Bienvenue : Le dernier habitant à avoir posé ses valises est Caroline Forbes !
On compte sur vous pour l'accueillir comme il se doit les petits loups.
Annonce : Si tu choisis de jouer un Post-Vacant ou un Scénario du forum, tu seras crédité de 300$ dès ton inscription.
Plutôt sympa comme Soldes d'hiver, non ?

 

 « - Partenaire de crime ? Pourquoi pas, que le jeu commence » ft Ambrosia Milkovich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
We take the best of both.
We take the best of both.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 263
Message posté le Dim 4 Juin - 14:54



« Partenaire de crime ? Pourquoi pas, que le jeu commence »


« Le plaisir d'être un monstre n'est pas un éphémère et trouve sa satisfaction dans ses massacres »

« - Power always With Blood, no matter the Era »


Elle semblait si paisible, elle semblait si irréelle par moment et pourtant, elle était là. Cette bouille d'ange qui se laissait guider par le berceau de Morphée. Assis près d'elle, caressant son visage d'un geste tendre, je me surprenais à sourire niaisement devant ce spectacle magique. Et dire que cette enfant attisait la jalousie, la haine, la peur sans être coupable de quelque chose. Elle héritait des péripéties de notre famille, un héritage lourd de conséquences. Et pourtant, elle n'était qu'une enfante aimante, et pleines de ressources. Et non un monstre pour certains, elle n'était pas moi. Elle avait au moins cette bonté d'offrir à sa famille un véritable espoir. Mon sourire disparaissait à la simple idée de la voir jouer de sa magie au milieu de cette guerre qui ne finira surement jamais. Les ennemis grandissaient de jour en jour en laissant place à quelque chose de plus coriace à chaque fois. J'étais loin d'être confiant de notre avenir, un avenir très incertain, il fallait se l'avouer. Et même si je revêtais un masque de tortionnaire, était-ce assez pour combattre ? Le bien, le mal, n'existaient pas. Ces deux visions servaient simplement à manipuler, à se ranger dans une moralité futile et surtout illusoire. En conclusion, je ne voulais pas me voir ramollir à son contact, je ne voulais pas enterrer petit à petit mon âme pourrie de noirceur. Cette noirceur qui me rendait fort, qui me rendait si tyrannique. Oui, elle était l'une de mes faiblesses, et alors ? D'ailleurs, ce mot était d'un ridicule à faire tomber les mouches.

Je sortais de la chambre de Hope à pas de loup, et descendais dans l'immense salon. Et puis, une envie soudaine de m'évader de là, laissant Hope et les membres de ma famille sous sa responsabilité sans compter la surveillance accrue de mes hybrides qui gardaient notre bâtisse. Vêtu d'une simple chemise noire et d'un pantalon classique tout aussi sombre, je me dirigeais dans les quartiers affamés de Central City. J'aimais ce lieu même si les vampires de Marcellus y résidaient. Quoi de mieux, de faire joujou avec les sbires de mon fils - adoptif -. Lui, qui se permettait se prôner le roi de la Nouvelle-Orléans, il oubliait juste une chose. J'étais là bien avant lui et si je n'avais pris la décision de partir, cette ville était à moi. Mais il n'était jamais trop tard pour y remédier. Je croisais quelques vampires et insistais par un comportement hautain à venir se battre contre moi, mais bizarrement, ils retroussaient chemin. Décidément, ils ne suivaient pas cette philosophie de rire du danger tel un lion devant son royaume. J'imaginais que mon arrivée dans ce quartier allait être rapporté à Marcellus. Bien. C'était ce que je souhaitais. Allez donc vous plaindre à votre idiot de maître, allez pleurer dans ses jupons. Mais encore fallait-il que je leur laisse le temps. Ce qui n'était pas le cas. D'une main, je tenais la tête d'une vampire que je pointais avec un rire psychédélique en direction d'un survivant, de l'autre un cœur chaud prêt à être dévoré comme ca. Un bien fou envahissait tout mon être, j'étais prêt à m'amuser ce soir. Tandis que, je laissais partir le jeune homme volontairement, mes sens m'alarmèrent d'une autre présence vampirique. Savourant le cœur comme-ci, je dégustais un rôti de beauf, je haussais la voix : « - Je ne suis pas du genre à partager. Mais ce sera avec plaisir, de dévorer ton cœur. Alors prêt à jouer à cache avec moi ? Je suis bon joueur. » disais-je sur un ton faussement sympathique. Je nettoyais ma bouche à l'aide de mon pouce doucement pour ne laisser aucune goutte de sang s'échapper. Alors que mon regard était fixé sur une poubelle, là ou visiblement était mon interlocuteur, je rajoutais tout sourire : « - Allons, un peu de courage mon agneau, je ne vais pas t'arracher le cœur. Je te réserve une mort plus agréable. »

J'avais toujours apprécié jouer avec mes victimes, elles étaient une délicieuse distraction. Un seul regret pourtant, je n'avais pas sur moi mes chaînes de tronçonneuse pour jouer à Indiana Jones. Quoi que, ressembler aussi au docteur Octopus n'était pas le bon déguisement, mon imagination, elle, elle débordait. Que faire avec une poubelle ? Comment torturer quelqu'un avec cet objet ? C'était facile pourtant.. Il suffisait d'arracher ses tripes, d'étirer son corps pour remplacer ses organes par la poubelle. Une homme poubelle ou une femme poubelle ? La nouvelle tendance peut-être ? Une nouvelle oeuvre que je me ferais plaisir à ramener au manoir pour me vanter de mes exploits loin du regard de Hope.

▬  Ambrosia Milkovich & Niklaus Mikaelson


© TITANIA




Dernière édition par Niklaus Mikaelson le Mer 8 Nov - 22:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eternity is our best ally.
Eternity is our best ally.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
✣ Messages : 358
Message posté le Mer 7 Juin - 22:49

« - Partenaire de crime ? Pourquoi pas, que le jeu commence »

If I pray really tight, get into a fake bar fight. While I'm walking down the avenue. If I lay really quiet,I know that what I do isn't right, I can't stop what I love to do. So I murder love in the night, watching them fall one by one they fight. Baby, I'm a sociopath, sweet serial killer.
La tête relevée vers le ciel tu regardes les gros nuages gris rafraîchir le début de la soirée en faisant tomber de grosses gouttes, venant s’échouer sur ton visage offert. Un sourire amusé brise le sérieux de tes traits fins, tu fermes lentement les yeux, écrasant les petites perles d’eau au bord des cils. C’était relaxant, satisfaisant de regoûter à cette liberté dont une part de toi-même te priver en te bridant constamment. Babe, sérieusement. Tu aurais dû te douter que cette nuit n'aller pas être comme les autres lors de celle précédente tes démons ont murmuré plus forts qu’à leurs habitudes, emplissant ta tête de leurs échos sadiques. Ils riaient, tu le sais, tu les entendais que trop bien. Tes voisins devaient te prendre pour une folle lorsqu’ils t’entendaient crier, parler  seule en faisant les cent pas dans ton appartement. Peu importe, ils étaient si près de la vérité. Le trouble auditif a lentement ou plutôt brutalement s’est transformer, tes tortionnaires ont pris forme visuellement, tu les voyais ses salops dont tu étais leurs jouets, ils te narguaient. T’enveloppant dans cette sphère bercée par la réalité et l’imagination, impuissante. Ambrosia, ma douce, es-tu là ?

Libéré, c’est le premier mot qui t’est traversé à l’esprit lorsque ton regard qui était absent depuis bien trop longtemps de son réel propriétaire a rencontré le plafond nacré. La prochaine fois que tu as faite en te levant c’est de chercher ce paquet de cigarettes que tu planquais pour pas que miss rabat-joie ne tombes pas dessus, elle ne fume pas elle, nop. Elle vaut mieux que ça. En consumant ce petit bout toxique qui était coincé entre tes doigts tu savourais ce nouveau statut, la dernière fois que tu étais apparue elle n’était encore qu’une humaine. Petite et si fragile. Mais là, c’est mieux dont ce que tu espérais. Tu pouvais la sentir bouillonner en toi à présent, la sentir taper contre tes veines au rythme de ta démence. Tu la sens partout en toi, cette puissance nouvelle. Après avoir fini ton pêché mignon tu t’étais dirigée vers le balcon à quoi pouvait bien ressembler le monde que tu pouvais à présent voir de ses propres yeux ? Indifférente à la pluie, c’est à cet instant que tu as fermé les yeux pour profiter. Une des perles d’eau vient se glisser dans ta nuisette, t’arrachant un frisson ce qui te fait ouvrir les paupières, ton regard balaye la rue que tu surplombes de ton perchoir. Les passant passes, et en les observants, tu te dis que tu ne veux pas être comme eux. Tu veux être l’ombre qui fera frémir, le fantôme qui passe en vous et vous détruit. Ce désir monte en toi, celui de voir la pâleur sur les visages, voir le sang couler sur le pavé des rues éclairées par la faible lumière d’une lune effrayée.

Lentement tu t’appuies contre la rambarde, l’esprit pleine de promesse contre l’humanité. Tu baises soudainement la tête, ça faisait déjà quelques minutes que tu te sentais observer. Son regard rencontre le tien, appuyé contre ce mur il fume lui aussi, abriter sous un toit de fortune. Il sourit, tes lèvres s’étirent pour lui rendre sa politesse. Vous continuez ainsi jusqu’à ce que son filtre finisse au sol, ton sourire s’agrandit lorsque tu bouges légèrement faisant glisser la manche ample de ton long kimono que tu portes ouvert, rapidement suivi par la bretelle de ta nuisette, dévoilant ta peau de porcelaine. Il continue de te fixer, sans un mot ou un dernier regard tu retournes dans ton appartement pour appuyer sur l’interrupteur ouvrant les portes de ton immeuble, faisant résonner le bruit strident dans la rue dont le seul bruit qui régnait encore jusqu’à maintenant est celle de pluie. La porte de ton antre ouverte par tes soins, tu l’attends appuyer contre le canapé, tu l’attends. Tu n’allais pas lui faciliter la tâche à cet idiot, s’il te vouait, il devrait te chercher. 5 minutes passent et en un instant il est contre toi, la bouche au creux de ta nuque. Pauvre petite chose, s’il seulement il aurait pu voir le couteau que tu tenais à la main dont le bout de la lame remonté lentement sur sa colonne vertébrale.

22H17, tes pas foulant le béton des trottoirs tu as cette envie de tester tes nouvelles compétences, voir ce que tu pouvais accomplir avec elles. Tu as toujours aimé les jeux malsains, ses jeux où tu balayais ton humanité d’un revers de la main, ceux qui te demander de l’imagination. Ça t’excite. Déjà que le petit meurtre avait éveillé tes sens, là tu te sens exciter comme une petite puce. Lors de ta petite promenade morbide, tu rencontras d’autres personnes dont notamment un groupe de femmes aussi peste pouvaient-elles l’être t’avaient rapidement cherché des noises. Quelques minutes plus tard, ton bras se lève pour porter à ta bouche tes mains ensanglantées à ta cavité buccale quémandeuse. Enjambant le corps de tes victimes tu te dis en les regardant que ça serait plus simple de les découper pour pouvoir les conserver, peut-être même en faire des glaçons pour tes cocktails. Oui mais, mon cœur, tu as déjà l’homme chez toi. Il n’y en a jamais assez, c’est vrai. C’est ainsi que tu t’es retrouvée dans cette poubelle recherchant n’importe quoi qui pourrait t’aider pour ce que tu préparais, les recherchent mener à rien pour l’instant mais, tu n’abandonnes pas.

« - Je ne suis pas du genre à partager. Mais ce sera avec plaisir, de dévorer ton cœur. Alors prêt à jouer à cache avec moi ? Je suis bon joueur. »

T’arrêtant de fouiller dans les sacs tu lèves un peu la tête, était-ce les voix dans la tête que tu possèdes qui te joues encore des tours ? Ça semblait foutrement réel. M’enfin, comme toutes les autres fois quoi. Ton sourire s’agrandit lorsque tu fais la découverte d’un bras dans l’un des sachets, tu es sûre qu’il pourra t’être utile. L’envie de faire des expériences chirurgicales sur les autres t’avaient possédé pendant bien des années sans que tu puisses le faire étant donné ton ancien statut. Mais là, tout était différent. Tout prend une autre tournure ma foi bien intéressante. Tes sourcils se froncent lorsqu’enfin tu captes que ton sens vampirique t’informe qu’il y a bel et bien quelqu’un avec toi. Qu’est-ce qu’il est ? Sorcier ? Loup ? Vampire ? Humain ? Non, humain tu serais le reconnaître quand même. Qu’importes-tu t’en fiches encore plus du pourquoi il semble vouloir jouer avec toi. T’approchant lentement de tes murs de plastique tu tends l’oreille pour mieux entendre.

« - Allons, un peu de courage mon agneau, je ne vais pas t'arracher le cœur. Je te réserve une mort plus agréable. »

Qu’est-ce qui te veux ce gueux-là, il voulait te tuer maintenant ? Tu lèves les yeux au ciel, enfin au couvercle de ta demeure d’infortune, bougeant légèrement ta main se pose sur une pomme. Pourrie visiblement, tu te dis qu’au pire s’il a vraiment l’air si dangereux que ça tu pourras plus balancer en plein visage avant de fuir. Tu lâches un gros soupire en voulant sortir de là, tu fais un mauvais mouvement et aussitôt à cause du poids des sacs et de toi-même la poubelle tombe. Le couvercle s’ouvrant tu te retrouves éjecter tel de la chantilly sortant d’une bombonne, tu grommelles un peu, ce n’est pas ton entrée la plus classe. Te relevant avec précaution tu te retournes vers l’originel, le bras toujours dans la main, tu penches la tête sur le côté le jugeant du regard avant de secouer le membre pour le pointer dans sa direction.

« - C’est de la triche si tu joues sans chercher. Déclares-tu en croisant tes bras sur ta poitrine, Oh un arracheur de cœur ? Quelle poésie. Vraiment. »

Tu remontes tes mains pour les serrer l'une contre l'autre, tu bats excessivement des cils en le regardant prenant un air conquis. Un petit ricanement s’échappe de ta bouche alors que tu finis par retirer les dernières ordures qui restaient sur tes vêtements. Tu fais un peu une moue boudeuse lorsque tu vois que ta salopette courte ainsi que le haut à rayure multicolore, en plus d’être taché par le sang, est à présent crasseux de ton ancienne cachette. Revêtir cette tenue lorsque tu apparaissais sans plus aucune chaîne, elle rappelait aux gens celle de Chucky, ce qui est le but recherché, tu m’diras. En plus ça allait bien avec tes chaussettes basses à volant blanc que tes creepers noir recouvrait à moitié laissant juste un peu de tissus ainsi que l’extrémité dépasser. Puis c’est deux petits chignons qui orner ton crâne, qui te donner un petit air enfantin venait donner une petite touche en plus à tout ceci. Ce n’était clairement pas sexy mais, c’est vachement confortable pour chasser tout en restant présentable. Un bruit te fait tourner la tête, un gars qui semble s’être arrêté brutalement devant vous est là. Ils vous regardent tour à tour avant de repartir sur ses pas en courant. Ça réveille tes instincts de chasse oubliant alors ce que tu recherchais à la base, tu le regardes courir quelques instants, avant de t’approcher de ton interlocuteur en gardant ton attention sur le fugitif.

« - Il se casse.. Murmures-tu lentement avant de faire craquer ton cou, Le premier qu’il le chope, sans tricher, il a gagné. »

À la moitié de ta phrase tu avais déjà commencé à courir, tricheuse ? Non. Juste mauvaise perdante. Malheureusement pour ta crédibilité, tu ne contrôles pas ta vitesse vampirique de ce fait tu cours de façon alternante entre celles d’un humain et celle d’un vampire. Comme dans ses vieux films d’horreur aux effets spéciaux mal fait, où le tueur semble se téléporter. Bien décidé à gagner tu finis par lui balancer le bras que tu tiens encore à la main dans l’espoir de le faire ralentir celui-ci tape moelleusement contre sa tête sans vraiment d’effet. Tu lâches un juron en ukrainien, tu bouillonnes. C’est l’heure de la chasse babe.
black pumpkin




She's got a bad reputation.
ℳILKOVICH VIBES✧Tout était insipide et incolore, chaque chose que j'aimais devenait un souvenir insupportable, je ne voyais plus la lumière, juste son ombre. Un sombre orage fit irruption dans ma vie, le bourgeon de ma jeunesse mourut dans la tempête. - @Bleulivide (Icons : BONNIE/ASTRA)
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Mon partenaire de crime
» EVENT : A la recherche d'un partenaire de crime
» Je suis juste une fille recherchant un partenaire de crime ▲ Katherine Pierce
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Pourquoi Haiti est-elle si pauvre ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ Pray for Redemption. ::  :: Central City :: Rues-