Bienvenue : Le dernier habitant à avoir posé ses valises est Miles A. Treefire !
On compte sur vous pour l'accueillir comme il se doit les petits loups.
Annonce : Si tu choisis de jouer un Post-Vacant ou un Scénario du forum, tu seras crédité de 300$ dès ton inscription.
Plutôt sympa comme Soldes d'hiver, non ?

 

  « - I Promise I'm Not A Serial Killer » [Juno]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
We take the best of both.
We take the best of both.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 221
Message posté le Sam 26 Aoû - 20:59


« - I Promise I'm Not A Serial Killer »
Juno Reid & Niklaus Mikaelson


C'est assez affligeant d’observer, d'écouter ces misérables humains. Sans cesse en train de gindre, de s’apitoyer sur leurs sorts pathétiques.

Néanmoins, ils sont prêts à se battre pour une cause perdue, peu importe les conséquences. Ils apprécient leur vie éphémère avec leurs tripes jusqu'à ce que la mort emporte leurs âmes de pécheurs. Hélas, ils n'ont pas ou peu de temps pour apprendre le sens de la véritable vie et de jouir de toutes ses surprises, bonnes ou mauvaises.

Tout est éphémère même immortel. Tout.

La mort est un des cadeaux le plus précieux.



« - Power always With Blood, no matter the Era. »

Pavanant dans les vastes quartiers de mon royaume inachevé, je scrutais les moindres recoins. Bientôt, cette ville lumière finira entre mes mains audacieuses, j'étais prêt à la reconquérir entièrement, seul et armé de véhémence. Les mains dans les poches, un regard fixe sur la lune pleine, je quittais l’entrepôt délabré dont j'avais acheté auparavant dans le recoin le plus infâme de la Nouvelle-Orléans. L'endroit était parfait pour peaufiner mon musée des horreurs inavouées et me hâter, aussi, à divers moyens de torture. Avec de la minutie, j'avais déjà choisi l'emplacement de chaque chose. Chaque chose en son temps, chaque chose à sa place.

Ce soir, était aussi celle de la chasse à la vermine - à l'espèce humaine plus précisément -. Ses maudits cafards grouillants qui proliféraient pour une vie si imparfaite. Peu importe le gibier, la finalité sera toujours la même : la mort ou la traque. Je pensais déjà recommencer cette soirée idéale soirée avec, peut-être, un peu plus de corps inertes sur le parquet et de femmes de joie. Imperméable à l'atmosphère revigorante, je continuais à respirer le danger qui enfumait - pour mon plus grand plaisir - les ruelles de ma ville. Les lampadaires éclairaient faiblement les ruelles pour ne laisser aucune chance à une proie potentielle. D'ailleurs, l'influence des passages des habitants était quasiment nulle avec cette nuit où les loups-garous pouvaient frapper avec bestialité.

A l'approche d'une banale boutique de magie, un bruit de vitre brisée sifflotait à mes oreilles et je pouvais apercevoir un homme avec une femme sans vie sur les épaules - façon sac à patates -. Ils entrèrent et je décidais de les suivre en précipitant mes pas - avec précaution -. Chassez un chasseur, cela pouvait être amusant comme divertissement. Une oreille attentive sur la scène, j'observais le vampire disparaître pour rechercher le cadavre de sa petite amie sûrement ou de sa mère. Il traîna la demoiselle et le filet rougeâtre de sa bouche commençait à tracer un chemin  sur le sol. Fermant les yeux pendant deux secondes à cette délicieuse odeur, j'abusais de ma vitesse vampirique pour me retrouver derrière lui et plonger ma main dans sa poitrine pour lui arracher le cœur. Juste comme cela. Un large sourire satisfait illuminait mon visage, mais celui-ci ne durait que quelques secondes. Je détectais un autre battement de cœur lent ou ce qu'il s'en rapprochait : « - Que dirais-tu de l'Assassin Assassiné en guise de nouvelle oeuvre ? ». Je marquais une courte pause, un sourire cassant aux bords des lèvres qui démontrait mon impatience :  « - Sors de ta cachette voyons, tu pourrais tomber sur pire que moi. » sur un ton légèrement autoritaire. Je fixais les alentours à la recherche de mon nouveau jouet de la soirée. Que ferais-je de sa carcasse ? Pourquoi pas garder son corps dans mon nouvel investissement et le laisser pourrir pour le servir en repas de famille ? Surement.




Dernière édition par Niklaus J. Mikaelson le Jeu 14 Sep - 18:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 71
Message posté le Dim 27 Aoû - 17:13


I Promise I'm Not A Serial Killer
How can I decide what's right when you're clouding up my mind. I can't win your losing fight all the time. No cover ever over what's mine when you're always taking sides. But you won't take away my pride, no not this time, not this time. The truth is hiding in your eyes and its hanging on your tongue. Just boiling in my blood but you think that I cant see what kind of man that you are. If you're a man at all. Well I will figure this one out on my own. I'm screaming I love you so. On my own. My thoughts you can't decode. There is something I see in you. It might kill me, I want it to be true.


"Tu as un don." Ses yeux rivés sur le plafond clignèrent. La voix dans sa tête changea pour passer de celle d'Amaël à celle de Kol. "Tu n'es pas folle. [...] Tu es une sorcière." Un grognement s'échappa des lèvres de Juno qui prit son oreiller pour l'appuyer contre son visage. "N'importe quoi." Ca n'existe pas, les sorciers. Ni les elfes, les lutins, et tout ce qui s'en suit. C'est pas possible. Les deux lui ont joué une mauvaise face, c'est tout. Mais d'un autre côté... Ca expliquerait tellement de choses... Pourquoi les médecins ne trouvent rien, pourquoi les médicaments n'ont aucun effet, pourquoi lorsqu'elle s'endort elle se rend parfois compte qu'elle a fait des trucs dont elle ne se souvient absolument pas. Elle soupira de nouveau et repoussa l'oreiller. Son visage se tourna vers ses toiles, observant tous ces visages qu'elle avait peint. Elle avait fait des recherches et s'était rendue compte que bon nombre d'entre eux avaient vraiment existé. Mais elle ne les avait jamais rencontré et elle était incapable d'expliquer pourquoi elle les voyait bien qu'ils soient morts.

Et si elle n'était pas folle... ? Si, comme l'avait dis Kol, les médecins n'avaient rien trouvé parce qu'il n'y avait rien à trouver ? Si la magie existait vraiment qu'elle en était un réceptacle ? Et si les deux jeunes hommes ne lui avaient pas menti ? Nouveau soupire. Elle voulait y croire. Elle voulait croire qu'elle n'était pas malade, que le problème ne venait ni de sa tête, ni de l'accident. Il était tard, et pourtant... Juno finit par se relever. Elle s'habilla rapidement, laissant ses cheveux encore humides de sa douche détachés, puis attrapa ses clés et son téléphone pour sortir. Elle avait passé la semaine à fouiller sur internet pour trouver une boutique de magie et en avait trouvé une qui était répertoriée. Les gens devaient sûrement penser à une vieille quincaillerie qui essayait de se donner un genre, et Juno pensait pareil. Mais pourtant... Pourtant elle se sentait curieuse de découvrir ce qu'elle pouvait bien receler. Et en cette soirée où elle n'arrivait pas à fermer l'oeil, elle s'était décidée à y aller.

Vingt-cinq minutes de bus, et voilà que la petite blonde se retrouvait au beau milieu de Mid-city. Les lampadaires illuminaient encore bien les rues et quelques personnes traînaient dans le coin, ce qui rassura drastiquement Juno. Elle alluma Google map sur son téléphone pour rentrer l'adresse de la boutique et suivit la petite flèche bleue, traversant quelques rues adjacentes. Si en arrivant elle s'était sentie à l'aise, dans ces petites rues vides elle avait déjà un peu de mal. Le pire dans tout ça c'est qu'elle n'était pas inquiète des éventuels SDF ou psychopathes qu'elle pourrait croiser, mais bien des fantômes qui pouvaient se cacher dans l'ombre et lui sauter dessus à tout moment. Par chance elle ne croisa rien ni personne et finit par atteindre enfin la boutique. Sommaire, très discrète... Elle hésita quelques secondes avant de rentrer à l'intérieur. C'était petit mais il y avait un gros bordel là dedans. Des étagères partout avec des bijoux protégés par des vitrines, de gros bouquins à l'allure très ancienne, des pierres de toutes les couleurs, des plumes et de l'encre, des bocaux remplis de... trucs bizarres. Elle s'engouffra entre deux rayons, l'esprit divaguant sur ce que Amaël et Kol lui avaient dit. Était-elle réellement liée à tout ça... ?

Sa pensée fut arrachée par le bruit d'une vitre brisée. Son coeur rata un bond alors qu'elle se figeait sur place. Ca, ce n'était pas un fantôme. Ils n'ont jamais eu la force physique d'agir sur le monde. A moins que ses hallucinations ne deviennent plus graves que ce qu'elle pensait ? Non, non ce n'était pas une hallucination. Elle s'abaissa pour observer un homme entrer dans la boutique, une femme visiblement... Inconsciente ? Ou morte ? sur l'épaule. Sa main se posa sur sa bouche pour s'empêcher de crier. Non mais sérieusement, quelle était la probabilité pour qu'elle assiste à un meurtre ce soir ? Oh, une minute... Un double meurtre. Son cerveau n'était pas sûr d'avoir tout compris, mais un autre homme était arrivé derrière le premier et venait de lui... Arracher le coeur ? "Que dirais-tu de l'Assassin Assassiné en guise de nouvelle oeuvre ?" Juno se sentit défaillir et posa une main sur l'étagère de livres pour ne pas s'écrouler à cause de ses jambes flageolantes. Ce n'était pas possible, elle était dans son lit et elle allait se réveiller, forcément. C'était un cauchemar. "Sors de ta cachette voyons, tu pourrais tomber sur pire que moi." Son sang ne fit qu'un tour dans ses veines. Elle sentait son coeur battre à tout rompre et si elle avait pu se glisser dans un trou de souris, elle l'aurait fais.

Comment avait-il fait pour la voir ? L'entendre ? Peut-être ne lui parlait-il pas à elle, mais à quelqu'un d'autre ? Les yeux rivés sur le cadavre au sol, elle attendait que l'âme s'échappe, comme à l'accoutumée, de son enveloppe charnelle. Mais rien ne se passa... Pourquoi donc cet homme n'avait-il pas de fantôme ? Une fois de plus, les mots d'Amaël et de Kol lui revinrent en mémoire. Les sorcières n'étaient pas les seules créatures surnaturelles en ce monde, et qu'elle l'accepte ou non, l'homme qui venait de lui demander de sortir de sa cachette n'était pas ce qu'on pouvait appeler de normal. Pendant une seconde elle pensa à l'éventualité de s'échapper par la porte arrière, puis se souvint de la vitesse dont avait fais preuve l'inconnu. Elle n'atteindrait même pas la poignée qu'elle se retrouverait peut-être le coeur arrachée, elle aussi. Lentement, sans lâcher l'étagère, elle s'avança vers le bout de celle-ci pour finalement apparaître aux yeux de l'inconnu, restant tout de même à moitié cachée derrière le bois ancien. Elle l'examina du regard un instant et jugea qu'il aurait pu être séduisant si elle ne venait pas de le voir tuer quelqu'un. Mais là, difficile d'avoir un avis réfléchi sur la question.

Les yeux bleus de Juno se posèrent d'abord sur les pieds de Niklaus, puis remontèrent lentement. Il avait l'air tout à fait normal. Plus grand qu'elle -ce qui n'était pas à proprement parler difficile-, fin, habillé de façon moderne, un visage banal... Elle fut presque déçue de ne pas se retrouver face à Jason Voorhees. Faudrait peut-être qu'elle arrête les films d'horreur... Elle posa ensuite les yeux sur la personne au sol, qui était... Complètement sèche ? Son coeur rata de nouveau un bond, ses mains tremblaient toutes seules, elle n'avait plus été dans un tel état de frayeur depuis qu'elle avait su son premier fantôme et c'était franchement très désagréable. Sa main se crispa sur l'étagère et elle releva finalement de nouveau les yeux vers l'inconnu, incapable de prononcer le moindre mot. Et maintenant ? Bonjour monsieur le psychopathe, on va faire comme si j'avais rien vu, bonne soirée ? Ben voyons. "Pire... Que vous ? C'est possible, ça ?" Bien Juno, premier contact et tu pues le sarcasme à plein nez, bravo. Elle déglutit une nouvelle fois et ses yeux se posèrent sur la porte pendant un quart de secondes. Peut-être que si elle déclenchait l'alarme, ça le ferait fuir ? Ou alors elle pouvait gagner quelques secondes, le temps d'appeler la police. Bonne idée. "Il vous a tant énervé que ça pour mériter une opération à coeur ouvert... ?" Sa main, qui avait quitté l'étagère, était venue chercher son téléphone dans la poche arrière de son jean et tapait un à un les chiffres pour contacter la police.



Dernière édition par Juno Reid le Sam 23 Sep - 6:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
We take the best of both.
We take the best of both.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 221
Message posté le Ven 15 Sep - 19:50


« - I Promise I'm Not A Serial Killer »
Juno Reid & Niklaus Mikaelson


Le sang est le pouvoir suprême, si facile à délier, si facile de le couler et pourtant. Que restera t-il une fois celui-ci épuisé ?


« - Power always With Blood, no matter the Era. »

Je réprouvais l'ambiance de cette boutique de magie, comme-ci elle élaborait un plan sordide en attisant son aura négative sur ma personne. Je détestais la nature des sorciers, je détestais leur sort, leur sourire satisfait, leur mépris, leur pouvoir. Non, je ne jalousais pas leur condition, ce n'était qu'un humain amélioré, rien de plus. Freya n'était pas épargnée de mon dégoût pour ses artefacts absurdes et elle le savait. Néanmoins, je ne pouvais renier le fait que parfois, la magie était bénéfique pour certaines situations, mais elle n'avait aucune chance face au maléfice du sang. Je ne connaissais pas les propriétaires de ce commerce, alors souhaitons leur un agréable séjour à la Nouvelle-Orléans avec des offrandes macabres. Trois pour être exact.

Une chevelure blonde, des traits enfantins, une carrure de gamine, une nuque aguicheuse, étaient les caractéristiques du visage inconnu de mon interlocutrice. Encore des nouveaux arrivants ? Curieux, paranoïaque, je n'oublierais pas de dresser une liste pour demande de compléments d'information à mes - pantins - hybrides. Étant le futur roi de la ville aux cadences ancestrales, j'étais prêt à déployer un système de surveillance assidue pour éradiquer les nuisibles, les révolutionnaires. Peut-être devrais-je me mettre à la technologie militaire ? Pourquoi pas, mais pour le moment, je ne vaquais pas à cette occupation, mon esprit était programmé pour entamer une chasse avec la demoiselle. Les yeux fixés sur ce recoin de la boutique, je dévisageais sans gêne la personne, en lui accordant aucun sourire. Qui était-elle ? On ne venait pas ici pour déposer ses valises le temps de quelques jours, car le chemin s’annonçait long et périlleux. Non, on ne venait pas ici sans penser à un but précis. Était-elle une ennemie ou fricotait-elle avec ? Peu importe puisqu'elle va se retrouver désarticuler une fois, lassé de nos échanges. J'avais un peu de temps à perdre, même si je n'étais un fanatique de cette vision des choses, prenons alors le temps d'avoir la brebis égarée sous mes crocs finement aiguisés. Quant à sa voix, elle résonnait dans une mélodie médiocre où seules, les gouttes de sang glissaient de mes doigts sur le sol pour donner le rythme. Je nettoyais ma main assassine dans les habits des morts, un sourire naquit alors sur mes lèvres, le temps de manœuvre.

Je me relevais et portais un regard insistant sur la blondinette, le visage demeurant impassible : « - Pire ? Quelle est sa véritable signification ? Pire que ? Ces bêtes-là aux dents pointues ? Love, je ne fais pas partie de cette catégorie-là. » disais-je en donnant quelques coups de pied pour malmener les corps inertes. Je me stoppais et joignais mes mains derrière le dos pour rajouter d'une voix sèche : « - Non, il me faut moins que cela pour attiser mon énervement, disons que j'ai reniflé l'appel d'une princesse en détresse qui ne demande qu'à se laisser emporter par une morte douce et rapide. Ne veux-tu pas mourir ? Je t'assure que la mort n'est rien comparé à ton enfer sur terre » en souriant d'un air sacrément diabolique.


Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 71
Message posté le Sam 23 Sep - 20:22


I Promise I'm Not A Serial Killer
How can I decide what's right when you're clouding up my mind. I can't win your losing fight all the time. No cover ever over what's mine when you're always taking sides. But you won't take away my pride, no not this time, not this time. The truth is hiding in your eyes and its hanging on your tongue. Just boiling in my blood but you think that I cant see what kind of man that you are. If you're a man at all. Well I will figure this one out on my own. I'm screaming I love you so. On my own. My thoughts you can't decode. There is something I see in you. It might kill me, I want it to be true.


Comment était-ce possible de garder un sang-froid pareil après avoir littéralement massacré autant de personnes ? Et comment Juno pouvait-elle rester figée devant un tel spectacle d'horreur ? Des gens morts elle en voyait presque tous les jours, mais généralement elle n'avait pas à faire à des boucheries pareilles. Leur coeur avait été arraché et pourtant ils étaient secs comme si on avait aspiré chaque centilitre de sang de leur corps. Et cet espèce de monstre, là, qui ne laissait aucune émotion passer sur son visage, qui la toisait comme un vulgaire morceau de viande. "Pire ? Quelle est sa véritable signification ? Pire que ? Ces bêtes-là aux dents pointues ? Love, je ne fais pas partie de cette catégorie-là." Les doigts de Juno, qui étaient prêts à appuyer sur le bouton d'appel de la police, se figèrent en entendant ce surnom. Love ? La seule personne qui l'avait appelé comme ça jusqu'à maintenant c'était Kol. Était-ce une coincidence, un vulgaire surnom à la mode en cette époque de la Nouvelle Orléans, ou est-ce que les deux là se connaissaient ? Finalement, c'était peut-être le jeune Mikaelson qu'elle devrait appeler. Au moins il aurait peut-être une chance d'arriver à temps, lui. "J'ai cru comprendre, oui..." lâcha-t-elle d'une voix vide de toute émotion. La façon qu'il avait de frapper ces corps... Pourquoi est-ce que ça la dérangeait autant ? Déjà qu'ils ne possédaient aucun esprit, il était inutile de les maltraiter plus que ça. La mort devrait être une délivrance, pas une punition. Peu importe ce que ces personnes pouvaient avoir été de leur vivant. En revanche le pourquoi de son sentiment d'empathie à ce moment resta un mystère complet. "Non, il me faut moins que cela pour attiser mon énervement, disons que j'ai reniflé l'appel d'une princesse en détresse qui ne demande qu'à se laisser emporter par une morte douce et rapide. Ne veux-tu pas mourir ? Je t'assure que la mort n'est rien comparé à ton enfer sur terre." Les yeux bleus de Juno se relevèrent vers lui, froids et insolents. "Tu ne sais rien de la mort et de ce qui t'attends de l'autre côté. Pourquoi dont son coeur se serrait autant ? Elle avait beau haïr ces fantômes qui lui pourrissaient la vie, c'était la première fois qu'elle voyait des morts qui n'avaient pas la chance de pouvoir atteindre l'au delà et elle se sentait affreusement triste pour eux. Ses iris claires se reposèrent sur les corps des défunts et son corps entier fut prit d'un frisson général. "Mon enfer me convient parfaitement, je ne compte pas mourir si jeune. En plus je doute que tu saches ce qu'est la douceur. Ou même le respect..." Ils étaient partis. Les esprits qui possédaient ces corps damnés avaient disparu lors de leur dernière mort et ils ne reviendraient pas. Elle releva alors les yeux vers l'inconnu, sortant finalement de derrière l'étagère qu'elle avait stupidement prit comme un espèce de bouclier jusque là. Elle semblait profondément fatiguée et se contentait d'observer l'hybride d'un air absent. Jusqu'à ce qu'une nouvelle forme se matérialise près de la porte d'entrée, attirant le regard de Juno. Une vieille femme, vêtue comme plusieurs siècles auparavant et au regard noir. "Vas-tu le laisser saccager ma boutique ?" Un esprit, que l'hybride était incapable de voir, mais que Juno percevait nettement, et en couleur. Elle haussa les épaules pour toute réponse, consciente qu'aux yeux de Klaus elle devait passer pour une folle qui fixait le vide. Mais elle reposa bien vite les yeux sur lui. "Tu as fâché un esprit." Si Amaël et Kol ne se foutaient pas de sa gueule, les fantômes devaient vraiment être des fantômes et pas juste des hallucinations sorties tout droit de son esprit. Alors si cet homme était un être surnaturel, ce qui était maintenant sûr à 100%, il allait sûrement deviner la nature de la petite blonde. Après tout elle était la seule conne à n'avoir jamais rien su de sa propre nature, alors un de plus ou de moins qui en sache plus sur ses pouvoirs, qu'est-ce que ça pouvait changer ?

Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Klaus • Je te promet ... Je ne suis pas un serial killer
» I made a promise for a change, a revolution in the night. | Joy
» La rhétorique de la peur ( Libre )
» Promise à mort certaine...
» [Kusa] CK001 - Promise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ Pray for Redemption. ::  :: Mid-City :: Jardin Gris-