Bienvenue : Le dernier habitant à avoir posé ses valises est Serah De Vaillac. !
On compte sur vous pour l'accueillir comme il se doit les petits loups.
Annonce : Si tu choisis de jouer un Post-Vacant ou un Scénario du forum, tu seras crédité de 300$ dès ton inscription.
Plutôt sympa comme Soldes d'hiver, non ?

 

 Fire, Earth and Ice : The Confrotation ! Feat : Amaël the Wizard, Raziel the Wolf and Araquiel the Vampire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 112
Message posté le Sam 5 Aoû - 1:08

Fire, Earth and Ice : The Confrotation !

Aujourd'hui pourrait être un jour comme les autres, mais comme d'habitude mon petit loup m'a appelé pour encore une histoire d’enchères, non mais sérieusement, il ne peut pas s'en empêcher. M'enfin, je vais lui rendre ce plaisir, après tout, c'est mon associé.

Bon, il est dix heures à ma montre et toujours aucune trace de mon cher ami loup-garou, toujours en retard celui-là, je devrai m'habituer à ce qu'il soit toujours en retard, mais je n'y arrive pas ou alors faut que je le convaincs de me faire un double des clés.
Dix minutes sont passées et toujours pas de nouvelles , il ne répond même pas au téléphone cet égocentrique, enfin, il est plus « égo » que « centrique ». J'envoie message sur message et appel sur appel toujours pas de réponse et soudain un appel, mais pas de lui, appel masqué, je réponds et j'entends comme un souffle, une sorte de soupir et ça a raccroché.
Je me suis dit au début que c'est peut-être le louveteau qui me fait une blague, mais c'est peu probable, il est taquin, mais pas par téléphone, du moins pas comme cela.

Encore dix minutes de passer toujours personnes, c'est une blague ?
Et j'entends des pas venant de la porte de derrière de la boutique et qui vois-je ?
Raziel avec vingt minutes de retard ! Il va m'en faire voir de toutes les couleurs celui-là.

- « Bah alors mon petit louveteau, c'est à cette heure-là qu'on arrive ? Répliquai-je avec un regard menaçant mais amusé à la fois. Qu'as-tu fait pour avoir 20 minutes de retard ? »

J'attendais une réponse comme du genre qu'il n'a pas eut le temps de se préparer ou encore qu'il était sur une brocante et il a vu un objet soi-disant de valeur alors que la majorité, c'est juste de la quincaillerie ou des bibelots à six francs six sous.
Bien entendu, je me doutais un peu de sa réaction, il fait comme s'il ne m'avait pas entendu et nier ce que je disais tel un King, le King du culot à l'état pur, oui ! Mais curieusement, je l'ai vu rentrer dans la boutique sans sacs ou autre contenant pour des objets précieux, c'est bizarre ça ne lui ressemble pas.

Peut-être qu'il a quelque chose à me dire ? Est ce grave ?
Je ne le sais pas, mais il est très mystérieux, bien plus qu'à son habitude.
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
The moon mades ​​us his slaves.
The moon mades ​​us his slaves.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 101
Message posté le Jeu 24 Aoû - 15:38

Fire, earth and ice

       

La lune approche. J’arrive. Soufflait-il le ton doux, appétissant. Il a hâte le bougre. Un violent sursaut te réveille alors que tu peux apercevoir une rangée de dents blanches, suintant de bave, percer l’obscurité des ténèbres de ton sombre songe. Tes paupières clignent plusieurs fois, ton cœur tambourinant violemment dans ta poitrine, bordel. Tu détestais les derniers jours avant la pleine lune, tes rêves n’était que des images de la bête qui sommeillait en toi. Ta main s’élève pour frotter tes yeux d’un geste las, selon ce que tu ressentais en cet instant tu pouvais savoir qu’il restait à peine trois jours avant de croiser l’astre rempli de mère nature. Tes pensées défilent remettant en place sagement le rituel que tu avais pendant cette journée unique, tout se replaçait naturellement. Il fallait que tu confies ta boutique à quelqu’un, demain un important client viendrait mais, vu ton état tu ne pourrais sûrement pas le recevoir. Après demain tu t’isoleras, prétextant faire du camping avec des amis. Puis le jour J.. Tu seras sagement dans ta tante, à attendre tranquillement en lisant un de ses bouquins que tu te promets de finir le plus rapidement possible. Puis quand la nuit tombera, que les ténèbres auront envahis la forêt et tes iris croiseront l’astre qui te domine. Tu seras sien pour la nuit, elle fera l’amour à ton âme. Te rendant totalement sous son contrôle. Et cette douleur cuisante que tu ressentiras, le bruit de tes os craquant, l’allongement de certaines parties de ton corps qui te rendras fébrile. La souffrance qui te rappelait chaque mois le monstre que tu étais. Le sang maudit qui coule dans tes veines.  

L’agacement que tu ressentais à chaque instant dans ses jours difficiles, tu étais à fleur de peau, un rien t’énerver et ça te rendais légèrement insupportable. Comme à cet instant où tu trouvais que la femme derrière le comptoir mettait beaucoup trop de temps à faire ton café. Tes doigts tapaient nerveusement contre le tissu du jean sur ta cuisse, pantalon que tu avais galéré à mettre d’ailleurs. N’étant pas chez toi, le vampire au tempérament de feu déjà parti à ton réveil, tu avais dû te servir dans ses fringues. Et monsieur ne mettait que des slims comparé à toi, déjà qu’en plus de ça tu avais mis mille ans à trouver autre chose que des tee-shirts et des vestes en cuir, tu avais remercié le ciel en tombant sur ce chandail noir. Tu ne te sentais pas vraiment à l’aise mais, l’avantage c’est que tu avais un cul d’enfer dans ses fringues-là. Le café arrive enfin, payant rapidement, ce sont dix minutes plus tard les pieds traînant que tu te pointes à ta boutique.

« - Bah alors mon petit louveteau, c’est à cette heure-là qu’on arrive ? Répliquait-il avec un regard menaçant mais amusé à la fois. Qu’as-tu fait pour arriver 20 minutes en retard ? »

Bordel, tu l’avais oublié celui-là. Pourtant tu relèves ton regard dur, froncé, froid vers lui. Petit louveteau. Tu ne supportes plus ce surnom depuis bien longtemps, ça te rappelait trop de souvenirs. Douloureux. Un flash te fait revoir le visage de ta mère, la main tendue vers toi murmurant comme d’habitude « petit louveteau ». Et ce regard menaçant qui te lance.. Ton visage se ferme, silencieux tu t’approches de lui adoptant la même allure que lui, si près que tu sens sa respiration sur ta peau. Ta langue claque sur ton palais d’un air agacé puis tu fronces les sourcils secouant ta tête, faisant taire cette voix dans ta tête. La voix de ton loup qui grogne. Tu es une boule de nerfs ambulante.

Ouvrant la boutique agilement tu pénètres l’intérieur, le sorcier sur tes pas. Tu prends une gorgée de ton café encore brulant et ton regard se perds sur les débris de ta précédente confrontation avec ton inferno qu’est Araquiel. Tu lèves un sourcil crispé, tu avais oublié ça aussi. En même temps pendant ce laps de temps il y avait eu pas mal d’évènement. Certains très agréable qui font fleurir un sourire narquois sur tes lèvres et d’autre beaucoup moins qui te font lever les yeux au ciel.

« - J’ai pas entendu le réveil, Réponds-tu finalement légèrement blasé haussant les épaules, Le ménage.. Arf. Il y a une vente aux enchères la semaine prochaine. Avec les trucs du médaillon là. »

Distraitement tu envoies un message à ce qu’on pourrait appeler ton amant, évidemment ce con n’a toujours pas compris le principe des messages donc tu ne t’inquiètes même pas quand tu remarques qu’il lit tes messages mais n’y réponds pas. Il finira sûrement par t’appeler dans quelques minutes.

« - J’pars quelques jours en camping avec des amis, est-ce que je peux te confier la boutique ? »

Demandes-tu plantant ton regard dans le sien, tu lui tends le gobelet de café attendant sagement sa réponse. Tu ne sais pas si tu lui fais confiance totalement mais, il est cependant ton associé et en cet instant tu ne vois personne d’autre à qui confier les clefs de ta deuxième maison.  

(c) REDBONE



Mermaids' song

Tu es partout, dans ma solitude, ma mémoire, c'est toi le poignard qui me transperce le coeur. ALASKA (@bleulivide)

Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 178
Message posté le Jeu 31 Aoû - 22:23

Fire, earth and ice

       

Il parait que quand tout vas bien dans votre vie, vous le ressentez du plus profond de votre être. C'est un sentiment de plénitude qui vous envahis et qui vous rends profondément calme. Ses derniers temps Araquiel se rendait compte qu'il était beaucoup plus calme. Bon bien sur rien qui ne l’empêchait pas de tuer quelqu'un lorsqu'il en ressentait le besoin. Ou qu'il en avait simplement envie. Ce matin il s'était levé bien plus tôt que d'ordinaire, son brun dormant encore à ses côtés, le jeune homme avait une idée bien tête et comptait bien la réaliser. Rapidement prêt, il jetait un dernier regard sur Raziel avant de s'clipser de son appartement sans un bruit pour aller se balader dans le quartier français, le quartier des sorcières. En tant qu'ancien sorcier et même si il était un vampire, il n'était pas forcément rejeté par certains sorcières. Et puis même si à présent il était un immortel, le blond savait se faire accepter lorsqu'il le voulait, n'hésitant pas à jouer de ses connaissances et de ses sourires. Ce matin il avait dans l'idée de remplacer les objets qu'il avait brisé dans la boutique du loup. Enfin, il le faisait car monsieur avait été complètement contrarié. C'était un faible mot. Le loup avait bien faillis tout casser encore davantage sans parler de sa colère bien trop démesuré au gout du jeune homme blond. Qu'importe avec des nouveaux objets, il avalerait sûrement la pilule plus facilement. Araquiel s'était baladé pendant un bon moment pour finir par trouver quelques objets magiques qui pourraient aisément remplacer certaines de ses pacotilles.

Fier de lui avec son petit sourire au coin des lèvres, il se rendait par la suite jusqu'à la fameuse boutique. En chemin bien sur il se prenait un café, parce que depuis qu'il avait goûté à cette boisson, il ne s'en passait plus. Le blond en buvait dés qu'il le pouvait, c'était un gout qu'il avait déjà connu mais qu'il avait franchement oublié avec les années. Et puis son brun en buvait tellement souvent aussi, c'était de sa faute. C'était ce que disait Araquiel pour réussir à l'ennuyer. C'était aussi cet espèce de petit caractériel qui faisait qu'il se sentait plutôt stable en ce moment, mais pour combien de temps?

Aprés un moment, le vampire arrivait enfin devant la boutique avec son sac d'achat. Seulement il fronçait légérement les sourcils,
le brun n'était pas seul, il entendait distinctement deux coeurs.
Peut être un client, qu'importe. Passant une main dans ses cheveux blonds pour se recoiffer correctement avant de renter dans la boutique avec son habituel air nonchalant. Son regard se pose sur Raziel un court instant, esquissant un léger sourire car bien entendu qu'il reconnait ses habits sur son corps. Et vu qu'il n'est pas seul, il retient un commentaire complètement indécent.
Il hausse alors un sourcil, posant son sac sur le comptoir de la boutique." Tiens, pour remplacer le bordel de la dernière fois."Le blond fais un grand sourire clairement forcé et faux cul avant d'enfin se tourner vers l'inconnu qui est à son goût de trop, son brun est entrain de lui tendre un café,il prends le gobelet pour y poser directement ses lèvres pour en boire une gorgée avant d'afficher un sourire typique insupportable avant de lui adresser enfin la parole. " Et toi tu es ? Et qu'est ce que tu veux?" Sympathie du jour, bonjour.

(c) REDBONE



Quand on aime,c’est pour mourir d’amour. Dans nos étreintes, à hurler à la pleine lune, nos maux d’amour.
Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 112
Message posté le Jeu 31 Aoû - 23:55

Fire, Earth and Ice : The Confrotation !

Je hoche la tête en signe de confirmation à son excuse qui pour moi me paraît fausse, car le connaissant, il aurait tout de même entendu son réveil le matin vu que de base il n'est pas si en retard que ça, genre le maximum qu'il a fait, c'est cinq minutes, mais là vingt minutes, cela me paraît long pour Raziel et je ne sais pas pourquoi je le sens bizarre aujourd'hui, il l'est déjà, mais pas autant que d'habitude, ça m'inquiète beaucoup.

On rentre dans sa boutique et je remarque, même avant qu'il n'allume la lumière, que certains objets étaient par terre et malheureusement brisés, car quand j'avançais dans la pénombre de ce dernier, j'entendais les fracas des antiquités sous mes semelles.Une fois allumée, je regarde Raziel dans les yeux et lui demande une explication de tout de merdier. Est ce que c'est lui qui a fait tout ça ou bien peut-être qu'il n'était pas seul ? Je ne le sais pas, je ne suis pas encore devenu un devin. J'ai à peine posé ma besace avec mes trouvailles de certains bibelots qu'il m'a demandé de rechercher qu'il commença à me prévenir et à me demander de garder sa boutique pendant son absence.

« - J’pars quelques jours en camping avec des amis, est-ce que je peux te confier la boutique ? »

Tout en savourant son café, je le regarde dans ses yeux qui d'habitude sont marrons et là, j'ai remarqué qu'ils étaient noirs. J'ai compris tout de suite qu'il n'allait vraiment voir des amis en camping, mais plutôt se mettre à l'écart à cause de la pleine lune.

« - Je veux bien garder ta boutique, mais à une seule condition. Disais-je avec un ton sérieux. Ne t'avise pas à me sortir une fausse excuse en me disant que tu vas faire du camping avec des amis, car je doute qu'ils apprécient ton pelage noir bleuté comme la nuit. »

À peine dit ces mots, il me regarde avec une bouille qui se mélange avec la surprise et le mécontentement, en même si tu savais que je t’espionne depuis pas mal de temps ça aurait plus simple que de me mentir à tout-va. Mais soudainement, la porte de la boutique s'ouvrit, un client qui sait, mais je n'en doutais pas le moindre que ce présumé client est un vampire, plutôt beau jeune homme, blondinet, les yeux vairons qui sont aujourd'hui très rares, mais en regardant son expression, je voyais qu'il n'était pas dans son assiette.

Il regarda Raziel en premier et se dirige vers le comptoir en ramenant un sac d'objets magiques, je sentais la magie du sac qui était puissant. Mais ce qu'il a dit juste après m'as parut beaucoup compréhensif, le bordel qui était présent dans la boutique venait de ce vampire, il est plutôt instable pour venir ici et foutre ce merdier pareil. Je le regardais avec les yeux acérés de représailles qu'il me remarqua et m'interpella avec un ton de je-m'en-foutisme :

" Et toi, tu es ? Et qu'est-ce que tu veux ?"

Je ne sais pas pourquoi il s'en est pris à moi, je ne lui ai pourtant rien fait de fâcheux, alors que lui, il a cassé les objets que j'ai étudié toute la nuit pour pouvoir les mettre en vente pour notre cher loup.

« Déjà, la politesse n'est pas ton point fort, on dirait. Je suis Amaël, même si je pense que tu t'en fiches royalement, je suis l'associé particulier du propriétaire de cette boutique, Raziel. Et toi qui es tu, à part le destructeur de cette boutique ? »

J’avoue que ce jeune homme me parait bien incontrôlable, il a bien besoin d'un psy pour se calmer, quoi que, il l'aura déjà tué le médecin avant même de commencer.

Mais qui est-il ?
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
The moon mades ​​us his slaves.
The moon mades ​​us his slaves.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 101
Message posté le Ven 1 Sep - 0:57

Fire, earth and ice

       

Peut importe si l’excuse semblait fausse ou bien totalement trouver à la dernière minute, elle avait une part de vérité. Tu ne t’étais pas réveillé en entendant ton réveil mais, en te réveillant de ce foutu cauchemar qui t’avais rendu grognon pour le reste de la journée. Puis forcément tu avais traîné au lit, indifférent au retard que tu prenais, mélancolique de ne sentir que le froid des draps glissant de ta peau et le parfum particulier que le blond avait laisser en partant. C’était une des nombreuses raisons, outre le fait que tu n’es pas de change, que tu avais choisis ses affaires-là, parce qu’elles portaient l’enivrante essence du vampire pour lequel tu sauter de cette falaise sans réfléchir alors que jadis tu étais tétanisé à l’idée de le faire. Tant de choses s’étaient passées, tellement de souvenirs te graver l’esprit et le corps. Et probablement le cœur. En revoyant le chantier que vous aviez laissé ce jour-là, ça te rappelle toutes les saloperies que tu as pu lui dire, toute la haine que tu as déversée sur lui juste parce que tu n’acceptais pas votre relation. C’est comme si les objets brisés au sol signifiaient la renaissance de vos êtres. Un renouveau. Ou un merdier comme le qualifier si gentiment le sorcier à tes côtés, te demandant une explication, tu restes évasif disant que tu lui expliqueras plus tard. Tu te réfugies dans ton café puis dans la demande qu’il garde ta boutique en ton absence, ça t’arrache presque le cœur de devoir la quitter. De devoir le quitter quelques jours mais, tu ne veux pas prendre le risque de te transformer ici et encore moins chez toi.

« - Je veux bien garder ta boutique, mais à une seule condition. Disais-je avec un ton sérieux. Ne t'avise pas à me sortir une fausse excuse en me disant que tu vas faire du camping avec des amis, car je doute qu'ils apprécient ton pelage noir bleuté comme la nuit. »

Tes sourcils froncés par le début de sa phrase et ta mine attentive se transforment soudainement pour la surprise mais, aussi pour l’agacement. Comment savait-il pour ton loup ? Pour ta couleur ? Jamais tu n’avais croisé quelqu’un en étant sous ta forme animale, tu faisais toujours tout pour t’éloigner le plus possible de la ville même lorsque le canidé en toi hurler à la pleine lune désespérant en espérant retrouver les siens. Une nouvelle fois tu te rapproches de lui, le regard dur, le regard méfiant. Comme un animal blessé physiquement sauf que toi, c’est ta confiance qui en prenait un coup. Et s’il était de mèche avec les loups de Jérusalem qui te rechercher ?

« - Comment est-ce tu le sais ? Amaël. Comment tu sais pour mon pelage ? Réponds-moi tout de suite. »

Tu gardes les iris noircis par le changement de temps verrouillés dans les siennes, l’animal à l’intérieur de toi grogne encore, il est prêt à bondir sur sa proie. Tes mains tremblent légèrement sous l’afflux sanguin qui monte en toi, elles réclament ce qu’elles veulent, du sang. Puis la clochette suspendue devant ta porte titille joyeusement, une odeur remplissant tes narines tu pourrais la reconnaître entre mille, et même si tu viendrais à perdre la mémoire tu serais posé un nom dessus. Tu plantes son regard dans ses yeux vairons, il est toujours tiré à quatre épingles, tu captes son léger sourire que tu lui renvois. Par réflexe tu fais un pas vers lui te retenant violemment de ne pas l’embrasser par l’habitude gourmande que tu as pris. Même si Amaël est ton associé il y a des choses, comme ton intimité que tu veux garder pour toi.

« - Tiens, pour remplacer le bordel de la dernière fois. »

Déclare-t-il en posant un petit sac sur le comptoir, tu le fixes quelques instants interdit, tu ne pensais pas qu’il allait racheter des nouveaux objets. Tu lui souffles qu’il n’eût pas besoin de faire ça mais, tu le remercies tout de même. Le café tendu à ton collègue atteint bien rapidement les lèvres du blond, peut-être un peu trop jaloux, que tu fixes avec l’envie folle d’y goûter. Chassant tes idées, tu prends une nouvelle fois une gorgée de ton café posant ta bouche au même endroit que le vampire. Baiser indirect, bébé.

« - Et toi, tu es ? Et qu'est-ce que tu veux ? »

Entends-tu derrière toi alors que tu leurs tournes le dos pour assouvir ta curiosité en fouillant dans le sac qu’à ramener ton compagnon secret. Tu attrapes les babioles, les touchants, les caressant, les observants de toutes les coutures. Tu entends vaguement le sorcier répondre à ton blond, tu ne fais guère attention n’ayant pas la patience d’assister à un combat de coqs il se pourrait que ça soit toi qui y mettes un terme en les jetant dehors. Mais, tu ne pouvais pas, ça signifierait que déjà tu n’aurais plus personne pour garder ta boutique et deuxièmement tu dormiras sûrement seul ce soir.

« - Vous pouvez éviter de vous battre ici ? Ça serait très gentil de votre part, j’ai déjà du ménage à faire n’en rajouter pas. T’exclames-tu en les coupant d’un air blasé, J’ai déjà eu assez de pertes à cause de mes conneries.»

Tu t’étais tourné vers eux pour dire ses paroles en les regardant tour à tour d’un air sévère, l’animosité déjà palpable entre eux deux, tu savais qu’il ne fallait pas beaucoup de temps pour que ça ne fasse des étincelles entre eux.

(c) REDBONE



Mermaids' song

Tu es partout, dans ma solitude, ma mémoire, c'est toi le poignard qui me transperce le coeur. ALASKA (@bleulivide)

Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 178
Message posté le Mar 12 Sep - 22:16

Fire, earth and ice

       

La sociabilité ce n'était pas son truc, il n'était du genre à vouloir être sympathique envers les inconnus, Araquiel était plutôt du genre à les craindre même. Parce que justement il n'y avait rien d'habituel chez ce genre de personne. Rien qui pouvait le rassurer. Et depuis qu'il était rentré dans la boutique de Raziel, l'inconnu qui semblait se prétendre Amaël ne lui présageait rien de bon. Le blond se mit à rire légèrement avant de lever les yeux au ciel. Non en effet la politesse c'était pas quelque chose qui lui donnait envie, surtout à la vue de ce sorcier si proche de son brun. De son air habituel clairement nonchalant, le vampire se mettait à le toiser avant de répliquer. " En effet, je m'en fiche complètement. Tu es un sorcier n'est ce pas?" Il posait la question sans trop la poser, il le savait déjà, il pouvait encore ressentir ce flot d’énergie, cette magie qui pouvait circuler dans une personne lorsqu'elle était un sorcier ou une sorcière. C'était quelque chose qu'il n'avait pas perdu. "Je suis Araquiel. Et les objets par terre, ne te concerne pas le moins du monde. Vous allez pas tous chialer pour deux breloques. Si t'étais un minimum bon dans ton domaine tu saurais que la plupart des objets à terre étaient de la merde." Il hausse un sourcil en l'observant avant de reporter son regard sur son beau brun, le sien.

Tu l'observes d'un oeil alors qu'il regarde comme un gosse les objets que tu viens de lui acheter. En cet instant le blond n'as qu'une envie c'est de simplement l'attirer pour venir prendre ses lèvres entre les tiennes mais il n'y à que ce sorcier qui l'agace et qui semble aussi agacer ton homme. Tu sens cette tension palpable, autant tu sais qu'elle vient de ce sorcier et de toi mais Raziel semble clairement à bout de nerfs. Ton regard vairon se posent sur lui d'un air interrogateur comme si tu cherchais la réponse à la question que tu est entrain de te poser.

" Bon il se passe quoi ? Si il te saoule, dis le moi, je le fous dehors le Amaël la hein."

Tu tournes les yeux, ton regard sombre se reposant sur le sorcier. Histoire de lui faire comprendre que le message est passé. Tu n'es pas énervé, ni même agacé, étonnamment tu est même plutôt calme en cette journée. Attrapant de nouveau le café du beau brun, tu t'assois sur le comptoir de la boutique en sirotant ton café. L'issu de la journée, tu ne la devines absolument pas, tu sais que la pleine lune approche, tu as entendu Raziel en parler dans son sommeil. A plusieurs reprises mais tu es resté silencieux. Il y à certaines choses qu'il est préférable de taire, sachant qu'en plus, toi les loups tu n'y connais strictement rien.

(c) REDBONE



Quand on aime,c’est pour mourir d’amour. Dans nos étreintes, à hurler à la pleine lune, nos maux d’amour.
Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 112
Message posté le Jeu 14 Sep - 12:55

Fire, Earth and Ice : The Confrotation !

Alors là, j'étais loin de m'y attendre, Raziel qui m'a pris par surprise sur ce qu'il est à l'origine et l'autre vampire qui me prends de haut avec ses airs de blondinet insociable, il croit me faire peur, mais c'est mal me connaître.

D’après ce qu'il m'a dit ,il s'appelle Araquiel et il est la cause du merdier que j'ai dû ramasser avec Raziel, si j'avais su, j'aurais rien nettoyer ! Par contre, il y a quelque chose qui me chiffonne chez ce vampire, je voyais comme des runes magiques sur son cou et vu que les vampires cicatrisent vite et sans marques, je pense que ces marques, on était pendant qu'il était mortel, c'est fort probable.

'' - Si tu sais la réponse,Araquiel, pourquoi poses-tu la question ? '' La façon dont il avait demandé si j'étais un sorcier était trop prévisible.

Par contre, il avait raison sur un point les objets qu'il avait cassés ne comporter aucune magie, pour lui, c'est des breloques comme il dit si bien, mais pour Raziel, c'est bien plus que ça, c'est son commerce.

'' - Ça a beau être des breloques pour toi mais ça reste le commerce de Raziel. ''


Je regarde la scène des deux hommes avec moi comme spectateur, ça me répugne tellement qu'un sorcier est perdu autant de dignité en étant vampire. J’espère qu'il n'était pas comme il est aujourd'hui quand il était encore vivant sinon je plains ces anciens amants.

" - Bon, il se passe quoi ? S'il te saoule, dis-le-moi, je le fous dehors le Amaël là hein."  

Il a du culot quand même, je ne sais pas ce qui me retiens de le brûler sur place ce suceur de sang et pas que de sang à mon avis.

'' - Pas besoin, Araquiel , je connais le chemin de la sortie, merci quand même. '' Je reste diplomate mais ne t’inquiète pas je te resserve quelques surprises. Je me tourne vers Raziel en le voyant toujours dans son sac pour lui souhaiter une bonne journée et une bonne continuation.
'' - Appelle-moi si y a un problème pour certains objets que tu voudrais vendre qui n'ont pas encore été détruit. À plus ''

Je me dirige vers la sortie et je m’arrête brusquement devant la porte et je me tourne en douceur jusqu'à voir les deux créatures de la nuit.

'' - Au faite Araquiel, un petit cadeau de ma part ! '' Suite à ces paroles, je levais la main vers lui et la tournai pour lui briser la nuque par la magie et qu'il soit inconscient par terre.
'' - A son réveil, prends bien soin de lui Raziel. Mais sache que s'il me traite encore comme une espèce inférieure sinon ce sera un pieu dans le cœur en plus de ce que je viens de faire, c'est clair ? ''

Je n'étais peut-être pas obligé de faire ça, mais ma rage était tellement forte et j'ai préféré me concentrer sur ce vampire que sur la boutique. Je sors de la boutique de Raziel pour aller à mon travail , j'étais en retard à cause de ce vampire, mais à mon avis, la confrontation ne faisait que commencer.

Et n'oublie pas Raziel, je te surveille de très prêt même avec ton pelage couleur de la nuit.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
The moon mades ​​us his slaves.
The moon mades ​​us his slaves.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 101
Message posté le Jeu 14 Sep - 19:56

Fire, earth and ice

       

Dans ta tête ça ne tourne pas rond, tes pensées fusent dans tous les sens à cause de la révélation du sorcier sur ton pelage même si l’arrivée du vampire a apaisé l’orage grondant entre vous. Tu n’as pourtant pas oublié cette histoire parce qu’au fond ça t’inquiète énormément, tu prenais toujours tes précautions pour éviter ce genre de chose parce que tu savais pertinemment que sous ta forme lupin tu serais capable du pire. Alors si lui avait réussi à te voir ça voudrait peut-être dire que d’autres ton vu, et si tu avais attaqué quelqu’un est tu ne t’en souvenais pas ? Ça te terrifie soudainement. Dans ta vie tu n’avais tué qu’une seule personne, enfin à moins que tu l’ignores, cet évènement juste pour déclencher la malédiction en toi t’avais déjà bien secoué. Parfois il t’arrivait encore de rêver de cette scène passant en boucle dans tes songes, tu revoyais l’homme aux yeux brillant de larmes qui suppliait de t’épargner, tes mains tremblantes qui reflétaient la peur encrée en toi et ton père te faisant un savon ensuite parce que tu avais été trop hésitant. Un loup ne se comportait pas comme ça, un futur alpha encore moins. Mais, ça, tu n’en as jamais eu l’étoffe.

Pourtant malgré l’atmosphère tendu régnant entre vous tous, rien ne présager ce qu’il allait arriver, tu te doutais bien qu’entre l’homme qui se révéler être un stalker et ton amant ça allait faire des étincelles. Leurs caractères bien trop éloignés pour espérer pouvoir s’entendre, tu t’attendais forcément qu’à un moment ça dégénère, les scénarios fusant dans ta caboche tu te disais que tu les séparer où tu essayeras de faire le médiateur entre eux. ‘Fin des trucs dans ce genre pour éviter une bagarre, ça serait dommage que le si beau visage de ton vampire soit abîmé et que le sorcier se retrouves avec des crocs dans le cou. Tu les entends distraitement discuter sur la race de ton associé « particulier » alors que tu attrapes dans la poche du jean serrer que tu portes ton paquet de cigarettes et tout aussi rapidement tu t’en allumes une les mains de nouveau dans le sac de babioles. N’oubliant pas de les tenir à l’œil tout de même.

« - Je suis Araquiel. Et les objets par terre, ne te concerne pas le moins du monde. Vous allez pas tous chialer pour deux breloques. Si t'étais un minimum bon dans ton domaine tu saurais que la plupart des objets à terre étaient de la merde. »

Tu relèves la tête dans sa direction retirant quelques instants ta cigarette coincée entre tes lèvres pour lâcher un « eh !» Légèrement plaintif. Tu fronces un peu les sourcils avant de lever ta main pour lui faire un doigt d’honneur légèrement boudeur, tu voulais vraiment oublier cette scène d’il y a quelques jours où tu t’étais carrément emporté pour rien mais, ses objets merdiques comme il disait compter tellement pour toi. Ils signifiaient l’espoir d’une fuite nouvelle pour toi.

« - Ça a beau être des breloques pour toi mais ça reste le commerce de Raziel. »

AH ! Lâches-tu victorieux en recrachant la fumée de ta bouche, tu hoches la tête à la parole du brun, enfin un qui te comprenais. Tu penches un peu la tête sur le côté le regard de nouveau braqué sur les cadeaux du blond, tu tentes d’estimer leurs valeurs, peut-être pourrais-tu en tirer pas mal d’argent. Tu laisses un sourire sournois fleurir sur tes lèvres charnues.

« - Bon il se passe quoi ? Si il te saoule, dis le moi, je le fous dehors le Amaël la hein. »

Ça te coupe dans ta contemplation, dans tes estimations profondes, tu hausses un sourcil lorsqu’il rattrape ton café et installe son délicieux petit cul sur ton comptoir. Bon dieu, que tu aimerais le retourner dessus et le faire hurler de plaisir. Tu secoues de nouveau la tête fermant un instant les yeux pour inspirer profondément, tu as l’impression d’être avec deux gosses mais, tu n’as vraiment pas la patience de supporter ce petit manège entre eux. Finissant ton tube de nicotine tu restes quelques instants la tête baissée. Tu aurais préféré qu’il ne te pose pas la question, tu aurais pu continuer à rester dans ton coin à ruminer mais, maintenant c’est trop tard puisque tu ouvres déjà la bouche pour lui répondre.

« - Ce qu’il se passe ? Répètes-tu lentement par la situation, Ce qu’il se passe c’est que c’est bientôt la pleine lune, que je suis à bout de nerfs à cause de ça parce que mine de rien ça joue sur mon humeur, mon sommeil et mes envies. Et qu’en plus de ça je dois assister à vos petites piques qui avouons-le vont dégénérer. Oh et j’ai oublié le fait que lui là il est au courant de la couleur du pelage de mon loup alors que je m’isole à chaque fois. Mais sinon non rien de grave, je vais ABSOLUMENT bien. J’sais même pas pourquoi je suis autant inquiet. »

Finis-tu en haussant les épaules, les observant à tour de rôle d’une mine fatigué. Tes nuits étaient beaucoup trop agitées pour que tu puisses te reposer correctement, tout ce que tu rêvais à cet instant c’est une bonne nuit de sommeil sans être secoué par tes cauchemars habituels. Terminant de sortir tous les objets du sac tu balances celui-ci derrière le comptoir, tu entends la voix du sorcier s’élever une nouvelle fois pour te dire de l’appeler s’il y a un problème au sujet des objets. Tu te fais prendre un peu de court, tu ne t’attendais à ce qu’il parte ainsi, surtout qu’il a accepté de garder ta boutique. Comment pourrait-il le faire sans les clefs ? Tu ouvres la bouche pour répliquer mais celui-ci s’arrête brusquement et reprends.

« - Au faite Araquiel, un petit cadeau de ma part ! »

Et en un instant le monde s’arrête de tourner, tu vois au ralenti la main du sorcier s’élever, tu tournes la tête vers le vampire et ton cœur rate un battement lorsque tu entends la nuque de celui-ci se briser dans un bruit déchirant. Tu sursautes légèrement à ce bruit sans t’en rendre compte tu tends les bras vers lui pour rattraper son corps inconscient tombant. Ton souffle se coupe brusquement quand son visage inerte se retrouve près du tien parce que pendant un micro-secondes tu oublies que le blond est un vampire. Tu n’entends même pas les derniers mots de ton associé bien trop surpris par son geste, pas son acte que tu trouves démesurés. Lentement tu allonges le vampire sur la surface plane, le bruit de la clochette résonne une nouvelle fois mais à présent pour annoncer la fuite de l’agresseur. Sans attendre d’avantage tu te lances à sa poursuite les mâchoires douloureusement serrées, les poings aussi si fort que tu sens tes ongles martyriser la chaire de tes paumes. Puis lorsque tu te retrouves derrière le brun tu lâches un sourd grognement incontrôlable, tu choppes une poignée de ses cheveux pour l’amener jusqu’à toi le faisant légèrement pivoter tu lui colles un crochet dans le foie. Tu es dans une rage tellement noir que tes yeux n’arrêtent pas de changer, comme un vieux néon cassé, switchant entre leur couleur naturelle et celle ambré de ta race. Tu essayes de retenir tes plus bas instincts, sauvage, bestiale, animal. En vain mais ceux-ci sont tellement fort à cause de l’astre plein se rapprochant dangereusement que tu peines à garder ta conscience, si bien que tu ne sais même plus comment vous êtes retourné dans ta boutique. Tu ne sais pas si tu l’as traîné jusqu’à celle-ci, si tu l’as menacé ou bien tu ne sais quoi d’autre. Ni combien de temps ça a pris. Tout ce que tu réalises c’est qu’à présent tes mains sont verrouillées au col de son haut, son dos contre la porte.

« - Tu te fout de ma gueule là O’Connell ? Est-ce que tu es réellement en train de te foutre de ma gueule ? Demandes-tu tes mains se resserrant sur le col de son haut, Il y a une différence notable entre être arrogant et péter une putain de nuque. »

Lui hurles-tu dessus en le ramenant vers toi et le repoussant contre la porte qui tangue dangereusement, tu ne contrôles tellement pas ta force que tu peux voir son dit col se déchirer lentement à cause de la pression de tes doigts. Ton torse se soulève rapidement à cause de ta respiration laborieuse et tous tes membres tremblent. Tu as tellement envie de le réduire en charpie mais, d’un côté le semblant d’amitié que tu as pour lui t’en empêche.

« - Qu’est-ce que tu vas faire maintenant ? Demandes-tu les yeux plissé avant de murmurer, Vas-y brise-moi la nuque à moi aussi et barre-toi. Tu sais faire que ça de toute manière, t’es qu’un lâche. »

Tu appuies bien sur le dernier mot, assez ironique dans ta bouche mais, tu t’en branles. La bombe à retardement ayant explosé en toi, tu n’es plus que violence et destruction. Fallait-il vraiment arriver jusque-là pour que d’un sens tu réalises que la probable perte du vampire te mettrait dans un tel état ? Fallait-il que le sorcier aille jusqu’à cette extrémité-là parce qu’il ne supporte pas les vampires ? Ce n’était pas une coïncidence si vos chemins se sont tous croisés ici précisément aujourd’hui, les fils habiles du destin vous avez réunis pour une confrontation.

(c) REDBONE



Mermaids' song

Tu es partout, dans ma solitude, ma mémoire, c'est toi le poignard qui me transperce le coeur. ALASKA (@bleulivide)

Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Crash de Fired-Earth
» EARTHQUAKE WARNING FROM RUSSIAN INSTITUTE of PHYSICS of the EARTH
» Google Earth: Des images fraîches d'Haïti !
» Recherche open : Fire & Shadow
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ Pray for Redemption. ::  :: Mid-City :: Un souvenir d'antan-