride fit un geste en premier et avant que Beneditch ne puisse réagir, la voix féroce de son ami de longue date brisa le silence pesant. Beneditch se raidit presque automatiquement, il n’avait pas prévu de faire face à Niklaus de cette manière. Il tourna son regard vers l’hybride originel, sans expression aucune sur le visage avant de foudroyer du regard l’hybride, basique. Il se positionna entre nous, nous obligeant par la même à cesser ce jeu de testostérones à qui serait le plus cruel monstre, finalement, entre nous se tenait le pire.

Le vampire se redressa, remit sa cravate en place d’un geste certain avant de réprimer un soupire, alors qu’une grimace perla ses lèvres fines. Intérieurement, il n’était pas aussi sûr que lui et cette incertitude partie presque aussitôt. Niklaus ne parle pas, il agit, à sa manière, Benedtich savait qu’il n’allait pas mourir aujourd’hui. Il resta en retrait, hochant simplement la tête d’un air lasse.

- Tu diras donc à cet objet fidèle de ne pas menacer n’importe qui.

Son ton était froid et pourtant, il n’était pas en colère, sans doute une question d’habitude. Pourtant, il savait avoir mal agi de par l’effet de surprise. Il n’avait pas prévus que les retrouvailles se passeraient ainsi, aussi, il hocha la tête, son visage ne trahissant pourtant, aucune émotion. Il avait fauté en ne prévenant pas de son arrivée, la curiosité de voir l’enfant de Niklaus.

- Un vulgaire inconnu ne serait pas rentré dans cette maison de cette manière. Il est vrai que j’aurais dû prévenir de ma visite, c’est un fait. Je suis pourtant, ravi de te revoir, Niklaus. Je vois que ton système de garde est au point, finalement.

Il finit par laisser un léger sourire perler ses lèvres avant de regarder le jeune hybride. Beneditch ne le détestait pas, il comprenait, du moins, tenter de comprendre que cet homme était à la solde de Niklaus, obéissant à ses moindres désirs, comme le simple fait de protéger sa progéniture. Oui, Benedtich comprenait plus que quiconque. Il avait, de ce fait, un point commun avec l’originel.

- J’ai apprit la mort et la résurrection de ton frère. J’ai appris aussi et surtout, le changement dans ta vie, alors je voulais te présenter moi-même mes félicitations, voir l’œuvre que tu avais fait venir dans ce monde. Je n’aurais pas dû, il est clair, entré ici de cette manière, j’espère que tu ne m’en tiendras pas rigueur bien longtemps.

Il finit par s’approcher de l’hybride originel, un sourire un peu plus grand sur les lèvres. Il se voulait amical, il voulait surtout que l’originel ne fasse rien que Beneditch aurait pu regretter.

- Les nouvelles vont vite dans ce monde, surtout quand il s’agit de vous. Je suis venu me joindre à toi, quand à ta reconquête de cette ville. Et au vue de mes dernières découvertes ici, je compte bien m’installer quelques temps. Tu pourras compter sur un allié de plus, un réel, pas un vulgaire esclave.

Il n’était pas dédaigneux, il savait où allait sa loyauté, il savait ce qu’il leur devait. Son visage fut transpercé d’une grimace un court instant. Ses découvertes…Elle et toujours Elle à présent. Une  impossibilité et pourtant, il savait qu’à quelques kilomètres de là, cette sorcière vivait, respirait et pouvait lui apporter une douleur et une joie qui ne pouvaient qu’aller ensemble. Elle avait les cartes pour le détruire et elle n’en avait pas conscience.

Il tourna son regard vers l’amat de sang dans la pièce avant de sourire. Un rictus sans émotion, un semblant de vie.

- Tu devrais faire plus attention. Elle est encore jeune, mais il serait bon pour elle qu’elle n’assiste pas à ce genre de démembrage en bonne et du forme. Conseil de père. Il est assez compliqué de mêler vampirisme et envie de sang, lorsque l’on est père.

Il avança un peu de quelques pas, son oreille bercé par le rythme cardiaque de la progéniture de Niklaus avant de se retourner vers lui, un sourire tendre, une attitude plus détendu, avec ce regard pourtant douloureux.

- Il n’y a rien de mieux que de croiser leur regard, eux qui nous vénèrent, loin de la nature que nous sommes, ils aiment le père bien loin d’imaginer ce que ce père serait capable de faire… La force et la faiblesse… Un si petit-être qui détient pourtant la clé d’une vie. Je ne suis pas là pour te détruire, tu t’en doutes. Je suis là pour te prêter main forte.

Il était sincère, il n’avait rien à cacher.




Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Que tu es belle dans ta robe de mariée, prend ma main et laisse toi guider [En Cours]
» ROBYN STRUDWICK-LUBIENSKI ► mia talerico
» ✲ on va tous dans la même direction, on prend des chemins différents c’est tout.
» "C'est dans le besoin qu'on reconnaît ses vrais amis" [Leïa -ft- Troian]
» Mes propositions (Système à 2 modes de difficultés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ Pray for Redemption. ::  :: Mid-City :: Habitations-