Bienvenue : Le dernier habitant à avoir posé ses valises est Anne Di Medici !
On compte sur vous pour l'accueillir comme il se doit les petits loups.
Annonce : Si tu choisis de jouer un Post-Vacant ou un Scénario du forum, tu seras crédité de 300$ dès ton inscription.
Plutôt sympa comme Soldes d'hiver, non ?

 

 The night we met … Again ! Amaël O'Connell ft. Ambrosia Milkovich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 21
Message posté le Dim 18 Juin - 12:43

The night we met ... Again !
Pourquoi est-ce que j'ai accepté de venir à cette réunion ? Je n'ai pas envie de revoir ces crétins qui ont pourri toutes mes années de scolarité. Mais bon, je suis quand même content de revoir mes anciens professeurs qui ont toujours étaient là pour me faire avancer.
Revenir dans cet établissement me fait avoir une sensation bizarre, je me sentais enjoué, mais aussi en colère à la fois, me rappeler toutes ces années de souffrance et de bonheurs.
Je revoyais pleins de visages que je reconnaissais facilement, Juju qui était ma camarade et voisine des cours de langues vivantes, le duo infernal qu'on nous appeler, car nous passions notre temps à bavarder en cours, mais j'étais le plus sérieux en cours, quoi que…

Bien entendu, je ne reconnaissais pas que des amis, mais aussi des ennemis de lycée, surtout un que je ne pouvais jamais voir sans qu'il m'humilie encore et encore. J’espère au moins une chose, c'est que la mentalité est devenu mature comme nos âges...
Chaque professeur nous reconnaissait comme si nous n'avions jamais quitté l'établissement et nous offraient le cocktail de bienvenue des anciens élèves, dommage il n'y avait pas d'alcool.
Bizarrement, je sentais un regard sur moi, un regard dont le propriétaire était une jeune femme,une longue chevelure blonde ,des yeux sombres ,le teint pâle ,des lèvres rouges comme le sang et un visage qui n'as pas pris une ride et qui n'en n'aura jamais. Je n'aurai jamais cru la revoir un jour, enfin un soir, Ambrosia Milkovich ma première et dernière petite amie.
Je vous l'avoue que j'ai mis du temps à la regarder dans les yeux, mais après tout qu'est-ce que je risquai ? Rien du tout.
Je la regardai dans les yeux, mais le sentiment que je pensais avoir envers elle n'était-ce que je pensais. Il arriva le contraire et je sentais la colère montée en moi, tellement énervé qu'elle est choisie cette vie que de rester avec moi.
Sale petite garce, pourquoi être un vampire ? Tu es tellement glaciale que même en te touchant ou caressant la joue, j'aurais l'impression d'aborder un cadavre et je ne suis pas encore nécrophile !
La colère montée tellement en moi que je sentis une force puissante m'envahir et qui me brûlais les yeux et elle m'a regardé avec un regard moqueur !
Je regardé son verre et dans mon esprit, je me suis dit «  Brise-toi ! » et deux secondes après son verre s'éclatèrent en mille morceaux !
J'ai fait mine de rien et j'ai continué mon chemin vers la première porte qui se présentée.
Je ne sais pas ce que je dois faire, présenté des excuses ou la laisser comme ça ? Je ne sais pas ! Mais putain pourquoi autant de question en tête. Il faut absolument que je me calme sinon je risque d'être incontrôlable et risquer de faire du mal a quelqu'un !
Calme-toi Amaël , Calme-toi bordel !
Et bien sûr qui arrive à ce moment-là ? Mon rival de lycée qui vient encore me casser les pieds, Lewis Johnson !Ce con en a fait baver à Julia et ... je n'ai même pas les mots ni l'envie d'y penser et de remémorer ces souvenirs infâmes.


-« Tiens, tiens, mais regardez qui voilà, c'est Amaël, anciennement le plumer de service et aujourd'hui la tapette ! » Disait-il avec un ton de nouveau-riche !
Il a les chevilles tellement gonflées que je pense que je pourrais les faire exploser si je voulais !
- « Quelle coïncidence ! Rétorquai-je,de tous les cons qui m'ont pourri mon année scolaire,tu es le premier que je vois qui a gagné en fric, mais pas en maturité ! »
Je vois qu'il était vexé a travers ses yeux, j’étais fier de ma formule pour une fois, j'ai un peu regretté quand même, car il m'a menacé de me frapper, mais tellement fier et tellement con que j'étais, je lui ai dit :
- « Vas-y, si tu as plus de couilles que de chevilles dans ton pantalon de grossesse ! »
Je le voyais en train de serrer son poing qui allait venir sur ma joue gauche ou droite, je ne sais pas laquelle il visait !
Au moment où je me suis dit qu'il allait atteindre sa cible , j'ai senti un courant d'air derrière moi, tellement court mais très fort, comme une bourrasque de deux secondes et j'entends un claquement de peau.
Mais qu'est ce que c'est ?
Est ce un blizzard ennemi ?
Ou au contraire , est ce une brise amicale ?
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 156
Message posté le Mar 20 Juin - 0:47

The night we met … Again !
What the hell I'm supposed to do and then I can tell myself not to ride along with you. I had all and then most of you, some and now none of you.
Une nouvelle fois tes yeux relisent le carton d’invitation, repassant sur les courbes noircit par l’encre, tu lèves les yeux au ciel. Réunion des anciens élèves, sérieusement ? Qui voudrait revivre à travers de cette soirée les années qu’ils tentaient désespérément d’oublier ou bien qui avec le temps, s’effacer automatiquement des esprits. En plus ça ne se déroulait même pas au dis établissement mais, à l’université de Marigny, sûrement parce que la place est sûrement plus grande que cet autre lieu miteux. Tu comprenais mieux pourquoi tes amis, les seuls qu’ils ne t’avaient pas jugés lors de la déclaration de ta maladie, parler d’un évènement sensationnel qu’il fallait absolument vivre une fois dans sa vie. Au départ tu avais refusé d’y aller, étant donné que la dernière année de ta vie là-bas ne t’avais pas laissé que des bons souvenirs. Mais ta petite bande de petit loup, ne lâchait pas l’affaire, jamais.

Quelques heures plus tard, la nuit bel et bien tombé c’est au bras de l’une de tes amies que tu avais faite apparition dans la salle ou la petite sauterie se dérouler. Quelques verres de punch sans alcool plus tard, tu entends un prénom que tu ne pensais plus jamais entendre durant ta longue éternité. « Amaël ». Tes sourcils se froncent, incertaine d’avoir bien entendu, tu tournes la tête pour voir ta fidèle amie regarder droit devant elle. Tu suis son regard, pour atterrir sur ce fantôme du passé que tu tentais d’oublier depuis des années. Tu lui tournes automatiquement, prenant ta tête entre tes mains, forcement il fallait qu’il soit là lui aussi. Ça te surprend de la voir ici, lui qui avait détesté sa scolarité ici, c’est la dernière personne que tu pensais voir. Votre dernière rencontre ayant été quelque peu mouvementé puisqu’il s’agissait du jour de votre rupture. C’est gênant. Pourtant il y a cette curiosité qui te pousse à te retourner, à le regarder, observer ses traits qui avec le temps s’était fait plus masculin. Sa peau nacrée que tu avais jadis caressée des maintes fois, ses yeux toujours aussi durs et froids qui jugeaient silencieusement la salle, sa bouche rosée dont tu te souvenais encore du goût qu’elles possédaient. Bordel. A présent ses iris sont dans les tiennes, la colère que tu peux lire dans celle-ci te laisse pétrifié sur place, tu avais pourtant imaginé plusieurs fois vos retrouvailles. Sachant pertinemment que dans cette petite ville, tu le recroiseras sûrement. Pourtant, dans tes vagues fantasmagoriques tu n’étais pas dépourvu de tes moyens. L’amertume gronde dans ton ventre, dégoûté de toi-même d’être ainsi, tu lui adresses un regard moqueur avant de porter ton verre à tes lèvres.

Une flamme passe dans les lucarnes qui t’observent, deux secondes plus tard ton verre se brises. Heureusement il avait déjà quitté tes lèvres mais le contenu qui rester à l’intérieur tâche la jolie robe que tu avais mis pour l’occasion. Lâchant un juron essayant d’atténuer les dégâts avec une serviette trouvée sur une table, lorsque tu lèves la tête tu le vois quitter la salle pour se réfugier dans les couloirs. Pas question de le laisser filer le salaud, la colère coulant cette fois-ci dans tes veines, tu pars à sa poursuite. Des éclats de voix quelque peu tendue arrivent à tes oreilles, devant toi tu vois la scène se dérouler, l’éternelle rivalité entre le footballeur et le rejeté. Ce gars, tu ne pouvais pas le supporter non plus à l’époque. Anciennement un ami à toi, tu avais cessé tout contact avec lui lorsque tu t’étais rapproché du sorcier, ne supportant pas qu’il le rabaisse ainsi. Il avait pourtant cessé quand ton idylle avec lui avait commencer, bien trop peur de tes représailles.

Il lève la main, tes sourcils se froncent et sans vraiment savoir pourquoi tu utiles ta vitesse vampirique pour attraper son poignet. Le bruit de vos peaux s’entrechoque résonnes, vous plongeant dans un presque flash-back, tu serres si fort son poignet que tu étais sûre que si tu forçais un peu celui-ci craquerait. Il essaye de se dégager mais tu ne bouges pas d’un iota, laissant juste un petit sourire narquois fleurir dans le coin de tes lèvres.

« - Il n’y a des choses qui ne changes jamais n’est-ce pas Lewis ? Déclares-tu un petit sourire au coin des lèvres, tu es toujours le même gamin qu’à l’époque, toujours aussi frustré de sa vie et en compensant ça en s’en prenant aux autres. T’es pathétique mon vieux. »

Crac. C’est le bruit de ses os cédant à ta nouvelle force que tu ne contrôles pas encore, bon tu ne voulais pas lui faire ça de base mais, il l’aura cherché. Il hurle, t’insulte avant de partir en courant. Tes yeux se lèvent vers le ciel alors que tu lâches un soupir blasé, voyant le plus vieux du coin de l’œil tu croises les bras sur ton ventre ayant oublié ta haine contre lui.

« - Normalement ce n’est pas les hommes qui sont censé venir au secours des petites demoiselles en détresses ? , demandes-tu en te tournant vers ton ancien amant, M’enfin tu n’as jamais été comme les autres hommes Amaël. »

Tu termines le détaillant de la tête au pied, il n’a vraiment pas changé. Il est toujours aussi grand, bien bâtis et possédant toujours son caractère de cochon. Dire que tu ne regrettais pas l’avoir quitté serait mentir, Amaël O’Connell faisait partie de tes regrets constants, des démons qui revenaient te hanter lorsque tu déprimais. Mais, c’est la vie, à présent il n’est qu’un doux souvenir. Tu lui lances un dernier sourire avant de te diriger vers la porte où se trouve la petite soirée, l’ouvrant tu peux entendre la musique de Lord Uron – The night we meet résonnait. Cette foutue musique. Le destin s’acharner vraiment contre vous.

« - Tu retournes à l’intérieur ? Questionnes-tu jetant un coup d’œil à la salle, C’est notre chanson ça serait dommage de raté ça une nouvelle fois. »

Tu appuies bien sûr une nouvelle fois, à l’époque vous deviez vous rendrez ensembles au bal de fin d’année, mais la rupture ainsi que ton changement d’établissement étant arrivé plus tôt que celui-ci, ça ne s’était jamais fait. Était-ce un coup de pouce du destin de rattraper les instants volés ou bien.. Juste une machination pour creuser qu’un peu plus le fossé qui vous sépare aujourd’hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 21
Message posté le Ven 23 Juin - 17:40

The night we met Again
« - Normalement ce n’est pas les hommes qui sont censé venir au secours des petites demoiselles en détresses ? M’enfin tu n’as jamais été comme les autres hommes Amaël. »

Euh je ne sais pas comment je dois prendre cette réflexion ? À quoi joue-t-elle ? La maline ? Moi, je ne vais pas être aussi malin que ça figure-toi Ambrosia.
Mais qu'ai-je fais au bon Dieu pour mériter ça sérieusement ! Mais elle n'a pas changée, elle est toujours la même jeune femme que j'ai connu et toujours aussi charmante, mais ce n'est que son corps ! Sa mentalité a changé, plus courageuse et plus… Garce ! Je n'ai pas d'autres mots, mais au moins elle ne se laisse pas faire.

- « Euh, si je me souviens bien, disais-je avec une voix aguicheuse, tu n'étais pas en détresse donc malgré que tu sois une demoiselle et tu avais l'air de t'en sortir toute seule, n'est-ce pas ? »
Elle me regarda de haut en bas, mais à quoi pense-t-elle ? Serais-je son prochain repas ou est-ce pour son plaisir ? Je ne sais pas et je n'ai jamais su avec elle.

Elle reste énigmatique après cette vie universitaire, mais c'est ce qui me plaisait chez elle après tout.
Le mystère était en elle et j'adorai l’époque où j’essayais de deviner ses pensées, mais ce temps est révolu. Pourquoi a-t-il fallu que je tombe sur elle ce soir ? Tant de questions en si peu de temps ! Heureusement que je ne suis pas quelqu'un d'hyper sensible sinon je pense que j'aurais déjà craqué et pris la route.
Elle se dirigea vers la porte de cette satanée fêtes et là, non mais ce n'est pas possible bordel !
La fameuse chanson de Lord Uron, The night we meet ! Ils ont bien choisi le moment de mettre cette chanson !

« - Tu retournes à l’intérieur ? C’est notre chanson ça serait dommage de raté ça une nouvelle fois. »

Bah en même temps, tu n'avais qu'à pas partir, grognasse !
J'ai mis quelques instants à réfléchir si j'allais rentrer ou si j'allais partir.
« -Laisse-moi une minute le temps de me calmer encore un peu si tu veux bien, disais-je en la regardant dans les yeux »
Je me dirigeais aux toilettes une fois ma réponse transmise pour que j'aille me rafraîchir un peu le visage et être seul un moment !

En me regardant dans le miroir, je me disais, pourquoi ce sourire ? Ce sourire que je n'ai pas eut à mes lèvres depuis longtemps ! Était-ce un sourire de soulagement que ce connard soit parti en courant grâce a mon ex ou bien était-ce parce le revoir me faisait un bien fou ? Peut-être aurais-je une réponse ce soir. Une fois rincé de l'eau froide que je me suis fait couler sur le visage, je repris le chemin vers la salle d'ambiance avec toujours cette chanson, ils l'ont passé en boucle ou quoi ?

Je rentre dans la pièce, tout le monde discutent, boivent, mangent et rient, mais aucun d'entre eux ne dansent, c'est dommage quand même. Mais bon, ce n'est rien, tant pis pour eux.
Je sais ce que je veux pour ce soir en cette fête des anciens du lycée, danser avec elle, celle que j'ai aimée et que j'ai promis un slow pour fêter notre rencontre, mais cette fois-ci, ce sera pour nos retrouvailles !

Je me dirige vers elle,mon cœur bat à la chamade, je sue de partout, calme-toi Amaël ce n'est qu'invitation pour danser,pas une demande en mariage, il manquerait plus que ça ! Au passage, je saisis deux coupes de champagne et je me présente à elle une nouvelle fois en la regardant dans les yeux.
- « Ambrosia , disais-je avec une voix peu tremblante, je te demande pardon d'avoir cassé ton verre tout à l'heure, je contrôle pas vraiment mes pouvoirs quand mes émotions prennent de l'ampleur. »
Je lui tends un des verres en lui avec une certitude en béton et en lui demandant une chose :
- « Acceptes-tu de danser avec moi sur notre chanson ? »

Quelle sera sa réaction ? Sa réponse?Me rejettera t-elle de nouveau ? Une décision qui aura peut-être de l'importance !
(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ Pray for Redemption. ::  :: Marigny :: University of Marigny-