Bienvenue : Le dernier habitant à avoir posé ses valises est Miles A. Treefire !
On compte sur vous pour l'accueillir comme il se doit les petits loups.
Annonce : Si tu choisis de jouer un Post-Vacant ou un Scénario du forum, tu seras crédité de 300$ dès ton inscription.
Plutôt sympa comme Soldes d'hiver, non ?

 

 The night we met … Again ! Amaël O'Connell ft. Ambrosia Milkovich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 245
Message posté le Dim 18 Juin - 12:43

The night we met ... Again !

Pourquoi est-ce que j'ai accepté de venir à cette réunion ? Je n'ai pas envie de revoir ces crétins qui ont pourri toutes mes années de scolarité. Mais bon, je suis quand même content de revoir mes anciens professeurs qui ont toujours étaient là pour me faire avancer.
Revenir dans cet établissement me fait avoir une sensation bizarre, je me sentais enjoué, mais aussi en colère à la fois, me rappeler toutes ces années de souffrance et de bonheurs.
Je revoyais pleins de visages que je reconnaissais facilement, Juju qui était ma camarade et voisine des cours de langues vivantes, le duo infernal qu'on nous appeler, car nous passions notre temps à bavarder en cours, mais j'étais le plus sérieux en cours, quoi que…

Bien entendu, je ne reconnaissais pas que des amis, mais aussi des ennemis de lycée, surtout un que je ne pouvais jamais voir sans qu'il m'humilie encore et encore. J’espère au moins une chose, c'est que la mentalité est devenu mature comme nos âges...
Chaque professeur nous reconnaissait comme si nous n'avions jamais quitté l'établissement et nous offraient le cocktail de bienvenue des anciens élèves, dommage il n'y avait pas d'alcool.

Bizarrement, je sentais un regard sur moi, un regard dont le propriétaire était une jeune femme,une longue chevelure blonde ,des yeux sombres ,le teint pâle ,des lèvres rouges comme le sang et un visage qui n'as pas pris une ride et qui n'en n'aura jamais. Je n'aurai jamais cru la revoir un jour, enfin un soir, Ambrosia Milkovich ma première et dernière petite amie.

Je vous l'avoue que j'ai mis du temps à la regarder dans les yeux, mais après tout qu'est-ce que je risquai ? Rien du tout.
Je la regardai dans les yeux, mais le sentiment que je pensais avoir envers elle n'était-ce que je pensais. Il arriva le contraire et je sentais la colère montée en moi, tellement énervé qu'elle est choisie cette vie que de rester avec moi.

Sale petite garce, pourquoi être un vampire ? Tu es tellement glaciale que même en te touchant ou caressant la joue, j'aurais l'impression d'aborder un cadavre et je ne suis pas encore nécrophile !
La colère montée tellement en moi que je sentis une force puissante m'envahir et qui me brûlais les yeux et elle m'a regardé avec un regard moqueur !
Je regardé son verre et dans mon esprit, je me suis dit «  Brise-toi ! » et deux secondes après son verre s'éclatèrent en mille morceaux !
J'ai fait mine de rien et j'ai continué mon chemin vers la première porte qui se présentée.

Je ne sais pas ce que je dois faire, présenté des excuses ou la laisser comme ça ? Je ne sais pas ! Mais putain pourquoi autant de question en tête. Il faut absolument que je me calme sinon je risque d'être incontrôlable et risquer de faire du mal a quelqu'un !
Calme-toi Amaël , Calme-toi bordel !
Et bien sûr qui arrive à ce moment-là ? Mon rival de lycée qui vient encore me casser les pieds, Lewis Johnson !Ce con en a fait baver à Julia et ... je n'ai même pas les mots ni l'envie d'y penser et de remémorer ces souvenirs infâmes.

-« Tiens, tiens, mais regardez qui voilà, c'est Amaël, anciennement le plumer de service et aujourd'hui la tapette ! » Disait-il avec un ton de nouveau-riche !
Il a les chevilles tellement gonflées que je pense que je pourrais les faire exploser si je voulais !»

- « Quelle coïncidence ! Rétorquai-je,de tous les cons qui m'ont pourri mon année scolaire,tu es le premier que je vois qui a gagné en fric, mais pas en maturité ! »
Je vois qu'il était vexé a travers ses yeux, j’étais fier de ma formule pour une fois, j'ai un peu regretté quand même, car il m'a menacé de me frapper, mais tellement fier et tellement con que j'étais, je lui ai dit :

- « Vas-y, si tu as plus de couilles que de chevilles dans ton pantalon de grossesse ! »

Je le voyais en train de serrer son poing qui allait venir sur ma joue gauche ou droite, je ne sais pas laquelle il visait !
Au moment où je me suis dit qu'il allait atteindre sa cible , j'ai senti un courant d'air derrière moi, tellement court mais très fort, comme une bourrasque de deux secondes et j'entends un claquement de peau.

Mais qu'est ce que c'est ?
Est ce un blizzard ennemi ?
Ou au contraire , est ce une brise amicale ?



Dernière édition par Amaël O'Connell le Dim 24 Sep - 3:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 213
Message posté le Mar 20 Juin - 0:47

The night we met … Again !
What the hell I'm supposed to do and then I can tell myself not to ride along with you. I had all and then most of you, some and now none of you.
Une nouvelle fois tes yeux relisent le carton d’invitation, repassant sur les courbes noircit par l’encre, tu lèves les yeux au ciel. Réunion des anciens élèves, sérieusement ? Qui voudrait revivre à travers de cette soirée les années qu’ils tentaient désespérément d’oublier ou bien qui avec le temps, s’effacer automatiquement des esprits. En plus ça ne se déroulait même pas au dis établissement mais, à l’université de Marigny, sûrement parce que la place est sûrement plus grande que cet autre lieu miteux. Tu comprenais mieux pourquoi tes amis, les seuls qu’ils ne t’avaient pas jugés lors de la déclaration de ta maladie, parler d’un évènement sensationnel qu’il fallait absolument vivre une fois dans sa vie. Au départ tu avais refusé d’y aller, étant donné que la dernière année de ta vie là-bas ne t’avais pas laissé que des bons souvenirs. Mais ta petite bande de petit loup, ne lâchait pas l’affaire, jamais.

Quelques heures plus tard, la nuit bel et bien tombé c’est au bras de l’une de tes amies que tu avais faite apparition dans la salle ou la petite sauterie se dérouler. Quelques verres de punch sans alcool plus tard, tu entends un prénom que tu ne pensais plus jamais entendre durant ta longue éternité. « Amaël ». Tes sourcils se froncent, incertaine d’avoir bien entendu, tu tournes la tête pour voir ta fidèle amie regarder droit devant elle. Tu suis son regard, pour atterrir sur ce fantôme du passé que tu tentais d’oublier depuis des années. Tu lui tournes automatiquement, prenant ta tête entre tes mains, forcement il fallait qu’il soit là lui aussi. Ça te surprend de la voir ici, lui qui avait détesté sa scolarité ici, c’est la dernière personne que tu pensais voir. Votre dernière rencontre ayant été quelque peu mouvementé puisqu’il s’agissait du jour de votre rupture. C’est gênant. Pourtant il y a cette curiosité qui te pousse à te retourner, à le regarder, observer ses traits qui avec le temps s’était fait plus masculin. Sa peau nacrée que tu avais jadis caressée des maintes fois, ses yeux toujours aussi durs et froids qui jugeaient silencieusement la salle, sa bouche rosée dont tu te souvenais encore du goût qu’elles possédaient. Bordel. A présent ses iris sont dans les tiennes, la colère que tu peux lire dans celle-ci te laisse pétrifié sur place, tu avais pourtant imaginé plusieurs fois vos retrouvailles. Sachant pertinemment que dans cette petite ville, tu le recroiseras sûrement. Pourtant, dans tes vagues fantasmagoriques tu n’étais pas dépourvu de tes moyens. L’amertume gronde dans ton ventre, dégoûté de toi-même d’être ainsi, tu lui adresses un regard moqueur avant de porter ton verre à tes lèvres.

Une flamme passe dans les lucarnes qui t’observent, deux secondes plus tard ton verre se brises. Heureusement il avait déjà quitté tes lèvres mais le contenu qui rester à l’intérieur tâche la jolie robe que tu avais mis pour l’occasion. Lâchant un juron essayant d’atténuer les dégâts avec une serviette trouvée sur une table, lorsque tu lèves la tête tu le vois quitter la salle pour se réfugier dans les couloirs. Pas question de le laisser filer le salaud, la colère coulant cette fois-ci dans tes veines, tu pars à sa poursuite. Des éclats de voix quelque peu tendue arrivent à tes oreilles, devant toi tu vois la scène se dérouler, l’éternelle rivalité entre le footballeur et le rejeté. Ce gars, tu ne pouvais pas le supporter non plus à l’époque. Anciennement un ami à toi, tu avais cessé tout contact avec lui lorsque tu t’étais rapproché du sorcier, ne supportant pas qu’il le rabaisse ainsi. Il avait pourtant cessé quand ton idylle avec lui avait commencer, bien trop peur de tes représailles.

Il lève la main, tes sourcils se froncent et sans vraiment savoir pourquoi tu utiles ta vitesse vampirique pour attraper son poignet. Le bruit de vos peaux s’entrechoque résonnes, vous plongeant dans un presque flash-back, tu serres si fort son poignet que tu étais sûre que si tu forçais un peu celui-ci craquerait. Il essaye de se dégager mais tu ne bouges pas d’un iota, laissant juste un petit sourire narquois fleurir dans le coin de tes lèvres.

« - Il n’y a des choses qui ne changes jamais n’est-ce pas Lewis ? Déclares-tu un petit sourire au coin des lèvres, tu es toujours le même gamin qu’à l’époque, toujours aussi frustré de sa vie et en compensant ça en s’en prenant aux autres. T’es pathétique mon vieux. »

Crac. C’est le bruit de ses os cédant à ta nouvelle force que tu ne contrôles pas encore, bon tu ne voulais pas lui faire ça de base mais, il l’aura cherché. Il hurle, t’insulte avant de partir en courant. Tes yeux se lèvent vers le ciel alors que tu lâches un soupir blasé, voyant le plus vieux du coin de l’œil tu croises les bras sur ton ventre ayant oublié ta haine contre lui.

« - Normalement ce n’est pas les hommes qui sont censé venir au secours des petites demoiselles en détresses ? , demandes-tu en te tournant vers ton ancien amant, M’enfin tu n’as jamais été comme les autres hommes Amaël. »

Tu termines le détaillant de la tête au pied, il n’a vraiment pas changé. Il est toujours aussi grand, bien bâtis et possédant toujours son caractère de cochon. Dire que tu ne regrettais pas l’avoir quitté serait mentir, Amaël O’Connell faisait partie de tes regrets constants, des démons qui revenaient te hanter lorsque tu déprimais. Mais, c’est la vie, à présent il n’est qu’un doux souvenir. Tu lui lances un dernier sourire avant de te diriger vers la porte où se trouve la petite soirée, l’ouvrant tu peux entendre la musique de Lord Uron – The night we meet résonnait. Cette foutue musique. Le destin s’acharner vraiment contre vous.

« - Tu retournes à l’intérieur ? Questionnes-tu jetant un coup d’œil à la salle, C’est notre chanson ça serait dommage de raté ça une nouvelle fois. »

Tu appuies bien sûr une nouvelle fois, à l’époque vous deviez vous rendrez ensembles au bal de fin d’année, mais la rupture ainsi que ton changement d’établissement étant arrivé plus tôt que celui-ci, ça ne s’était jamais fait. Était-ce un coup de pouce du destin de rattraper les instants volés ou bien.. Juste une machination pour creuser qu’un peu plus le fossé qui vous sépare aujourd’hui ?


psychotic babe
the sirens were dangerous creatures, who lured nearby sailors with their enchanting music and voices to shipwreck on the rocky coast of their island (Icons :
BONNIE // ASTRA)



Dernière édition par Ambrosia Milkovich le Mar 29 Aoû - 19:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 245
Message posté le Ven 23 Juin - 17:40

The night we met Again
« - Normalement ce n’est pas les hommes qui sont censé venir au secours des petites demoiselles en détresses ? M’enfin tu n’as jamais été comme les autres hommes Amaël. »

Euh je ne sais pas comment je dois prendre cette réflexion ? À quoi joue-t-elle ? La maline ? Moi, je ne vais pas être aussi malin que ça figure-toi Ambrosia.
Mais qu'ai-je fais au bon Dieu pour mériter ça sérieusement ! Mais elle n'a pas changée, elle est toujours la même jeune femme que j'ai connu et toujours aussi charmante, mais ce n'est que son corps ! Sa mentalité a changé, plus courageuse et plus… Garce ! Je n'ai pas d'autres mots, mais au moins elle ne se laisse pas faire.

- « Euh, si je me souviens bien, disais-je avec une voix aguicheuse, tu n'étais pas en détresse donc malgré que tu sois une demoiselle et tu avais l'air de t'en sortir toute seule, n'est-ce pas ? »
Elle me regarda de haut en bas, mais à quoi pense-t-elle ? Serais-je son prochain repas ou est-ce pour son plaisir ? Je ne sais pas et je n'ai jamais su avec elle.

Elle reste énigmatique après cette vie universitaire, mais c'est ce qui me plaisait chez elle après tout.
Le mystère était en elle et j'adorai l’époque où j’essayais de deviner ses pensées, mais ce temps est révolu. Pourquoi a-t-il fallu que je tombe sur elle ce soir ? Tant de questions en si peu de temps ! Heureusement que je ne suis pas quelqu'un d'hyper sensible sinon je pense que j'aurais déjà craqué et pris la route.
Elle se dirigea vers la porte de cette satanée fêtes et là, non mais ce n'est pas possible bordel !
La fameuse chanson de Lord Uron, The night we meet ! Ils ont bien choisi le moment de mettre cette chanson !

« - Tu retournes à l’intérieur ? C’est notre chanson ça serait dommage de raté ça une nouvelle fois. »

Bah en même temps, tu n'avais qu'à pas partir, grognasse !
J'ai mis quelques instants à réfléchir si j'allais rentrer ou si j'allais partir.
« -Laisse-moi une minute le temps de me calmer encore un peu si tu veux bien, disais-je en la regardant dans les yeux »
Je me dirigeais aux toilettes une fois ma réponse transmise pour que j'aille me rafraîchir un peu le visage et être seul un moment !

En me regardant dans le miroir, je me disais, pourquoi ce sourire ? Ce sourire que je n'ai pas eut à mes lèvres depuis longtemps ! Était-ce un sourire de soulagement que ce connard soit parti en courant grâce a mon ex ou bien était-ce parce le revoir me faisait un bien fou ? Peut-être aurais-je une réponse ce soir. Une fois rincé de l'eau froide que je me suis fait couler sur le visage, je repris le chemin vers la salle d'ambiance avec toujours cette chanson, ils l'ont passé en boucle ou quoi ?

Je rentre dans la pièce, tout le monde discutent, boivent, mangent et rient, mais aucun d'entre eux ne dansent, c'est dommage quand même. Mais bon, ce n'est rien, tant pis pour eux.
Je sais ce que je veux pour ce soir en cette fête des anciens du lycée, danser avec elle, celle que j'ai aimée et que j'ai promis un slow pour fêter notre rencontre, mais cette fois-ci, ce sera pour nos retrouvailles !

Je me dirige vers elle,mon cœur bat à la chamade, je sue de partout, calme-toi Amaël ce n'est qu'invitation pour danser,pas une demande en mariage, il manquerait plus que ça ! Au passage, je saisis deux coupes de champagne et je me présente à elle une nouvelle fois en la regardant dans les yeux.
- « Ambrosia , disais-je avec une voix peu tremblante, je te demande pardon d'avoir cassé ton verre tout à l'heure, je contrôle pas vraiment mes pouvoirs quand mes émotions prennent de l'ampleur. »
Je lui tends un des verres en lui avec une certitude en béton et en lui demandant une chose :
- « Acceptes-tu de danser avec moi sur notre chanson ? »

Quelle sera sa réaction ? Sa réponse?Me rejettera t-elle de nouveau ? Une décision qui aura peut-être de l'importance !
(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 213
Message posté le Sam 1 Juil - 0:19

The night we met … Again !
What the hell I'm supposed to do and then I can tell myself not to ride along with you. I had all and then most of you, some and now none of you.
Être seule avec lui dans cette fraîche soirée est compliqué pour toi, malgré que tu abordes une attitude confiante, ça te mettait mal à l’aise. C’est à cause de ça que tu avais pris la fuite vers la salle où se passer la petite soirée, être entouré des autres serait sûrement plus facile pour l’affronter. C’est à cause de ça que tu avais pris la fuite vers la salle où se passer la petite soirée, être entouré des autres serait sûrement plus facile pour l’affronter. Il ne le savait pas mais, la décision que tu avais prise en le quittant te peser encore au cœur. Même si l’amour ne vous lie plus aujourd’hui, il y a pourtant toujours ses regrets qui te bouffent la conscience. Au fond de toi tu te demandais pourquoi est-ce que tu étais intervenu, prenant ce risque qu’il découvre ta nouvelle condition. Amaël a toujours été foutrement intelligent et tu sais très bien qu’en plus des commérages ainsi que la petite scène auxquels il avait assisté il avait dû comprendre. Ou du moins avoir quelques doutes. Et cette foutue phrase que tu lui as lancé soudainement, le piquant sur son courage, tu ne sais pas non plus pourquoi elle avait traversé tes lèvres. Sûrement la panique, le fait que tu sois gêné de te retrouver avec lui qui a fait en sorte que tu sortes la première chose qui t’a passé à l’esprit. Comme quoi même si à présent tu es vampire, tu gardes avant tout ton humanité. Enfin pour l’instant.

« Euh, si je me souviens bien, dit-il avec une voix aguicheuse, tu n'étais pas en détresse donc malgré que tu sois une demoiselle et tu avais l'air de t'en sortir toute seule, n'est-ce pas ? »

Après l’avoir fixé pendant un court laps de temps, tu lâches un petit ricanement avant de recroiser tes bras contre ton ventre t’appuyant légèrement contre le mur. Tu finis par hocher la tête pour approuver ses paroles, la nécessité de répondre n’étant pas là tu te contentes de ça. Un petit truc te chiffonne pourquoi c'est-il amusé à prendre cette voix aguicheuse ? A-t-il oublié que même dans le passé tu le trouvais ridicule lorsqu’il l’utiliser ? Même si à présent il n’est plus le petit lycéen que tu as connu, que son ton s’accorde mieux avec les années qu’il a prises, le rendant plus mature, c’est toujours ridicule. Finalement tu finis par te diriger vers la porte, l’ouvrant et lui lançant une invitation masquée par une référence à votre idylle. Il semble hésiter quelques instants, tu ne le blâmes pas tu aurais sûrement fait la même chose puis il te répond.

« -Laisse-moi une minute le temps de me calmer encore un peu si tu veux bien, dit-il en te regardant dans les yeux »

Cette fois-ci tu n’as pas le temps de faire quoi que ce soit qu’il part, dieu seul sait où. Tu le regardes partir avant de finalement t’engouffrer dans le capharnaüm qu’est cette petite sauterie. Pendant des petites secondes tu te perds dans la foule, la tête en vrac par ses retrouvailles et la haine oublié de ce verre brisé. C’est finalement ton amie avec qui tu es venu ce soir qui te ramène à la réalité, elle bondit sur toi pour savoir ce qu’il s’est passé. Les questions pleuvent, tu remarques son petit air pincé et ses yeux qui lancent des éclairs. Tu sais que cette charmante jeune femme n’a jamais accepté que le couple star du lycée, c’est-à-dire ambramaël, ce nom de ship abruti qu’ils vous avez attribué à l’époque. Alors forcément elle craignait que tu laisses ton gourou s’abattre sur ton ancien amant, tu finis par la rassurer en lui racontant ce qu’il s’est passé, évitant tout de même de lui dévoiler qui tu es réellement.

Tu finis par te détacher d’elle alors qu’elle t’encourage vivement à inviter le centre de votre conversation à danser, tu te diriges vers le dj pour lui demander de passer votre chanson en boucle. Il refuse évidemment mais, son sourire s’agrandit lorsque tu lui glisses un billet. Il accepte, il le fera jusqu’à ce que tu arrives à lui demander une danse. Tu retournes près de tes amis, cherchant du regard le sorcier, tu vois enfin son minois apparaître. Il vient en ta direction, il n’a pas l’air très bien, stressé ? Tu ne sais pas mais, il arrive d’un pas déterminé attrapant au passage deux coupes de champagnes tu lèves un sourcil alors qu’il se plante devant toi le regard ancré dans le tien.

« Ambrosia , dit-il avec une voix peu tremblante, je te demande pardon d'avoir cassé ton verre tout à l'heure, je contrôle pas vraiment mes pouvoirs quand mes émotions prennent de l'ampleur. »

Tes sourcils se lèvent d’avantage lorsque tu entends le mot pouvoir, qu’est-ce qui voulait dire par ça ? Au moins ça te confirmait que c’était de sa faute si ton verre c’était briser. Il te tend un des verres que tu attrapes habillements avant de trinquer avec lui, tu souris en coin mais alors que tu aller lui répondre il reprend la parole.

« - Acceptes-tu de danser avec moi sur notre chanson ? »

Surprise tu manques de t’étouffer avec le contenu de ton verre qu’entre-temps tu avais porté à tes lèvres pour le goûter. Tu tousses légèrement avant d’essuyer tes lèvres, tu relèves les yeux pour l’observer. Tu restes littéralement sur le cul, tu ne t’attendais pas à ce genre d’invitation de sa part, pour dire tu avais prévu que ça soit toi qui la fasses. Était-ce un moyen d’honorer la danse qu’il t’avait promis jadis ?

« - Si je refuse tu vas me briser autre chose ? Demandes-tu taquine avant de poser ta coupe sur la table, tu seras pardonné lorsqu’on aura effectué ce slow O’Connell. »

Rien ne semble cohérent dans ce qu’il se passe, les différentes émotions se basculent et se battre entre elles comme des charognards. Tu lui agrippes l’avant-bras pour l’attirer au centre de la piste de danse vide, quelques regards surpris vous suivent. Certains chuchotent pensant que leurs informateurs se soient trompés mais, ils sont bien proches de la vérité. La chanson recommençant au début tu poses l’une de tes mains sur son épaule et avec hésitation tu attrapes sa main gauche. Alors que votre petite danse débute tu remarques sans vraiment le remarquer d’autres couples qui semblent à leurs tours se lancer dans la danse. Tu repenses aux paroles précédentes de l’homme qui te tient dans ses bras, tu finis par le regarder franchement alors que depuis le début de la danse tu évitais de le faire.

« - Alors comme ça Amaël O’Connell possède des pouvoirs incontrôlables ? Demandes-tu en chuchotant tournant doucement sur toi-même, qu’est-ce qui t’a poussé à briser mon verre ? »

Tu le questionnes sans-gêne, disons qu’avec ses quelques mots il a piqué ta curiosité à vif. Si tes souvenirs sont bons, à une certaine époque il n’avait jamais fait mention de ses prétendus problèmes de contrôle. La musique touche finalement à sa fin pour en débuter une autre, Bad Liar de Selena Gomez, pourtant même si cette prétendue promesse est enfin effectuée aucun de vous ne semble vouloir lâcher l’autre. Tu continues de suivre ses mouvements, n’ayant pas vraiment remarqué ceux qui vous ont rejoints. Pour quelles raisons le déroulement de la situation vous a mené jusqu’ici ? Est-ce une bonne chose ou une mauvaise chose ?


psychotic babe
the sirens were dangerous creatures, who lured nearby sailors with their enchanting music and voices to shipwreck on the rocky coast of their island (Icons :
BONNIE // ASTRA)



Dernière édition par Ambrosia Milkovich le Mar 29 Aoû - 19:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 245
Message posté le Mar 4 Juil - 11:19

The night we met Again
« - Si je refuse tu vas me briser autre chose ? Demandes-tu taquine avant de poser ta coupe sur la table, tu seras pardonné lorsqu’on aura effectué ce slow O’Connell. »

Alors là, je me demande si elle est sérieuse ou si elle me taquine encore jusqu'à me faire tourner en rond, mais après un slow n'a jamais fait de mal à personne. J'ai à peine souffler de bonheur qu'elle s’agrippe à mon bras, elle ne perd pas de temps dis donc Ambrosia , toujours autant directe, elle m'emmena vers le centre de la danse complètement morte et silencieuse. Bien entendu, nous étions les seuls à danser, j’espérais que d'autres personnes allaient venir aussi sur cette piste tellement vide que même BigMama pourrait combler cette dernière.

Le Dj remet la musique du début et Ambrosia mis une de ses mains sur mon épaule et je lui tend ma main gauche qu'elle l'attrapa avec hésitation, je ne sais pas pourquoi, ce n'est qu'une main après tout, tandis que je met ma main droite autour de sa taille, je n'avais le souvenir qu'elle était aussi fine,c'est dingue.

Quelques secondes à peine avoir commencé à danser, je sentais le regard des autres sur nous avant que d'autres couples viennent rejoindre la piste à leur tour. Je regardais Ambre dans les yeux comme si nous nous étions jamais quittés et comme si nous étions à ce fameux bal de fin d'année. Elle me répondit en me regardant dans les yeux également et se rapproche de mon oreille.

« - Alors comme ça Amaël O’Connell possède des pouvoirs incontrôlables ? Demandes-tu en chuchotant tournant doucement sur toi-même, qu’est-ce qui t’a poussé à briser mon verre ? »

Que dire ? C'est vrai, c'est moi qui ais cassé le verre sans vraiment le vouloir, je contrôle pas totalement mes pouvoirs ,j’espère qu'elle comprendra que ce n'est pas faute.

« - Et bien, à dire la vérité j'ai pris consciences que j'avais des pouvoirs peut après le décès de ma grand-mère, affirmais-je avec un regard désolé, et depuis je suis à la Nouvelle-Orléans. Et pour ce qui est de ton verre, je tiens ça de papa. Je t'expliquerai une prochaine fois ce n'est pas vraiment l'endroit approprié pour parler ce genre de sujet, tu ne crois pas ? »

Je me demande ce qu'elle fait à la Nouvelle-Orléans, c'est assez curieux qu'on se soit revu exprès aujourd'hui. Notre chanson finie , voici celle de Selena Gomez , Bad Liar ! Mais je ne sais pas pourquoi je n'ai pas envie de la lâcher et d'être encore sur cette piste avec elle. Peut-être que c'est le manque que j'ai eut à l'époque que je veux combler aujourd'hui. Je continue à danser, me serrant dans ses bras avec des sanglots, ça peut être dû à sa peau glaciale, j'en ai la chair de poule.

« - Ambrosia, tu veux qu'on se reprenne une coupe de champagne ? Demandais-je avec un sourire en coin, après tout, c'est pour fêter nos retrouvailles d'ancien couple du lycée ! »

Je me dirige vers le comptoir des boissons en demandant deux coupes avec ce vampire qui m'accompagne tout le long du chemin, accrochée à mon bras. J'ai voulu en savoir plus sur cette vie d’immortelle qu'elle a choisie. Mais j'ai peur qu'elle m'en juge trop curieux ou même vexant, vu comment je rate mes questions cela ne m'étonnerait pas que je la vexe sans le vouloir. Mais ce n'est pas mon but de cette soirée et surtout envers elle, je souhaite retisser des liens avec elle !

Est-ce qu'elle va accepter qu'on se revoie après cette soirée ? Ou bien va-t-elle me nier et m'oublier à nouveau ? Je me demande comment va se terminer cette soirée qui pour moi, ne fait que commencer.
(c) sweet.lips


Dernière édition par Amaël O'Connell le Dim 24 Sep - 3:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 213
Message posté le Mer 30 Aoû - 18:47

The night we met … Again !
What the hell I'm supposed to do and then I can tell myself not to ride along with you. I had all and then most of you, some and now none of you.
C’est dans ta nature d’être piquante, d’aimer charrier les autres en leur rappelant les quelques erreurs qu’ils ont pu commettre ou bien en balançant des petites piques bien placés. Hors, cette fois-ci c’est différent, tu ne l’embêtes pas parce que tu prenais plaisir à ça mais, parce que la situation actuelle te stresser bizarrement. Le sorcier réveillant les souvenirs enfouis en toi, sans le savoir te balancer au visage ton passé qui t’avais conduit jusqu’à ce stade. Jusqu’à ta transformation. Étape douloureuse de ta vie et dont tu avais tout de même du mal à t’habituer. C’est pour ça que lorsqu’il te prend ta main, tu hésites à refermer la tienne sur celle-ci. Tu es froide. Et dans ses souvenirs tu n’avais pas de doutes que tu étais bien plus chaude. Bien plus humaine. Sur le coup tu craignais qu’il ne te rejette, qu’il prend enfin compte de ta nature et que tu vois dans ses iris le dégoût. Après tout tu étais devenu un monstre. Sauf que le brun ne semble pas surpris où repousser par toi, il plonge ton regard dans le tien et pendant l’espace de quelques secondes tu as l’impression que cette dance ne finira jamais, que vous êtes toujours au lycée et que vous fêtez joyeusement la fin d’année. Comme si votre idylle exister encore. Sombre illusion.

« - Et bien, à dire la vérité j'ai pris consciences que j'avais des pouvoirs peut après le décès de ma grand-mère, Affirma-t-il avec un regard désolé, et depuis je suis à la Nouvelle-Orléans. Et pour ce qui est de ton verre, je tiens ça de papa. Je t'expliquerai une prochaine fois ce n'est pas vraiment l'endroit approprié pour parler ce genre de sujet, tu ne crois pas ? »

La surprise passe par ton visage, tu ne t’attendais pas à ce qu’il possède réellement des pouvoirs et encore moins que sa grand-mère ne soit plus de ce monde. Tu l’avais connu pendant que tu sortais avec le jeune homme, un beau jour tu ne sais plus comment tu t’étais retrouvé au tour d’une table avec elle. Adorable, le cœur sur la main et attachante, tu n’avais pas mis longtemps à aimer la femme. Alors, apprendre son décès, te grisais le moral. Mais, tu ne devais pas lui montrer, de vous deux c’était lui qui en souffre le plus.

« - Je vois, je suis désolée pour ta grand-mère c’est une femme que j’appréciais beaucoup. Réponds-tu la mine attristée avant de reprendre, Effectivement ce n’est pas l’endroit pour ça mais, je te donne un conseil little boy, tu ne devrais pas parler aussi facilement de ce que tu es aux autres créatures. Ça risque de t’attirer des ennuis. »

Vous continuez doucement à danser sur cette nouvelle chanson, il te serre dans ses bras et soudainement tu entends des sanglots qui te déchires le cœur. Pourquoi des sanglots ? Tu l’ignores mais, sans réfléchir tu le serras à ton tour dans tes bras. Il ressemble vraiment à un poussin, c’est bien à cause de ça que jadis tu le surnommais ainsi. Et même encore maintenant et malgré le début de vos retrouvailles quelque peu tendu, tu as le désir de le protéger encore.

« - Ambrosia, tu veux qu'on se reprenne une coupe de champagne ? Demandait-il avec un sourire en coin, après tout, c'est pour fêter nos retrouvailles d'ancien couple du lycée ! »

Hochant vigoureusement la tête il t’attire jusqu’au comptoir où tu restes accroché à son bras, il commande pour vous deux et tu attends sagement à ses côtés qu’ils vous servent. Quelques minutes après vous êtes enfin servis, tu attrapes ta propre coupe avant de le tirer jusqu’aux sièges où tu prends place. Trinquant avec lui à vos retrouvailles tu bois une gorgée de ton champagne en jetant un coup d’œil à la piste de danse à présent rempli de couple qui comme vous revit leurs années de lycée. Posant ton coude sur la table, ta tête s’appuie sur ta main maintenue, tu le regardes quelques instants.

« - Eh bien.. Qui aurait cru qu’on allait se revoir ainsi. Ici déjà et ce que nous sommes devenus. Déclares-tu légèrement nostalgique avant de reprendre, Il me semble que je te dois une explication.. De la raison pour laquelle je suis partie. »

Tu gardes ton regard encré dans le sien, il est vrai qu’après toutes ses années tu lui devais bien ça, lever le voile constant sur votre rupture sur le soi-disant fait que tu ne l’aimais plus. Il n’y avait que toi qui savait la vérité et ce soir, il y aurait lui en plus. Peut-être que ses confidences auront une influence sur la suite de rapport, c’était quitte ou double. Sois vous repartez sur des bonnes basses ou au contraire la guerre sera réellement déclarés.


psychotic babe
the sirens were dangerous creatures, who lured nearby sailors with their enchanting music and voices to shipwreck on the rocky coast of their island (Icons :
BONNIE // ASTRA)

Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 245
Message posté le Dim 10 Sep - 10:57

The night we met Again

Je voulais lui proposait un dernier verre pour la soirée, après tout ce temps, je ne voulais qu'apprendre ce qu'elle a fait et si elle allait bien, je suis protecteur et attentionné.

Elle me hocha la tête d'acceptation à ma demande et je lui tends mon bras pour qu'elle s'agrippe pour que je puisse l'emmener au comptoir des boissons tel un gentleman. Une fois servis, elle m'attrapa le poignet pour m'emmener sur deux sièges libres auxquels nous nous asseyons et trinquons. Elle remarqua les autres couples dansant sur la piste et tout en se tenant la tête, comme si elle était dans une classe d'arts, notre matière préférée à l'époque et elle me regarda fixement jusqu'à m'adresser ces mots que je m’impatientai d'entendre.

« - Eh bien.. Qui aurait cru qu’on allait se revoir ainsi. Ici déjà et ce que nous sommes devenus. Déclares-tu légèrement nostalgique avant de reprendre, il me semble que je te dois une explication.. De la raison pour laquelle je suis partie. »

« - Permets-moi de te dire une chose avant que tu me la donnes cette explication. Répliquais-je en l'interrompant dans sa lancée. Sache qu'importe la raison que tu as choisi de devenir ce que tu es aujourd'hui, je ne t'en veux plus, tu es ce que tu es même si je hais les vampires à cause de l’assassinat de ma grand-mère et j'ai fait le serment de le retrouver et de le tuer. »

Je dois avouer que je suis curieux de savoir ce qu'elle est devenu après tout ce temps, mais un événement interrompais encore une fois sa lancée, mon téléphone qui sonne. Je regarde en coupe-vent qui m’appelait, c'était mon père qui voulait des nouvelles, mais bon, il patientera jusqu'à ce que je le rappelle.

« - Excuse-moi, Ambre. Disais-je en lui tenant la main. Je l'ai mis en silencieux, tu peux me parler tranquillement et surtout prends ton temps. »

À ce moment-là, je ne faisais que de l'écouter, comme si je ne voyais qu'elle et que les invités n'existait plus, entre temps, je repris une gorgée du champagne qui m’accompagnai en plus de la belle blonde. Entre deux phrases, je regardais dans le fond de la salle et je voyais comme une silhouette d'homme, majestueusement ténébreux, très bel homme même, je dirais. Je retourne mon regard un instant le temps d'écouter un peu plus Ambrosia et mes yeux étaient comme attirés vers la fenêtre à laquelle l'homme n'y était plus.

C'est assez curieux, je dois dire qu'un homme me fixe avec autant d'attention, mais j'ai remarqué qu'il observait également mon ex, mais son regard envers elle avait changé tel une moustique attiré par une lumière.

Qui était cet homme et surtout que représentait-il pour Ambrosia Milkovich ?

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 213
Message posté le Ven 15 Sep - 1:34

The night we met … Again !
What the hell I'm supposed to do and then I can tell myself not to ride along with you. I had all and then most of you, some and now none of you.
Finalement ses retrouvailles avec ton premier amour semble se dérouler bien moins mauvaises que le présager le début de cette soirée, il est vrai que c’était toujours un peu étrange. Ce n’est pas tous les jours qu’on rencontre ses ex, m’enfin à ton compteur techniquement tu n’en as qu’un seul. Bizarrement même après toutes ses années tu n’avais jamais réussi à te remettre en couple, il fallait avouer que les premières années après votre séparation tu ressentais toujours ce doux sentiment pour lui. Après tout tu ne l’avais pas quitté à cause de la flamme éteint mais pour de biens d’autres raisons alors forcément tu avais eu du mal à te détacher de lui, à l’oublier peu à peu. C’était si difficile parce qu’il était ton premier, la première personne qui t’avait fait connaître l’amour et un rien te ramener à lui. Une musique, une odeur particulière, un plat qu’il aimait manger, un tissu, un coup de crayon. Amaël O’Connell avait persisté dans ton esprit en vrac et ton cœur en miettes. Mais, tu ne pouvais t’en prendre qu’à toi-même, tu étais partie. Il avait tenté de te retenir mais, c’est grâce à ses saloperies que tu lui avais lancé que tu avais pu enfin rejeter cette main qu’il te tendait en permanence. Emportant avec toi la nostalgie de votre romance. Pourtant le revoir ici, à cet instant, te donnes la douce illusion qu’entre vous ça ne s’est jamais terminer. Comme si après toutes ses années vous étiez encore ensembles, à l’époque tu te voyais finir ta vie avec lui mais, ma jolie Ambre, sa vie finira avant la tienne. C’est impossible maintenant. Peut-être est-ce à cause de l’ambiance que tu penses à ce genre de chose pourtant, ta conscience ne te laisses pas plonger dans cette spirale de faux-semblant. Tu es enfin prête à lui dire la vérité, toute la vérité sur ses silences que tu lui as imposée en partant.

« - Permets-moi de te dire une chose avant que tu me la donnes cette explication. Répliquais-je en l'interrompant dans sa lancée. Sache qu'importe la raison que tu as choisi de devenir ce que tu es aujourd'hui, je ne t'en veux plus, tu es ce que tu es même si je hais les vampires à cause de l’assassinat de ma grand-mère et j'ai fait le serment de le retrouver et de le tuer. »

Un sourire vient casser le sérieux de ton visage alors que tu hoches la tête, tes entrailles se serrant quand il fait référence à la personne défunte que vous connaissiez tous les deux. Tu ne peux pas lui en vouloir, son désir de vengeance est légitime et probablement que tu ferais la même chose à sa place. Tu reprends une gorgée de champagne avant de répondre à ton tour.

« - C’est compréhensible pour ta grand-mère et sache que si tu as besoin d’aide, après tout ce que je t’ai fait, je suis là. »

Ta main sert doucement la sienne, même si votre relation est plutôt tendue, tu ne peux pas t’empêcher d’avoir l’instinct d’être douce avec lui. Sûrement pour rattraper tes frasques du passé qui l’avait touché lui en premier ou bien un reste de ce que vous partagiez revenant légèrement. Tu ouvres une nouvelle fois la bouche prête à lui déballer ce que tu as sur la conscience mais, son téléphone vous coupe et il répond rapidement alors que tu passes une main dans tes cheveux nerveusement. C’est quoi ses signes du destin là ?

« - Excuse-moi, Ambre. Disais-je en lui tenant la main. Je l'ai mis en silencieux, tu peux me parler tranquillement et surtout prends ton temps. »

Tu regardes un instant vos mains ensembles puis tes yeux se perdent une nouvelle fois sur les danseurs, ta caboche réfléchissant à vive allure sur ce que tu pouvais bien lui dire. Comment s’y prendre pour tout lui avouer ? Tu avais pourtant répété cette scène au moins un milliard de fois dans ta tête, au cas-où ce jour viendrai à arriver mais, toutes ses répétitions ne servaient à rien. Retirant ta main qui supporter le poids de ta tête tu plantes tes iris dans les siens abordant un air sérieux, presque grave.

« - Hum.. C’est assez compliqué à expliquer. Dans ma tête ça semblait nettement plus simple… Déclares-tu en évitant son regard puis tu reprends après un moment de silence, Je ne t’ai pas quitté pour les raisons que je t’ai dites ce fameux jour. En réalité, s'est plus compliqué.. Je.. C’est juste que j’étais malade, plongé tout nouvellement dans ce silence constant et toi malgré tout, malgré mes éclats de colères et de tristesses. Tu ne cessais de me réconforter. »

Pendant un instant tu lèves les yeux au ciel, réalisant qu’au final il avait été le parfait petits-amis et bien nombres de gars seraient partis à sa place. Notamment lorsque ta déchéance a fait de toi la nouvelle tête de Turc de l’établissement, tes amis t’abandonnant un par un, tu n’avais plus cette petite cour qui te suivais partout. Ils n’étaient pas si fidèles que ça et bien trop fier pour traîner avec une handicaper. Heureusement pour toi, le fait d’être la sœur du quarterback de l’équipe de football américain avait tout de même protéger tes arrières. Tu étais une reine déchue mais, qui a ses côtés avait le roi idéal. Hors, tu avais tout fichu par terre, lui retirant de force cette couronne. Lentement tu retires ta main de la sienne pour venir la poser délicatement sur sa nuque pour l’attirer vers toi, créant une sphère d’intimité.

« - Je n’ai jamais cesser de t’aimer, je ne t’ai pas non plus trompé comme j’ai pu te le dire et tu n’es pas qu’un moins que rien. Souffles-tu le regardant un air peiné, J’ai étais horrible avec toi parce que je savais pertinemment que si je ne l’étais pas.. Tu resterais à mes côtés.. Tu allais te battre pour que je reste et ça.. Je ne pouvais pas le supporter. Je ne pouvais pas juste te regarder à gâchée ta vie avec une sourde. Ça t’empêcher tellement de choses comme aller au cinéma, à un concert ou bien juste me comprendre. Ça aurait fait de toi le paria de la société en plus d’être celui du lycée. Ce n’était pas ta croix à porter et après tout le mal que j’ai fait aux autres. Je l’ai mérité. »

Tu migres de sa nuque à sa joue, la caressant lentement le regard peiné, tu finis par casser la distance entre vos visages pour poser tes lèvres sur sa joue alors que tu lui souffles que tu es désolée. Tu n’aurais jamais dû lui faire ce que tu lui as fait, tu avais fait le mauvais choix jadis mais, sur le coup celui-ci te sembler si légitime. Le meilleur pour vous, pour lui, pour toi. Ou pas finalement.


psychotic babe
the sirens were dangerous creatures, who lured nearby sailors with their enchanting music and voices to shipwreck on the rocky coast of their island (Icons :
BONNIE // ASTRA)

Revenir en haut Aller en bas
Magic flows in our blood.
Magic flows in our blood.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 245
Message posté le Mar 26 Sep - 18:28

The night we met Again

Après toutes ses révélations a nos égards, j'avais totalement mis de côté l'homme que j'ai vu à la fenêtre. Elle ne m'a jamais trompée, j'étais déjà content, mais en plus de ça elle n'as pas cesser de m'aimer malgré ce qui s'est passé. Elle se rapprocha de moi pour m'embrasser sur la joue en me répétant qu'elle est désolée.

Suite à ça, il était vingt-deux heures et je voulais à tout pris la rassurer que ce qu'elle a fait était son choix, mais qu'il fallait qu'elle comprenne que j'avais changé autant qu'elle.

« Ambre, écoute-moi. Pour ce qui est du passé je te pardonne, je voulais savoir les raisons de ton départ, aujourd'hui, tu me les as dites et je suis content de l'apprendre que c'était ton choix et non à cause de moi. Mais aujourd'hui, vu que je pensais que tu ne voulais plus de moi dans ce monde, j'ai tourné la page sur nous et je n'ai plus les mêmes sentiments qu'autrefois. Et pis avec ma grand-mère, je n'avais plus pensée à nous. Et pis avec ma grand-mère, je n'avais plus pensée à nous. Je t'aime Ambrosia, mais plus comme avant. »

J’espérais sincèrement qu'elle n'allait pas m'en vouloir d'avoir dit la vérité de mon côté, mais je ne pouvais pas me permettre d'être menteur et hypocrite avec elle, après tout, c'était mon premier amour et ne l'oublie jamais.

En regardant une fois l'heure, je lui proposais de la ramener à l'endroit qu'elle veut. En sortant de la salle, on se dirigeait vers ma voiture jusqu'à ce qu'on soit interpeller par l'autre brute de tout à l'heure, qu'est ce qui veut encore Lewis.

« Qu'est-ce que tu nous veux encore, Lewis »
Et oui peut-être qui venait pour Ambrosia ou nous deux qui sait.

« Tu m'as fait un peu mal Ambrosia tout à l'heure et toi Amaël, tu m'as cherché, mais tu sais vous n'êtes pas les seuls à avoir changé ces derniers temps ! »

Après avoir dit ses mots, on se regardait en rigolant, mais quand on repense à ses paroles, Ambrosia avait bien pressé sur son poignet jusqu'à entendre ses os limite se briser. On le regardait avec un air inquiet quand même, quand soudain ses yeux devenait aux couleurs de la Lune. Ce Con de Lewis était devenu un loup-garou !

Qu'allait-il se passer ? Est-ce qu'on allait devoir se défendre pour survivre ?

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ Pray for Redemption. ::  :: Marigny :: University of Marigny-